Critique de « Wolfgang Amadeus Phoenix » (2009) par Phoenix

Wolfgang Amadeus Phoenix (2009)Wolfgang Amadeus Phoenix

par Phoenix

Album 5 étoiles
Année : 2009
Label : Loyauté
Stéréotypes : Pop, Rock
Liens : SiteMySpaceTélécharger

Bon et ben voilà, je lui ai mis 5 étoiles à ce disque. Je n’arrive plus vraiment à me souvenir pourquoi je n’avais pas du tout apprécié la seconde moitié de Wolfgang Amadeus Phoenix. Il y a la critique qui revient souvent concernant les Français de Phoenix : on peut, en trifouillant avec la ferme intention de prouver que tout se ressemble, trouver des similitudes dans chacun de leurs chansons.

Phoenix c’est simplement un son, une identité, qui fait qu’on reconnaît du Phoenix quand on l’entend, pas seulement grâce à la voix de Thomas Mars. It’s Never Been Like That leur avait offert à un certain écho médiatique, mais ne m’avait qu’à moitié convaincue. Wolfgang Amadeus Phoenix casse la baraque.

C’est bien simple, tous les titres pourraient être des singles, sauf peut-être « Love Like a Sunset », mais à l’ère d’Internet, tout est possible. J’ai des tas de slogans publicitaires qui me viennent à l’esprit : Phoenix ? Ca coule de source !, Phoenix, la pop devrait toujours être aussi bonne que ça ! (ou encore : Un Mars et ça repart !, que le chanteur a dû entendre quelques fois, désolée Thomas).

Wolfgang Amadeus Phoenix, c’est le genre d’album que je découvre avec en tête qu’il ne vaut pas forcément la hype qu’on lui attribue. Alors j’cherche des poux. Mais à force de chercher, d’écouter le disque deux fois, cinq fois, vingt fois… j’en oublie pourquoi j’essaye de lui trouver des défauts, et ses qualités me sautent aux yeux de plus en plus clairement.

Prenez « 1901 » : c’est le tube pop rêvé. 3 minutes, pile comme il « faut », des montées d’adrénaline toutes les 30 secondes, des basses monstrueuses, une impression immédiate à l’arrière de votre bulbe, et vous vous en prenez pour 6 mois de sifflotage intensif. Alliage parfait entre mélodie et exigence pop, énergie rock et … et merde, je retombe dans le slogan publicitaire.

A ma décharge, il faut bien avouer que critiquer un disque pareil, c’est pas un job. Ces Français sont trop doués. Tout à l’air facile, tout est évident. « Fences » déborde de simplicité et de maturité. Ils prennent leur temps, tranquillement, pour nous rappeler que s’ils savent balancer des tubes pop imparables, ils ont le sens du groove (même si le morceau finit par être un peu répétitif, j’ai tendance à passer à la suivante avant la fin – honte sur moi) et une envie insatiable de repousser les limites de leur son.

Ceux et celles qui connaissent déjà le groupe retrouveront un univers familier, avec la satisfaction immense de voir leur groupe progresser sans tomber dans la facilité, mais seront sans doute étonnés par « Love Like a Sunset », un morceau de prog-rock titanesque. Si l’expression « montée d’adrénaline » veut bien dire quelque chose, elle trouve tout son sens dans ce morceau. Épique. Voilà peut-être pourquoi la seconde moitié du disque m’avait semblé un peu insipide à la première écoute. Difficile de se remettre d’un morceau pareil ». Je recommande donc une pause-pipi après ces 7’38 » de pure béatitude.

La voix de Thomas Mars dégage beaucoup d’ennui, de frustration, une espèce de maturité de grand-père piégé dans un corps de trentenaire aux chemises à carreaux. Mais la frénésie musicale de « Rome » ou « Countdown » arrive toujours à lui faire lâcher les cheveaux, et la chanson prend son envol vers la stratosphère à ce moment-là. « Rome » en ce sens est peut-être la chanson la plus impressionnante du disque avec « Love Like a Sunset ». Les paroles de Mars laissent assez de place à l’interprétation, les thèmes étant assez similaires au précédent disque : l’amour et… eh bien tout tourne plus ou moins autour de l’amour. Phoenix le revendique, et ça fonctionne plutôt très bien. Je ne m’étends pas, l’analyse de texte ne m’intéresse pas vraiment.

D’autres pépites s’enchaînent, le très jouissif « Girlfriend » où j’me rends compte à quel point la batterie joue un rôle primordial. Un album plus rythmé que le précédent ? Je ne me souviens plus, et franchement je n’ai pas envie de me détacher de WAP. Et enfin, trop tôt, car j’en voudrais encore 30 des chansons d’une telle maestria, « Armistice » qui ne déroge pas à la règle qui semble avoir été établie pour ce disque : ne rien faire qui ne se retrouve en-dessous de la barre de la virtuosité pop.

Le groupe ne se perd pas dans des expérimentations, ne cherche pas à révolutionner la musique, ne tombe pas dans la mégalomanie pop comme le titre de l’album aurait pu l’indiquer, rien de tout ça : il balance 9 chansons d’une qualité irréprochable, qui risque de vous faire sauter dans tous les sens, vous envoyer en l’air à des altitudes incroyables, et ce avec une facilité tout simplement déconcertante. C’est un disque que je vais écouter des centaines de fois, je le sais déjà (c’est presque le cas avec « Love Like a Sunset » qui aurait dû faire partie de ma playlist de révisions en fait).

Comme United, leur premier disque sorti il y a déjà 9 ans, Wolfgang Amadeus Phoenix ne devrait pas prendre une ride au cours des prochaines décennies. Un peu comme Animal Collective avec leur dernier disque, Phoenix tient sans doute là son premier très grand disque, le genre qui restera dans les mémoires plus longtemps que les autres.

Votre avis ?
[ratings]

Il y a 19 commentaires.

  1. « Je n’arrive plus vraiment à me souvenir pourquoi je n’avais pas du tout apprécié la seconde moitié de Wolfgang Amadeus Phoenix », Bah en fait aussi exceptionnel que soit le disque, la deuxième moitié est clairement un peu en deçà avec des titres légèrement (mais vraiment légèrement)moins incisifs.

  2. In reply to Benjamin F

    J’dirais pas « en deçà », mais différents, moins punchy que les deux premiers, moins inattendu que « Love Like a Sunset », mais j’crois qu’ils vont très bien mûrir, notamment « Countdown » et « Rome ».

  3. Pas du tout d’accord avec ta chronique. Ce disque, c’est juste un son, point barre. Un disque de producteur en quelque sorte. Pas d’évolution, pas de mélodie, pas d’émotion, juste beaucoup de mégalomanie, en témoigne le sirupeux et indigeste « Love Like A Sunset ».

  4. et ben moi je le trouve tout sauf indigeste le Love Like a sunset, surement l’un de leurs meilleurs morceaux. en live il est tout simplement énorme

  5. Il m’aura fallu du temps pour l’écouter ce disque car si j’adhère a fond au son Phoenix (pop lounge sexy rebondissant tout ce que j’aime!), je trouve effectivement la voix du chanteur un peu plate, un peu ennuyeuse, meme si comme tu la dit Eddie, Papy fait parfois de la résistance. En bref j’ai fini par m’y mettre et cet album est tout simplement génial! Normal de redescendre de sa bulle au milieu de l’album quand le groupe nous case ses trois meilleures chansons dès le début mais quand même, ça balance du pâté! Et des albums comme ça, j’en redemande!

  6. Rome est vraiment très jolie. Ma chanson préféréede l’album

  7. A lire vos critiques dithyrambiques je me demande si je ne me suis pas trompé de lien et si le sujet est bien Phoenix. Rien n’est génial dans Phoenix, tout est convenu, jusqu’au gros son pour masquer le manque de musicalité, l’absence de fond et d’énergie. Après les avoir vu lors d’un concert hystérique le mois dernier, je fais un trait définitif sur ce faux groupe. 6 personnes sur scène, pas un seul musicien. De l’artificiel creux, vraiment décevant.

  8. Pardonnez mon ultime message, mais à l’écoute de vos exemples…je dirais qu’il serait bon de revoir vos critères de subjectivité. Ce n’est pas parce que les goûts et les couleurs ne se discutent pas, qu’il faut forcément ne pas tenir compte du fait que l’on écoute de la merde en boîte à la mode. C’est assez facile de prétendre ne pas être objectif et de faire un classement à côté duquel le top 10 d’NRJ passerait pour pertinent. Ce dernier ayant pour immense avantage par rapport au votre d’être audible. Avoir des goûts criticables c’est une chose, ne pas se remettre en question dans ses choix personnels aussi, mais faire consensus, et se complaire dans une « sous-médiocrité » d’électro pop clubbing branchouille à la mode, c’est carrément…lamentable. Wolfgang Amadeus Phoenix 5 étoiles sur 5, album à en pleurer Oo pardonnez moi madame, mais soit vous manquez cruellement de culture musicale et vous avez restreint votre champs de connaissance à ce cadre de référence limité, soit votre manque d’objectivité est à rapprocher de la surdité. Dans les deux cas je vous souhaite pour le bien de vos oreilles et de celles de vos lecteur, d’acquérir d’avantage d’objectivité pour l’année 2010. Etre critique, même sur un blog gratuit et libre, c’est à dire qui n’oblige personne à le lire, implique un minimum de pertinence au moins par respect pour ceux qui essaieraient de trouver des bonnes surprises musicales à découvrir ! ne serait-ce que pour eux…faites un effort. Ne vous complaisez pas dans un plaisir narcissique dénué d’intérêt. Faites des études ! :) ouvrez votre esprit à au moins 3 styles de musique différents ! je sais pas, aimez vous vous même ! ps : j’ai écouté toutes vos suggestions. I-doser, un lendemain de nouvel an et un bad trip cumulé auraient sommairement moins d’effet. Conseil du jour : Them Crooked Vultures est un bon album de 2009…les musiciens sont pas trop mauvais à la base. Bonne écoute et soyez heureux :)

  9. In reply to Jonhy

    Je n’ai jamais prêté beaucoup d’attention aux donneurs de leçons comme vous, cher Jonhy, mais comme vous m’avez fait particulièrement rire je vous gratifie d’un commentaire de remerciement :)

    Paix et prospérité \/

  10. In reply to Eddie Williamson

    Them Crooked Vultures est un album de mairde, ‘faudrait penser à vous mettre à jour niveau culture musicale et nouveautés, môôssieur ! Et arrêtez de lire Rock&Folk !

    (diantre, c’est vrai que c’est plaisant)

  11. Blog « garanti sans objectivité », ça veut dire qu’on est simplement là pour se faire plaisir, c’est jamais qu’un blog… Je pense que la dame n’a jamais eu la prétention de vouloir établir un dictionnaire du bon goût musical universel, inutile de se montrer si agressif.
    (Et puis soyons honnêtes : si Phoenix ne va sûrement pas révolutionner la musique, leur dernier disque est tout de même bien sympathique. Et les comparaisons avec NRJ sont tout sauf pertinentes)

  12. Y en a qui prennent ça vachement à coeur n’empêche !!
    ^____^
    Sinon y a une ptite croix quelque part sur votre navigateur pour fermer la fenêtre si ça ne vous plait pas, ça marche plutôt pas mal.

    Et encore sinon : merci Mlle Eddy pour ce blog où bien que je n’aime pas tout j’ai déjà eu une jolie dose de pépites !!

  13. :) désolé je ne lis pas Rock and Folk…c’est vrai que j’y suis allé un petit peu fort.
    Ceci dit je suis heureux que vous puissiez dire que Them crooked Vultures est un album de merde, ça me conforte dans l’idée que quelqu’un qui crache aussi violemment sur des musiciens tels que Dave Grohl de Nirvana, Josh Homme de Queen of the stone Age et John Paul Jones de Led Zep n’a vraiment rien compris à ce que peut signifier être un minimum objectif musicalement parlant. Heu et puis j’ai 22 ans hein, j’ai pas la cinquantaine ^^ mais ça m’empêche pas de dire que Zero 7 c’est super mais que Neil Young c’est quand même un cran au dessus bien que les deux style diffèrent sensiblement. Enfin bon encore désolé d’avoir pu être désagréable, mais la musique pour un musicien, c’est sacré, ça mérite un minimum de respect ! Le respect que j’ai pour vous l’est tout autant croyez le sincèrement :p

    Bien cordialement.

  14. Et l’ironie lui est aussi étrangère, mon dieu.

  15. In reply to Eddie Williamson

    Ceci dit je trouve l’album de TCV vraiment moyen (et vous savez que j’adore Nirvana, QOTSA et Led Zeppelin, mais si les talents s’additionnaient comme des pommes de terre, comme le suppose vraisemblablement Jonhy là-dessus, ça se saurait).

  16. « Them Crooked Vultures est un album de mairde, ‘faudrait penser à vous mettre à jour niveau culture musicale et nouveautés, môôssieur ! Et arrêtez de lire Rock&Folk ! »

    Aucune trace d’ironie…ni dans la syntaxe, ni dans la ponctuation…Rien dans cette phrase ne laisse penser que vous ne pensiez pas ce que vous disiez.A la limite le mairde mal orthographié mais libre à vous d’écrire comme une gamine de 16 ans. Je pense simplement que vous essayiez de vous rattraper parce que vous avez compris que ce que vous disiez était grotesque :)
    Quand à l’addition des talents…oui il semblerait qu’il y ai de sacrés exemples :
    Armstrong et ella Fitzgerald, Django et Grappelli, Cypress Hill et House of pain, Korn/ice cube/Fred Durst, Joseph de Gojira et Sepultura, Neil Young et le Crazy Horse, The Velvet avec Nico et j’en passe des centaines d’autres encore bien plus grands. En fait la plupart des plus grand groupes de musique (tous styles confondus) qui ai jamais existés pendant ce XXe siècle n’ont jamais refusé de travailler avec d’autres et en particulier pendant les années 60-70 ou c’était quasiment continuellement… Cela s’appel la fusion mademoiselle…Si la fusion n’était pas pour les groupes un moyen certain de s’ouvrir à de nouveaux horizons musicaux et d’évoluer, « ça se saurait » ^^…encore une expression moyenâgeuse comme on devrait ne plus en voir (si la terre était ronde ça se saurait !… mon dieu ! ><)

  17. In reply to Jonhy

    Pourquoi tant de haine sur cet album et ce groupe? Personnellement je n’ai jamais critiqué un artiste, ou une oeuvre, littéraire, musicale, cinématographique, ou tout autre. On n’aime ou on n’aime, on adhère ou on n’adhère pas à un genre musical, point. Cela va vous surprendre j’ai 55 ans, j’ai entendu cet album à la fnac au mois de mai 2009 à sa sortie, et j’ai accroché, je l’ai acheté, et je l’ai écouté plusieurs fois, je ne vais pas dire que cet album est génial, mais il se laisse écouter sans problèmes. Je suis très éclectique dans mes gouts musicaux, Brian Wilson, Led Zep, Génesis, Pink Floyd, América, Yes, Santana, Supertramp, CSNY, James Taylor, Beatles, Beach Boys, Deep Purple j’en passe et des meilleurs, enfin peut être pas, pour moi, en tout cas. On recherche quoi en musique, soit une oeuvre grandiose que l’on va écouter dans son fauteuil, en essayant de décortiquer chaque instrument, chaque accord, et à chaque fois on se le repasse religieusement, soit d’autres albums que l’on écoute avec plaisir, et faisant autre chose, lecture, bricolage… voilà, pour moi la musique c’est cela, je suis surement passé à coté de groupe et d’albums, que soit, je ne connais pas ou qui ne m’ont pas interpellé lors d’une première écoute,mais je ne dénigre pas systématiquement. La réunion de plusieurs personnalités ne fait pas forcément l’unanimité Par contre, une réunion de talent que je vous conseille est « Traveling Wilburys ». Mais vous devez connaître surement.
    Je voulais apporter mon humble témoignage et je rejoins complètement Wendy dans son analyse sur le blog.

  18. Je l’écoute régulièrement et depuis le temps j’ai toujours autant plaisir à l’écouter.
    Un live a confirmé mon affection pour ce groupe.

    Pourquoi systématiquement toujours vouloir analysé comme on vous l’a formate pendant votre période scolaire ? C’est typiquement frenchy ça, pas de place aux coup de coeur chez nous.

    Parfois j’ai envis de dire à tous j’aime et alors ? Je vous énmerde, je me régale, je prends mon pied cela fait il de moi un « inculte » ?

    Cette critique est sincère, et parfois ça ferait pas de mal de laisser son cœur s’exprimer plutôt que de cracher une soupe moralisatrice pseudo rebelle, intellectuelle qui au final n’est rien d’autre qu’une soupe réchauffe.

    Merci pour le blog, continuez et …. Merde ! ;)

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :