Critique de « Invisible Girl » (2009) de The King Khan & BBQ Show

  • 20 janvier 2010
  • Par Eddie

Ma note

Liste de lecture
1 | Anala
2 | Invisible Girl
3 | I’ll Be Loving You
4 | Animal Party
5 | Spin the Bottle
6 | Third Ave.
7 | Tastebuds
8 | Truth Or Dare
9 | Crystal Ball
10 | Lonely Boy
11 | Tryin’
12 | Do the Chop

Liens
MySpace
Deezer
Amazon MP3 (8,99€)
Extraits

The King Khan & BBQ Show, c’est un couple de Canadiens déjantés qui font du garage rock orgasmique. Le premier s’est aussi fait appelé Blacksnake (sic), le second Skutch, Creepy, Bridge Mixture, Kib Husk, Noammnn Rummnyunn, Blortz, Celeb Prenup et finalement BBQ. Deux drôles de zozos qui ont sorti le 3 novembre dernier leur 3ème album studio, Invisible Girl. Ils font un mélange de garage rock et de doo-wop, doo-wop dont je ne passerai pas quelques lignes à vous expliquer l’essence, allez plutôt écouter ça.

J’étais partie pour redémarrer mes chroniques de disques avec le dernier album de Beach House, et puis Jay Reatard est décédé et j’suis malgré moi retombée dans le rock garage, drôle et sans concession à une quelconque mode. Je vous avais déjà parlé des Black Lips, mais pas encore assez de King Khan. Sur ce disque il est accompagné de son frère d’armes Mark Sultan (qui a toujours un turban sur la tête, tandis que Khan… euh… disons qu’il se croit toujours au carnaval de Dunkerque, ‘voyez) (ça donne envie, hein ?). Frère d’armes, c’est même pas encore suffisamment fort. Je pense qu’ils ont une de ces relations amicales fusionnelles, où chacun finit les phrases de l’autre, où l’on devine les pensées de l’autre avant même qu’il les ait pensées, ce genre de choses. Le genre de relation où il existe une sorte d’émulation créative qui peut s’avérer dangereuse si le seul domaine où vous faites preuve de créativité est la connerie la plus crasse. Dans le cas de King Khan et Mark Sultan, c’est un gentil délire garage sous perfusion fifties, sixties et seventies, avec un petite quelque chose de chamanico-vaudou-disco-pop. Vous me suivez ? Plus simplement, avec leurs potes les Black Lips et d’autres dingos, ils redéfinissent la notion de fun en musique.

Chaque morceau de Invisible Girl est une surprise. Et personnellement, je suis allée de bonne surprise en excellente surprise. Il faut dire que King Khan, que ce soit avec les Shrines ou The BBQ, ça peut vite partir en cacahuète et perdre sa sensibilité pop, et donc me perdre en route.

Tiens, je pense à ceux qui détestent Phoenix en me disant que justement ils risquent d’adorer ce disque. L’argument anti-Phoenix de base c’est, en résumé, que nos Frenchies adorés fassent de la bouse infâme et branchouillarde. Comme tout avis musical, ça se tient, me direz-vous. King Khan & The BBQ sont branchouillards dans une partie des Etats-Unis, heureusement en France, ils ne sont encore qu’un groupe que les anti-Phoenix qualifieront sûrement d’authentique, d’honnête, etc. Et quand les Inrocks en parleront, boum, ce sera branchouillard et donc indigne d’intérêt. Le pire c’est que j’exagère à peine.

Tout le monde est donc susceptible d’aimer Invisible Girl. De toute façon, j’vois mal comment il est difficile de ne pas aimer « I’ll Be Loving You ». Ou « Anala » tenez, pour commencer par l’début pour une fois. Tout ce qu’il y a à savoir, c’est qu’il ne faut pas se prendre la tête à essayer de comprendre quoique ce soit ou de chercher à analyser le style, tel riff, à essayer de chercher dans l’histoire musicale des précédents à l’utilisation de « baou baou baou » en choeurs, y a juste à mettre le son à fond, se vider la tête et hurler à tue-tête les refrains de « Invisible Girl » ou « I’ll Be Loving You » en secouant au rythme des riffs de guitare basiques, des cymbales, maracas, carillons, bâtons de pluie et tous les autres idiophones utilisés par Mark Sultan. Ils ne sont que deux, mais j’peux vous assurer qu’ils sonnent comme cinq. Et en concert, King Khan occupe la scène, la fosse, les loges et les rideaux comme personne.

Sur « I’ll Be Loving You » Sultan fait montre de ses talents de chanteur, même si j’me dis qu’il ne fait qu’imiter, avec une voix de mec et tout seul, les Ronettes ou les Supremes. « Animal Party » est un autre grand morceau de ce disque (pas « grand » dans le sens où il marquera l’histoire de la musique pour les années à venir, hein), dans lequel King Khan discute avec un cochon et se fait attaquer par une poule. C’est con, mais c’est génial, on se croirait dans un cartoon. La mélodie est imparable et si vous vous surprenez à imiter une poule en rythme, ne vous sentez plus seuls. « Spin the Bottle », avec ses petits solos de guitare très kinksien, n’est pas mal non plus même si elle commence un peu à me lasser, contrairement aux précédentes. Bon, en même temps j’écoute cet album au moins une fois par jour depuis 2 ou 3 semaines…

Ce que j’aime avec ce groupe, c’est que c’est assez facile de les imaginer en train de jouer ce que je suis en train d’écouter, l’interprétation est parfois tellement théâtrale, voire cliché : par exemple sur « Third Ave. » j’imagine tellement bien King Khan Mark Sultan se la jouer diva. Ce morceau pourrait être sur la bande-originale d’un film romantique bidon des années 1980, j’adore. « Tastebuds » est un hommage aux Ramones, j’vois que ça, une sorte de parodie du morceau punk basique (sauf qu’elle dure 3’21 » ce qui est un peu long pour un morceau de punk, mais ils s’en foutent). Drôlissime et étrangement adddictif ! « Truth or Dare » ressemble à un morceau suuuuper connu sur lequel, bien évidemment, je n’arrive plus à remettre le titre, je fais donc appel à votre pitié. « Crystal Ball » est un autre joyau fun, du bon rock’n’roll à la Hives sans les hurlements maniaques et quelques lignes narratives étranges. C’est boooon !

Ils reprennent les codes du doo wop, du rock’n’roll, du punk, les détournent, les retournent, et transforment le tout en une bonne galette de fun. Pas parfait, car je suis certaine que certains morceaux finiront par s’effacer de ma mémoire dans pas si longtemps, mais très bien foutu et ultra-divertissant ! Excellent album.

Votre avis ?
[ratings]

Il y a 5 commentaires.

  1. J’ai encore une poignée d’albums de 2009 à chroniquer, c’est ça de prendre son temps, j’arrive plus à suivre ! :-p ‘comptez pas sur moi pour laisser de côté des albums de 2009 , 2008 ou 1967 que j’ai aimés juste pour chroniquer plus rapidement des albums de 2010. Namého.

  2. En fin, c’est Mark Sultan qui chante ‘Third Ave’ pis ‘I’ll Be Lovin You’!!!!

  3. In reply to Robocop

    Autant pour moi, merci pour la rectification !

  4. Je teste une nouvelle mise en page sur cette chronique !

  5. cet album est grand, la quintessence du lo-fi
    des grandes mélodies pop, le son des grattes est savoureux!

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :