Culte

Culte, Vidéo | Bob Dylan – Conférence de presse de San Francisco (1965)

Album, Culte, Rock | The Velvet Underground – The Velvet Underground and Nico (1967)

La plupart du temps, j’essaye de ne pas trop vous emmerder avec des dates et des recentrages historiques, mais avec le « banana album » du Velvet Underground et de Nico, ça me semble indispensable. Pour comprendre un minimum pourquoi un album a pu avoir un tel impact et devenir si immensément culte, il faut voir dans quel contexte il est apparu, en quoi il a mis sur le cul une génération, en quoi, s’il n’était pas apparu, il n’y aurait eu ni punk, ni new-wave, sans lequel il n’y aurait pas eu ni les Ramones ni Jesus & Mary Chain, etc. Vous l’avez compris, le premier album de la bande de Lou Reed est un monument de cultitude, musicalement, visuellement, dans les paroles, et dans à peu près tout ce qui l’entoure à vrai dire.

Album, Culte, Rock | The Stooges – Fun House (1970)

Ouais, je viens de passer 3 jours à Londres, et l’album dont j’ai envie de vous parler après être rentrée, et pour commencer 2009, c’est Fun House, le second album des Américains The Stooges, sorti en 1970. Pourquoi précisément celui-ci… Je ne sais pas trop, peut-être parce que j’ai envie que 2009 soit une putain d’année, donc je la commence avec un putain de disque, du punk avant l’heure, du hard-rock garage, énervé, violent, à écouter très très fort. Peut-être aussi parce que mes examens approchent et qu’il faut que je me vide la tête de temps à autre et qu’il n’y a rien de mieux qu’un cri d’Iguane pour me griller les neurones.

Album, Culte, Rock | The Beatles – The White Album (1968)

J’ai pendant longtemps arrêté d’écouter les Beatles, pour des tas de raisons, la principale étant sûrement l’overdose. Ouais, ça doit être ça. Il faut dire que les fab four ont réalisé un nombre d’albums géniaux en très peu de temps, je crois d’ailleurs que je ne pourrais jamais écouter tout ce qu’ils ont fait (surtout si Paul ne veut pas nous lâcher les inédits). Toutefois il y a 3 albums qui sont pour moi clairement au-dessus du lot : Revolver (1966), Sgt Pepper’s Lonely Hearts Club Band (1967) et le neuvième album des Anglais, mon préféré, le double-album éponyme, communément appelé The White Album.

Album, Country, Culte, Folk | Cowboy Junkies – The Trinity Session (1988)

Enregistré le 27 novembre 1987 avec 1 seul micro dans l’église de la Saint Trinité à Toronto au Canada, le deuxième album des Cowboy Junkies est de ces albums intemporels, qui ne prendront jamais une ride, quelles que soient les futures évolutions de la musique. Sorti en décembre 1987 au Canada puis ressorti chez RCA 1 an plus tard, l’album devint culte presque instantanément. Les frères et soeur Timmins, après avoir convaincu les prêtres qu’ils allaient enregistrer des chansons de Noël pour la radio, allaient en fait enregistrer l’un des plus grands albums des années 1980.

Album, Culte, Rock | The Doors – The Doors (1967)

S’il fallait décerner le prix du « Meilleur premier album », nul doute possible : la première galette en vinyle de Jim Morrison, Ray Manzarek, Robby Krieger et John Densmore se trouverait dans le top 5 (je prends quelques précautions). Vous allez finir par me dire que je suis une femme battue, mais bon sang, quelle claque que fut cet album ! La rencontre de ces 4 types nous a donné à entendre l’un des premiers disques de rock où toutes les chansons sont sur un pied d’égalité, mis à part « The End », qui ne soit pas une collection de singles, formatés ou non, comme ce qu’on pouvait écouter à l’époque. À tel point qu’en lisant la liste des chansons, on a l’impression que ce disque est un best-of.

Album, Culte, Jazz | Charles Mingus – The Black Saint and the Sinner Lady (1963)

Dans ma série des grands albums, des classiques du jazz, je ne pouvais passer à côté de The Black Saint and the Sinner Lady, l’oeuvre faramineuse du tout aussi faramineux Charles Mingus, bassiste et compositeur de génie. Cet album est sûrement le plus impressionnant disque de jazz que j’ai pu écouté. Impressionnant par la diversité des ambiances, le nombre d’instruments (ben oui, souvent ça se limite à 3 ou 4 instruments, là on en est à 10 ou 11 pour chaque piste), la folle intensité des six sections, ou mouvements du disque.

Album, Culte, Jazz | Miles Davis – Kind of Blue (1959)

« Le plus grand album de jazz ». Je mets des guillemets, car, d’une part, je ne suis pas d’accord, et d’autre part parce qu’une telle assertion est forcément exagérée. Cet album porte sur son dos cette appellation, au point même qu’elle l’asphyxie, qu’on ne peut pas dire que certains passages sont moins bons que d’autres, non, c’est « le plus grand », donc on en dit que du bien, point barre. Ceci étant dit, j’étais quand même sur les fesses la première fois où j’ai écouté Kind of Blue, dans tous les sens du terme. Je vais toutefois essayer de me détacher du mythe pour en parler, disons.. « objectivement ».

Album, Culte, Jazz | John Coltrane – A Love Supreme (1965)

Cette chronique arrive au moment où je chope une crève qui défie votre imagination, à savoir que j’ai l’impression qu’il y a au niveau de ma gorge un sacrifice de bronches par le feu et que mon cerveau s’écoule lentement par mes narines tandis que, supplice ultime, mes cages à miel se bouchent constamment. Elle arrive aussi après quelques jours de réflexion sur comment aborder à la fois ce disque et ce style avec des mots, ce qui est une première pour moi. Comme on me l’a justement fait remarqué sur Twitter, pour appréhender du jazz, il faut ré-apprendre à écouter, et j’peux pas dire que j’sois dans des conditions optimales. Mais qu’importe, allons-y gaiement.



Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :