Electronique

Album, Electronique | THOMAS BARRANDON – Escape From Earth (2011)

Les productions électro-pop années 80 du collectif Valerie continuent de faire des émules. C’est d’ailleurs à l’occasion d’une playlist qu’il a réalisé pour la bande à David Grellier que j’ai découvert Thomas Barrandon. Le label Sauroid est italien, mais Thomas Barrandon, lui, est bien français. Son premier album est une sorte de cocktail électro-geek qui évoque tour à tour le 8-bits, les bandes originales de Carpenter, les mauvais effets spéciaux dans l’espace et la pizza froide.

Album, Electronique, Pop | Critique de « Tomboy » (2011) de Panda Bear

Tomboy est le quatrième album de Noah Lennox, alias Panda Bear. C’est un des membres fondateurs d’Animal Collective, un groupe tellement connoté « hype » que je me sens obligée de prévenir mes amis dès que je leur en parle : « C’est génial, mais si vous écoutez ça trop fort dans le bus, on va vous prendre pour un hipster, j’vous préviens. » La plupart d’entre eux n’ont aucune idée de ce qu’est un hipster (« quelqu’un qui a tout le temps le hoquet ? »), du coup ça n’a pas un grand impact sur eux. Comme souvent, il n’a fallu qu’une écoute pour me convaincre de vous parler de ce disque. Lire la suite…

Album, Electronique | Critique de « Huehueteotl » (EP, 2010) de Feu Machin

Bon sang quel bordel. J’adore la musique noisy et expérimentale, surtout depuis que je me suis prise une baffe avec Fuck Buttons il y a 2 ans maintenant, mais je peux vous dire qu’être passionnée par ce genre de musique, c’est pas évident tous les jours. Les groupes comme Feu Machin sont bien cachés entre des hordes de formations qui n’apportent strictement rien à l’affaire. A chaque disque expérimentalo-noisy-psychédélique vous entrez dans sorte de dimension parallèle. Vous savez à l’avance que vous allez être trimballée dans tous les sens, et la scène de 2001 : l’Odyssée de l’espace où Bowman se retrouve aspiré dans une sorte de tunnel psychédélique me revient souvent en tête. C’est encore le cas avec le premier EP de Feu Machin, où cette image m’a carrément sautée aux yeux sur « Ipan Non Huei Hehuile ». Lire la suite…

Album, Electronique, Folk | Critique de « Lasted » (2010) de Benoît Pioulard

Je n’ai jamais réussi à vous parler de Benoît Pioulard. Non que je n’avais rien à dire, ou que je n’étais pas sûre de son talent, loin de là, c’est juste que j’ai toujours remis à plus tard, oublié, remis à plus tard, et re-oublié. Si je replonge dans mes archives, il y a un brouillon intitulé « Benoît Pioulard » qui date du 24 novembre 2008. Je voulais vous parler de Précis (2006) et de Temper (2008), mais surtout du premier, car c’est avec « Palimend » que j’ai découvert cet artiste, pas Français du tout, probablement francophile, originaire de Portland aux Etats-Unis. Lasted confirme tout le bien que je pense de Pioulard, et s’inscrit dans une discographie pour le moment parfaite. Lire la suite…

Album, Electronique | Critique de « Latin » (2010) de Holy Fuck

J’avais mis 4 étoiles à leur précédent disque, LP, sorti il y a déjà 3 ans et qui leur avait valu une nomination au Prix Polaris. Ils sont de nouveau nominés cette année, et les Canadiens ont véritablement bon goût car ce disque est l’un des rares à illuminer complètement mon premier semestre 2010. Holy Fuck est un groupe d’électronica instrumental, avec deux batteurs, et leur processus créatif repose essentiellement sur l’improvisation. Concrètement, ils envoient de la bûchette post-rock avec des soupçons d’électronica qui dérivent quasi-invariablement vers un raffut à s’en déchirer l’épine dorsale à force de secouer la tête et tous les organes qui ne sont pas paralysés par les déflagrations sonores des Canadiens. La suite…



Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :