Critique de « Music For a While » (2009) de Revolver

Music For a While (2009)Music For a While

par Revolver

Album 3 étoiles
Année : 2009
Label : Delabel/EMI
Stéréotypes : Pop
Liens : SiteMySpaceTélécharger

Si je vous dis POP, vous pensez à quoi ? Certains ultra-geeks penseront au protocole pop pour les messageries instantanées ou à Prince of Persia, d’autres penseront à l’album de U2, d’autres encore penseront à l’alcool… Personnellement, le terme « pop » me fait penser à deux choses contradictoires, comprises dans un seul terme : la musique pop. Pour dire ça trivialement : y a pop et pop. Et puis il y a Iggy Pop, m’enfin là c’est une autre histoire.

Z’avez la « musique populaire contemporaine », un terme galvaudé pour désigner les bouses télévisuelles qui sont formatées à mort pour entrer sans difficultés dans les cages à miel du monde entier. À une époque c’était les maisons de disques qui s’occupaient de ce formatage, maintenant c’est les artistes eux-mêmes qui se formatent pour entrer dans un style et plaire à tout le monde.

Et puis z’avez la Pop. Mettons-lui un grand P pour la distinguer de la pop du paragraphe précédent.

Revolver fait de la Pop. Il paraît même que c’est de la « pop de chambre », du nom de leur premier EP sorti il y a 1 an, et qui m’était tombé dans les mains comme d’habitude par hasard. Je connais pas les critères qui permettent de déterminer que tel album est bon ou mauvais. Comme j’y connais rien, j’me suis fait mes propres critères, qui vont sûrement vous parler un peu mieux qu’une analyse détaillée des arpèges de chaque chanson.

Music For a While est un très bon album car il n’y a aucun raté. Aucune chanson ne tombe en-dessous de la barre du « splendide ». Toutes les chansons risquent de vous faire serrer les fesses en rythme et remuer vos pieds comme si vous dirigiez l’orchestre Revolver. Orchestre composé de trois Français de 21, 22 et 23, avec leurs gueule de premiers de la classe, qu’ils furent certainement lors de leur passage au conservatoire de Notre-Dame de Paris. Une critique négative qui risque de les suivre un peu partout, c’est leur côté « propre ». Bah oui, c’est carré, il n’y aucune note qui déborde, les cordes sont pincées au bon moment, la voix (très mature, douce et enveloppante) est juste, les harmonies vocales à 3 sont bien placées, tout en subtilité…

Mais l’essentiel est bien ce qui suit : il y a au moins 7 tubes potentiels sur les 12 chansons du disque, et toutes, je répète pour ceux de fond, toutes ont une gueule terrible. Et pour en remettre une couche sur la « musique populaire contemporaine », prenez n’importe quel titre de ce disque, il dépasse de 3 têtes en maîtrise et en classe la plupart de ce que vous vous payez à longueur de journées sur les ondes FM.

Music For a While est un très bon album parce qu’on sent chez ces jeunes hommes des influences qui brossent dans le sens du poil tout ceux et celles qui se sont intéressés à un moment donné à la Pop. Très facile de penser aux maîtres Beatles, qui ont défriché le genre comme personne. Le groupe cite les Kinks comme influence, ils pourraient citer tout un tas de groupes des années 1960 et 1970 ayant amené la pop et le pop-rock à maturité, dans les traces des Scarabées (les Faces par exemple, qui sont quand même plus électrifiés que nos Français). Facile aussi de penser aux mélodistes folk de renom, tel Neil Young.

Ju de DODB a eu le même sentiment que moi quand il écrit que « l’on imagine sans soucis les compositions de ce Music For A While jouées par un orchestra philarmonique ». Il faut dire que Revolver est une formidable machine à mélodies, pêchant leurs idées un peu partout, et construisant autour des compositions immédiates de justesse, enlevées et rock’n’roll comme sur le génialissime « Get Around Town » (dont je préfère la version de l’EP) ou « Luke, Mike & John » ou plus posées mais toujours aussi entraînantes (« Back to You », « Do You Have a Gun ? », « Untitled #2 »).

12 titres d’une telle maîtrise, c’est vraiment incroyable. Leur premier EP avait déjà mis pas mal de monde sur les fesses, générant une grande attente pour ce premier LP. Je ne crois pas que ce soit m’avancer de dire que Music For a While ne décevra pas grand-monde.

Aussi splendides que soient toutes ces chansons, certaines sont forcément plus facilement « zappables » que d’autres. C’est le malheur du CD et encore plus du mp3. Avec les vinyles, c’était tellement emmerdant de passer une piste que des pistes qui ne convaincaient pas du premier coup avaient d’autres chances de faire leur nid dans nos cages à miel, mais avec les mp3s, vous zappez une chanson en un clic ! Ainsi c’est assez dur de se retenir de n’écouter que les pistes qui vous ont tapé dans l’oeil. J’dois bien vous avouer que je me suis passé « Get Around Town », « Balulalow » – le titre de celle-ci est fabuleux – et « It’s Alright » quelques dizaines de fois, avant de m’intéresser un peu plus au reste.

Certaines d’entre elles ont encore du mal à susciter la petite étincelle d’émotion qui me font m’attacher à elles en un clin d’oeil. C’est là que peut-être le côté « propre » a des désavantages : leur musique manque peut-être parfois d’aspérités qui permettent à l’auditrice (moi, en l’occurrence) de s’y infilter et de s’y faire un nid. Parfois j’ai l’impression que le groupe me prend par la main pour me faire faire le tour du propriétaire, m’éblouir avec leur mobilier reluisant (les meubles, dans cette métaphore hasardeuse, ce sont les mélodies), mais ne me propose pas forcément de dormir chez eux, ‘voyez.

Le fait est que vous devriez trouver votre bonheur dans ce disque, quelles que soient vos affinités. Music For a While est un excellent album. Il ne casse pas la baraque, mais vous invite plutôt dans l’univers intimiste, à la fois baroque et classique, en se conformant à ce qui fait, selon moi, une grande réussite Pop.

Compte tenu du perfectionnisme évident des bonhommes, les voir en concert risque d’être un ravissement. Allez jeter un oeil à leur MySpace pour ne pas les rater et découvrir 3 extraits de l’album qui sort le 1er juin dans les bacs.

Votre avis ?
[ratings]

Il y a 10 commentaires.

  1. mais oui!

  2. Le cocktail Beatles-kinks-faces-Neil young fait que je vais m’empresser d’écouter ces jeunes français. Pour l’instant je suis plutôt (côté français) dans les second sex et asyl.

  3. je les ai vu au centre pompidou par hasard avec Nelson (avouez qu’il est difficile de faire plus décaler comme affiche!)

    superbe! je cours l’acheter pour profiter au maximum de ce lundi ensoleillé.

  4. c’est l’album que j’écoute le plus en ce moment… un vrai régal !!

  5. Découverts à Taratata, et c’est vrai que c’est ciselé et d’une maturité incroyable.

    J’écoute en boucle aussi et ravi de voir que je ne suis pas le seul à faire la différence entre mettons, la pop et la Pop. lol

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :