Sharon Jones, l’autre diva soul

Chronique

Je fais bien sûr référence à Amy Winehouse (vous l’avez vue hier soir en Afrique du Sud ? aïe aïe aïe) et à toutes les Winehouse-like, toutes ces filles blanches aux voix de chanteuses afro-américaines qui font le bonheur de tous les producteurs américains et qui poussent comme des champignons, parfois avec du talent, parfois sans.

sharonjones.jpgSharon Jones est une diva qu’on croirait sortie tout droit de la période 1965-1975, l’âge d’or de la musique soul avec des gens comme Aretha Franklin, Gladys Knight, James Brown ou Marvin Gaye. Accompagnée de l’excellent groupe The Dap-Kings, groupe résident du label Daptone Records, situé à Brooklyn, New York, (c’est-à-dire qu’ils jouent pour la plupart des disques produit par cette maison de disques ; ils ont aussi fait la tournée américaine d’Amy Winehouse, et jouent lors de certaines de ses apparitions télé comme aux derniers Grammys), elle est parvenu à capturer l’essence de ce qui a fait le succès de la soul et du funk pendant des décennies et à la restituer sur ses 3 albums, qui sont tous réussis.

sharonjones2.gifSharon Jones & The Dap-Kings se sont faits connaître du grand public grâce notamment à leur reprise de la chanson de Woody Guthrie « This Land is Your Land », chantée dans toutes les écoles américaines du pays, mais souvent amputée de ces vers : « In the squares of the city/ In the shadow of the steeple/ Near the welfare office/ I see my people/ And some are grumblin’ and some are wonderin’/ If this land’s still made for you and me. » (Dans les places de la ville/ Dans l’ombre du clocher/ Près du bureau de l’aide sociale/ Je vois mon peuple/ Et certains se plaignent et certains se demandent/ Si ce pays est encore fait pour toi et moi). Sur leur second album, Naturally (2005), ils ne se sont évidemment pas auto-censurés. Leur version est sans doute la plus belle depuis l’originale du dieu folk Woody Guthrie (et à côté c’est « Your Thing is a Drag », qui vous fera forcément penser aux transes cultes de James Brown).

Funky baby ! C’est en écoutant Sharon Jones & The Dap-Kings qu’on se rend compte à quel point le r’n’b actuel est différent (et sacrément … non pas d’insanités, Eddie) et à quel point on en a oublié l’essence. Les paroles tournent autour du « He loves me / He loves me not », ce qui peut faire un peu cliché, mais c’est tellement bien chanté, tellement bien joué.. Je vous laisse juge en vous proposant « How Long Do I Have To Wait For You », qui va squatter mon iPod tout l’été :

sharonjones3.jpgLeur dernier album 100 Days, 100 Nights, sorti en 2007, est légèrement différent. Il est moins funky, plus calme, plus profond… Maybe I got to slow it down a little, take my time déclare Sharon Jones dans la chanson qui ouvre l’album, qui porte également son nom. Sharon Jones montre sur cet album toute sa classe, tout ce qu’elle peut faire avec sa voix. Elle n’est pas dans l’imitation d’Aretha Franklin ou de Betty Lavette, elle crée. Comme Amy Winehouse, qui est la tête d’affiche commerciale et, malheureusement, tabloïdale (ça se dit ?) du mouvement revival soul dont Sharon Jones & The Dap-Kings sont, à ce que j’ai pu entendre sur leurs 3 albums, les meilleurs représentants.

Si vous aimez la soul et le funk tel qu’on pouvait l’entendre à l’époque et qu’on entend encore, parfois, sur les bonnes ondes, vous adorerez Naturally et 100 Days, 100 Nights.

8,5/10

Voici donc le clip de 100 Days, 100 Nights :

Sharon Jones & The Dap-Kings sont actuellement en tournée et ils seront en France à St-Etienne le 4 Juillet, à Belfort pour les Eurockéennes le 5 et à Antibes-Juan Les Pins le 15 pour le festival Jazz à Juan Les Pins.

Pour écouter Naturally et 100 Days, 100 Nights sur Deezer, c’est par ici, et pour acheter les disques, c’est par là.

Pas de commentaires

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :