Stereolab – Chemical Chords (2008)

  • 29 août 2008
  • Par Eddie

Chemical Chords - Stereolab Chemical Chords (LP)

par Stereolab

14 tracks – 4AD – 24 Juin 2008

Album 4 étoiles

“Le meilleur album pop de l’année”

Stereolab est réputé pour ses paroles engagées : de la pop engagée politiquement et philosophiquement à un tel point que certains osent l’appeler de la « pop marxiste », c’est vous dire qu’il faut prêter attention aux paroles de leurs 12 albums – déjà ! C’est pas du Mylène Farmer ! Bon sang, vous l’avez entendu son dernier album ? Je veux pas participer au lynchage collectif, mais tout de même… Enfin allez l’écouter, vous n’avez pas besoin de moi pour vous en rendre compte. Parlons musique : Stereolab est un groupe anglais qui a considérablement innové et influencé la pop dans les années 90, souvent cité en référence. Il y a même un blog qui s’appelle Sounds Like Stereolab ! Il est difficile de faire une liste de tous les groupes influencés par ces Anglais (et cette française), tout comme il est difficile de lister toutes leurs influences.

Ils ont en effet un don pour mélanger différents styles tout en gardant leur identité propre, celle d’une pop qui semble au premier abord « gentille », de la pop-bonbon, notamment à cause (grâce?) à la manière de chanter détachée, presque désintéressée par fois de Lætitia Sadier, mais qui, en y regardant de plus près, possède un songwriting d’une grande qualité – pas marxiste, je vous rassure, même si le barbu est à l’origine de plusieurs des idées contenues dans les paroles ; mais encore une fois, tout est sujet à interprétations, et l’interprétation marxiste est la plus facile en écoutant certaines paroles, mais les deux piliers et paroliers du groupe, Tim Gane et Lætitia Sadier se défendent de ces « accusations » – et une musique qui, par leurs incalculables influences, ne sonne comme aucun autre groupe de pop music. Il est aussi particulièrement inhabituel, bienvenu et agréable d’avoir un groupe de pop qui semble réfléchir à la fois aux mélodies et aux paroles.

Pour en finir une bonne fois pour toute avec les paroles, qui sont alternativement chantées soit en anglais, soit en français, elles n’ont pas toute une tonalité politique – ou alors je passe complètement à côté -, c’est pas les RATM (oui, les communistes aux places de concert astronomiquement chers). On est plus aisément marqué par les ambiances chaudes, dont les influences Motown (du nom de la célèbre maison de disques) sont plus que palpables sur plusieurs titres, dont « Chemical Chords », « Self Portrait with Electric Brain » et le titre qui ouvre l’album, « Neon Beanbag ». Sur d’autres titres, une ambiance lounge s’installe rapidement, violons et violoncelles rajoutant au côté très charming de l’album qui se révèle être un enchantement de 56 minutes.

Moins expérimental que leurs précédents albums, même s’il conserve le son inimitable de Stereolab, rempli d’innovations et de variations. Vous passerez d’une pop spatiale, psychédélique, à la M83 à de la pop Motown sans vous en apercevoir, le dénominateur commun étant la divine voix de Laetitia Sadier et son petit accent français plus que craquant. Stereolab ne tombe dans aucun cliché, aucune facilité, et cela transpire également dans leur refus d’une promo agressive de leur album (ils ont maintes fois refusé les émissions style « Saturday Night Live »). Cet album est une bouffée d’air frais, et vient s’ajouter avec l’accoutumée délicatesse à la pile d’albums excellents de Stereolab qui continue son parcours sans faute et dont le kaléidoscope musical semble ne jamais vouloir s’arrêter de grandir.

Exotique, avant-gardiste, funky, rétro… Les membres de Stereolab continuent, imperturbables, de faire progresser la pop au-delà de ses frontières, et on voudrait que ça ne s’arrête jamais ! Pop is not dead, les enfants.

Acheter « Chemical Chords » : iTunes Music StoreAmazonFnacmusic

Tracklist : 1. « Neon Beanbag » | 2. « Three Women » | 3. « One Finger Symphony » | 4. « Chemical Chords » | 5. « The Ecstatic Static » | 6. « Valley Hi! » | 7. « Silver Sands » | 8. « Pop Molecule (Molecular Pop 1) » | 9. « Self Portrait with « electric brain » » | 10. « Nous Vous Demandons Pardon » | 11. « Cellulose Sunshine » | 12. « Fractal Dream of a Thing » | 13. « Daisy Click Clack » | 14. « Vortical Phonotheque »

MySpace: myspace.com/stereolab
Site officiel: stereolab.co.uk/

Il y a 9 commentaires.

  1. Vous pouvez retrouver mes 3 chansons préférées dans la bien-nommée « Playlist du siècle » (lol) à votre droite dans la sidebar ! (faites attention, le mode « lecture aléatoire » est enclenché par défaut ;-))

  2. Pingback: www.fuzz.fr

  3. Pingback: tapemoi.com

  4. Oui tout ce que tu racontes est bien juste et toujours aussi bien écrit sauf… Sauf que cela reste encore et toujours du Stereolab !! J’aime beaucoup cet album mais après une telle collections de chansonnettes, j’aurai aimé que le kaléidoscope me surprenne, prenne de la consistante vers des horizons encore inexplorés… Stereolab reste Stereolab, c’est à la fois sa force mais également sa faiblesse… Merci pour cette chronique Eddie !

  5. In reply to Emmanuel

    Génial je retrouve mon image… Fortiche la Eddie !

  6. In reply to Emmanuel

    Qu’est-ce que je ferais pas pour faire plaisir à mes lecteurs :-p

  7. In reply to Eddie

    C’est vrai, je t’ai renvoyé la pareille sur ton mail… ;-)

  8. In reply to Emmanuel

    Cela reste une excellent album ! Mais tu remarquera que je n’ai pas mis 5E malgré mes louanges, je suis consciente également qu’ils ont le potentiel pour sortir quelque chose de … waouw ! mais qu’ils ne l’ont pas encore atteint. Au prochain album peut-être.. :)

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :