Critique de « Blackbird’s Echo » (2009) par Niobe

Blackbird's Echo (2009)Blackbird’s Echo

par Niobe

Album 4 étoiles
Sortie : 8 mai 2009
Label : Tomlab
Stéréotypes : Electronica, Trip-Hop, Jazz
Liens : MySpaceTélécharger

Je n’attendais vraiment pas grand-chose de ce disque. J’étais bêtement persuadée qu’il allait s’agir d’un album d’auteure-compositrice-interprète aux sonorités électro un peu emmerdant. Sans doute joli et inspiré, mais emmerdant. La pochette ne me disait vraiment rien, à la limite elle me faisait penser à Juliette Gréco ce qui, en soi, n’est pas une mauvaise chose. Mais alors la police d’écriture, beurk. Ben oui, je donne trop d’importance à la pochette, je sais, mais que voulez-vous, quand des dizaines de disques vous passent sous le nez chaque semaine, chaque détail compte !

Bon, finalement je l’ai écouté et ma prédiction s’est réalisée… sur les 2 premières pistes. Car ensuite, je suis allée de curiosité en bizarrerie, le tout menant vers un coup de coeur inespéré.

« Silicone Soul » est en fait une parfaite introduction pour moi qui ne connaissait rien de Niobe, cette germano-vénézuélienne à la voix de diva jazz à donner une érection instantanée à André Manoukian. Elle a une voix de diva, mais n’use pas d’artifices, n’essaye jamais d’impressionner ou d’étaler sa maîtrise vocale à qui veut l’entendre. « You Have a Gift » est plus intéressante et je commence à comprendre que cet album risque de m’étonner par la suite. Cette chanson est d’une simplicité folk incroyable, et un peu comme beaucoup de chansons d’un certain Lou Reed, la voix et l’univers voluptueux de Niobe suffisent à m’embarquer.

Mais l’album démarre vraiment avec « Time is Kindling » où des bruits de Gremlins font leur apparition. Ouais. Le disque se dévoile : j’ai affaire à un object musical volontairement impossible à identifier, un peu arty parfois (« Cadillac Night » a sa place dans une de ces compilations lounge, et « Blue Wolf » m’a carrément laissée sur le bas-côté de la route), mais je me suis prise au jeu, ce qui m’a plutôt surpris moi-même. Je n’ai pas une très grande propension à apprécier ces artistes qui semblent chercher à être démesurément éclectique rien que pour le plaisir de lire dans la presse que leur album est original. A la limite, l’originalité de ces disques est la seule chose qui fait qu’on en parle parce que pour le reste, c’est inécoutable.

Bref, ce n’est pas le cas pour Blackbird’s Echo. Bon, je pense quand même que la plupart d’entre vont trouver ce disque manquant d’une certaine magie, d’espaces pour laisser aller son imagination, bien que « Fever » qui est très certainement la plus aboutie et ma préférée du lot. Cet album est très étrange. Prenez « Lovely Day » : tout est dans le titre ; petits oiseaux, sifflotements, jolie voix voilée comme un vieux disque des années 1950, avec des boucles répétitives… Et puis vient « A Shark » où l’on entend Niobe subir une attaque de requin, le tout orchestré à la manière des Flaming Lips, la bande de dingos de Wayne Coyne.

Le néo-folk de « Gnomes & Pixies », dont le titre laisse effectivement présager des paroles assez étranges, est enveloppé dans une électro très légère, qui se laisse aisément oublier. Et puis, sans transition aucune, vient « My Conversion », qui me fait penser à du Nelly Furtado – j’aurais jamais cru pouvoir citer un jour les Flaming Lips et Nelly Furtado dans la même chronique – qui se serait perdue du côté de la Nouvelle-Orléans avant l’inondation.

Dans son studio de Cologne, Niobe bricole avec les sons, bruits, petits bouts de phrases mélodiques, et compose des minis-kaléidoscopes musicaux, entre acoustique et électronique, jazz et folk, avec un souci minimaliste assez caractéristique des artistes de Tomlab.

Très franchement, je me suis souvent sentie perdue au milieu de ce disque. Il manque sans doute un fil conducteur. Blackbird’s Echo ressemble à une sorte de collage de chansons, d’idées qui auraient germé dans l’esprit de Niobe, sans rapport les unes avec les autres. Mais prises individuellement, toutes les chansons ou presque sont de purs morceaux de plaisir bercés par une atmosphère d’avant-garde jazzy, où par définition tout peut arriver.

Étrange, très (trop?) décousu, Blackbird’s Echo manque parfois de consistance, tombe quelques fois dans l’arty, il faut bien le dire, mais au fil des écoutes la grande majorité de ces chansons finissent par s’imposer, aidées par une production parfaite qui a su parfaitement gérer l’éclectisme des envies de Niobe, nabiguant plus qu’habilement entre rétro et avant-gardisme. Inclassable et délicieux, c’est mon petit coup de coeur jazzy-zarbi de l’année !

[audio:http://2w.radio.free.fr/wjkbx/sons/fever.mp3|titles=Fever|artists=Niobe]
[audio:http://2w.radio.free.fr/wjkbx/sons/myconversion.mp3|titles=My Conversion|artists=Niobe]

Votre avis ?
[ratings]

Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :


Il y a 1 commentaire.

  1. Moi j’ai eu un coup de foudre sur l’album précédent, White Hats. Ce nouveau-ci, ne l’ai écouté qu’une fois pour l’instant. Ravi en tout cas de n’être pas le seul à être sensible à l’univers de cette artiste, arty oui, mais faut croire qu’il y en a des bons… ;o)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.