Folk

Album, Folk | Critique de « Kiss Each Other Clean » (2011) de Iron & Wine

Aah, les chanteurs de folk barbus… Je les aime bien, mais qu’est-ce qu’ils peuvent être fatiguant parfois avec leurs trois accords de guitare et leurs histoires de solitude et de rendez-vous manqués. A ma décharge, il faut dire que de la folk pastorale réminiscente des années 1970, on s’en est pris plein les dents, si vous m’permettez l’expression. Vous avez sans doute entendu parler des Fleet Foxes, mais en tant qu’auditrice assidue d’un certain underground musical, j’peux vous dire que les barbus à guitare pullulent. Lire la suite…

Album, Folk, Pop, Rock | Critique de « Bon Iver, Bon Iver » (2011) de Bon Iver

Il est loin l’épisode du mec qui se barre dans une cabane au fin fond d’une forêt des Etats-Unis après une rupture sentimentale pour faire le point sur sa vie et enregistrer l’un des plus beaux albums du début du siècle. Entre-temps il a fait de jolies choses avec Volcano Choir, Gayngs, enregistré un nouvel EP avec Bon Iver (Blood Bank), enchaîné les collaborations avec de talentueux artistes (Kanye West et Lia Ices, St Vincent pour ne citer qu’eux), bref, il a fait son petit bout de chemin. Grâce à ces side-projects et collaborations, il a accumulé des tas d’idées musicales et acquis une plus grande confiance en lui. C’est en tout cas ce que je ressens en écoutant ce second album. Lire la suite…

Album, Folk, Pop | Critique de « Mrs Jones’ Cookies » (2011) de The Sandwitches

Les filles de The Sandwitches me font penser à celles de CocoRosie, complètement à l’aise dans leur étrangeté. Celle des Sandwitches est moins pan-dans-ta-face-je-me-colle-des-moustaches-bleues, il faut gratter un peu la surface pour s’en rendre compte. Prenez « In the Garden », le morceau d’ouverture de leur second album, et dites-moi que vous n’avez pas l’impression de flotter dans une énigmatique et confortable brume. Mauve, la brume. Ou alors ce sont l’effet de mes antibiotiques. Bref. Lire la suite…

Album, Folk, Pop, Rock | Critique de « Diaper Island » (2011) de Chad Vangaalen

J’essaye de ne pas aller voir ce que les autres ont écrit à propos d’un album dont je veux parler, car souvent je trouve leurs critiques pleines de bons arguments et il est trop tentant de se contenter de reprendre leurs idées, reformulées à ma manière. C’est comme au lycée, quand tu as un devoir maison à faire et que tu trouves un truc tout fait sur le web, c’est difficile de ne pas choisir la solution de facilité ! J’suis allée voir plusieurs critiques de ce Diaper Island et j’ai trouvé qu’elles se ressemblaient toutes. Un peu comme en politique, on dirait qu’il y a des éléments de langage sur lesquels tous les membres d’un parti se sont mis d’accord. Et si je n’étais pas allée voir ce que les autres ont écrit, je serais sûrement tombée dans le même piège, j’suis pas l’exception. Lire la suite…

Album, Folk | Critique de « I Speak Because I Can » (2010) de Laura Marling

J’étais passée à côté du premier album de Laura Marling, et même si je ne me souviens pas exactement pourquoi je pense qu’avec un titre aussi déprimant que Alas, I Cannot Swim et une étiquette de « prodige de 17 ans, petite amie de… », j’ai dû me dire : « ok, c’est pas la peine ». La plupart du temps quand je me dis ça, il s’avère que ce n’est effectivement pas la peine, mais dans le cas de la jeune Anglaise… eh bien disons que j’ai fait une grave erreur de jugement. Heureusement j’arrive la plupart du temps à dépasser ma réluctance initiale pour écouter l’objet en question. Si ce premier album se révéla plutôt bon, I Speak Because I Can dépassa mes espérances les plus folles. Maturité et talent poétique étaient déjà surprenants en 2008, cette année ils sont tout simplement époustouflants. Lire la suite…

Album, Electronique, Folk | Critique de « Lasted » (2010) de Benoît Pioulard

Je n’ai jamais réussi à vous parler de Benoît Pioulard. Non que je n’avais rien à dire, ou que je n’étais pas sûre de son talent, loin de là, c’est juste que j’ai toujours remis à plus tard, oublié, remis à plus tard, et re-oublié. Si je replonge dans mes archives, il y a un brouillon intitulé « Benoît Pioulard » qui date du 24 novembre 2008. Je voulais vous parler de Précis (2006) et de Temper (2008), mais surtout du premier, car c’est avec « Palimend » que j’ai découvert cet artiste, pas Français du tout, probablement francophile, originaire de Portland aux Etats-Unis. Lasted confirme tout le bien que je pense de Pioulard, et s’inscrit dans une discographie pour le moment parfaite. Lire la suite…



Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :