Critique de « Brothers » (2010) de The Black Keys

Label : Nonesuch, Universal
Sortie : 18 mai 2010
Stéréotype : Blues-Rock
Liens
Site officiel
MySpace
Deezer
Télécharger (9,99€)

Liste de lecture

1 | Everlasting Light
2 | Next Girl
3 | Tighten Up
4 | Howlin’ For You
5 | She’s Long Gone
6 | Black Mud
7 | The Only One
8 | Too Afraid to Love You
9 | Ten Cent Pistol
10 | Sinister Kid
11 | The Go Getter
12 | I’m Not the One
13 | Unknown Brother
14 | Never Give You Up
15 | These Days

Extraits



Les Black Keys sont le meilleur duo de blues-rock en activité. Eh oui Jack, il faudrait peut-être arrêter de batifoler avec Alison et Karen, et nous pondre un nouvel galette des rayures blanches. Les Black Keys sont le meilleur duo de blues-rock en activité. Autant le dire deux fois puisque j’en suis sûre. Après Attack & Release, produit par Danger Mouse, et l’un des meilleurs albums de 2008, ils reviennent avec Brothers, produit par les frangins, et sa pochette inspirée de celle-ci. Moins psyché, plus pop, certains parlent de « retour aux sources », c’est certainement un peu le cas, ce que j’entends c’est surtout un groupe qui a de la suite dans les idées.

Je pourrais continuer la comparaison avec Attack & Release assez longuement. Je résumerai ça en une métaphore sûrement foireuse : ce qui donne à Brothers ce côté pop, c’est cette impression de fraîcheur, le son est plus net, Dan Auerbach se lance dans des falsettos audacieux, certains morceaux sont carrément joyeux, et il n’y a qu’à regarder le clip de « Next Girl » pour comprendre que quelque chose a changé depuis Attack & Release.

Ce qui me fascine chez les Black Keys c’est leur capacité de trousser, comme on dit, aussi facilement des chansons blues et d’y coller des riffs de guitare simples, mais bougrement efficaces et qui rentrent dans la tête en un quart de seconde. Ils font ça avec une apparente facilité qui est proprement éblouissante. Brothers n’échappe pas à la règle, il n’y a aucun mauvais morceau.

L’album démarre de la meilleure des manières, les 3 premiers morceaux (dont « Tighten Up », la seule production de Danger Mouse, qui aurait eu sa place sur A&R) étant 3 des meilleurs du disque. La batterie est omni-présente, énorme, caverneuse parfois. Des riffs en pagaille, dans tous les coins, une virtuosité mélodique qui donne des morceaux comme « She’s Long Gone », « I’m Not the One », « Ten Cent Pistol »… Vous n’avez aucun effort à faire pour « rentrer » dans ces morceaux, absolument aucun, c’est du pur plaisir. Ils vous embarquent en 2 secondes et à la fin du morceau vous en voulez plus.

L’album étonne par toutes les expérimentations stylistiques que Dan Auerbach (voix, guitare) et Patrick Carney (batterie, production) se permettent. Il n’y a pas de virage stylistique à 90°, ce sont des petites touches par-ci par-là, un clavecin, mellotron (plein de claviers en tous genres en fait), la voix d’Auerbach (dont la justesse, la maturité, les possibilités encore inexplorées jusque-là sont la grosse surprise de ce disque) qui est plus belle que jamais, la production très claire et très soignée…

Ce sont des petites choses qui permettent de diversifier encore le son des Black Keys dont on pensait (c’était en 2007) qu’ils pourraient peut-être commencer à tourner en rond. Depuis il y a eu Danger Mouse, le projet Blakroc et maintenant ce Brothers. De la suite dans les idées, j’vous dis. J’peux pas m’empêcher de jeter une autre pique à Jack White, dont le dernier album avec The Dead Weather pèche justement par ce qui fait la force des Black Keys : la nouveauté et le plaisir. Ils refont même un tour très réussi du côté de la soul avec leur splendide reprise de « Never Gonna Give You Up » de Jerry Butler, la jolie ballade « These Days » et plus tôt dans l’album « The Only One » où, je me répète, Auerbach impressionne.

Il y a deux ans j’écrivais ne parlant des Keys que mon groupe préféré de blues-rock venait de changer de nom à leur profit. En deux ans, rien n’a changé. Ce Brothers, qui s’est classé 3ème au Billboard américain la semaine de sa sortie, est une grande réussite.

————————————————————————————————————————————————————————————————-

Black Keys are the best blues-rock duo still in activity. Yeah Jack, you’d rather stop flirting with Alison and Karen and get back to work ! Black Keys really are the best blues-rock duo still in activity. I might as well say it twice as I’m sure of it. After Attack & Release, produced by Danger Mouse, one of 2008’s best albums, they’re coming back with Brothers probably named after the fact that this time , they produced it themselves. The cover is inspired by this one. Less psyche, more pop. Some say it’s a trip back to the sources, which is certainly true at some point but what I hear is two guys who know where they’re going.

I could go on comparing with Attack & Release. I’ll sum it up with, well, not one of the most appropriate metaphors : that pop side in Brothers comes from the freshness of it. The sound is cleaner. Dan Auerbach gets into audacious falsettos and some of the songs are even quite merry. Just have a look at this clip of “Next Girl”, you’ll understand something has changed since Attack & Release.

What’s fascinating with Black Keys is their ability to undress blues songs and fit simple but efficient guitar riffs on them, not going out of your head until you sleep. Seems to be stunningly easy to them. Brothers follows the aforementioned recipe, and leaves no place for bad songs.

Best way to start the album : three best songs first (including “Tighten Up”, the only production from Danger Mouse). Omnipresent drumming, huge, sometimes even like recorded in a cave. Riffs everywhere and melodic virtuosity yielding songs like « She’s Long Gone », « I’m Not the One », « Ten Cent Pistol »… Nothing special to do to “get into” those songs, absolutely nothing. Pure pleasure from the two first seconds until the end, at which you ask for more.

Relevant surprises along the album are Dan Auerbach (singing, guitar) and Patrick Carney’s (drums, production) stylistic experimentations. It’s not a complete turn-around, but more like little things added here and there : harpsichord, mellotron, (and other keyboards, actually), Auerbach’s voice (whose precision,and new ways to use it are to me the biggest surprise on the album) better than ever, nice and clean production…

All those little things just renew Black Keys’ sound, of which we thought (back in 2007) it had start to loop. From then, there was Danger Mouse, the Blakroc project and now Brothers. Almost a sequel. I can’t help throwing another stone at Jack White for lacking on “The dead Weather” what’s making Black Keys’ strength : the renewed sound and the pleasure. They even manage quite well a short trip into soul with this magnificent cover of “never Gonna Give You Up” (Jerry Butler), the nice ballad “these Days” and “The Only One” in which, I have to say it once more, Auerbach really impresses.

Two years ago I wrote down that Keys were my favourite blues-rock band when they just switched their name to that one. Nothing has changed since then. Brothers, ranking third on the American Billboard the week it was issued, is a great success.

Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :


Il y a 11 commentaires.

  1. Cet album est une vraie claque j’ai adoré! Le son est sublime, la production analogique à l’ancienne a fait des miracles, ça sonne même encore plus classe que les vieux albums. Rhaaa cette batterie!!! Et ces claviers! Ce son crunchy de guitare! Un régal! Le meilleur des Black Keys, j’avais moins accroché à leurs premiers albums, beaucoup plus rustres. Celui-là, c’est carrément un classique né, il a LE son! En plus les ballades sont sublimes sans être niaises, je l’écoute en boucle depuis !!! Tout ce que fait Auerbach, que ce soit ses albums ou ceux qu’il produit, surpasse la production actuelle car il y a toujours CE SON analogique plein de vie, de sueur, je sais pas quel traitement il applique mais c’est un pur délice!

  2. Tout-à-fait le pur plaisir de retrouver des vieux camarades, incroyablement doués et simples en même temps. Du bonheur, quoi!
    ;-)

  3. In reply to Mmarsupilami

    Ton commentaire tombe à point, je ne trouvais pas ton mail… :)

  4. Alors sans vouloir faire mon râleur de service, je trouve que ce disque manque d’émotion. Les ambiances et l’esprit sont là mais ça manque d’enjeux…

    Mais toujours un plaisir de te lire sinon :)

  5. Mega d’accord avec la Demoiselle, très bon album ! Du bon Black Keys bien brut et direct..
    Je vais te lire plus souvent je crois.

  6. … yes !!! après « Attack & Releaseleur » « Brothers » est une nouvelle bombe… Tous aux abris !!!

  7. … yes !!! après « Attack & Release((leur) est en trop… oups) » « Brothers » est une nouvelle bombe… Tous aux abris !!!

  8. Super Album effectivement, les clips sont craquants aussi!Il tourne en boucle depuis qu’il est sorti… Ce qui devient rare chez-moi.

    Dans la même veines(blues rock),je citerais pour ceux qui veulent prolonger l’expérience: Pearlene et les Soledad Brothers (je cite pas les White Stripes déjà cité dans l’article).

  9. superbe album, efficace, racé, varié, j’aime bcp !!

  10. Pareil !
    Claque dans la platine. Excellent duo que je découvre (en fait je connaissais « BlackRoc » sans connaitre Black keys (la lose…).
    Découvert ici même (net-emergence, noomiz, tout ça, tout ça). Merci bien.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

hello