Sujet de philosophie : Est-il absurde de comparer Mick Jagger et Keith Richards à Platon et Descartes ?

Les deux têtes pensantes des Rolling Stones sont les dignes héritiers de Platon et Descartes. Les rock-stars ne sont-elles pas les nouveaux philosophes ? Platon n’était-il pas la plus grande rock-star de Grèce il y a 23 siècles ? Mick Jagger et Keith Richards proposent dans leurs textes une philosophie propre à toutes les époques. Il en découle des problématiques fondamentales, des théories immuables, des observations singulières d’une époque en mouvement perpétuel, des conceptions révolutionnaires du Beau, du Vrai, du Bien, du Mal, de tout ce qui vit sur Terre. Mick Jagger et Keith Richards sont les grands penseurs de notre temps, et n’ont rien à envier à Platon et Descartes dont ils semblent descendre, tellement leurs parcours sont en tous points similaires. On gagne donc à écouter les Rolling Stones ce que l’on gagne à lire Philèbe de Platon ou Le Discours de la Méthode de René Descartes.

Qui ne connaît d’ailleurs la méthode richardsienne ? S’inspirant du dualisme de substance popularisé par Descartes, qui affirmait qu’il existait 2 types de substance, la substance mentale et la substance matérielle – comment ça vous voyez où je veux en venir ? -, Keith Richards développera nombre de rituels corps-esprit. Mais n’allons pas trop vite en besogne, et revenons au dualisme de substance qui nous passionne : le dualisme de substance est une position compatible avec la plupart des théologies qui affirment que les âmes immortelles occupent un royaume d’existence indépendant et distinct du monde physique. Keith Richards a tenté à maintes fois de rompre avec la tradition cartésienne. Une de ses expériences les plus célèbres reste celle qu’il conta au magazine de haute volée intellectuelle NME :

«La chose la plus bizarre que j’aie essayé de sniffer? Mon père. J’ai sniffé mon père. (…) Il avait été incinéré et je n’ai pas pu résister à l’idée de le moudre avec un peu de coke. (…) Ca n’aurait pas dérangé mon père. (…) C’est très bien passé et je suis encore en vie».

Encore en vie, certes, mais dépité de ne pas avoir pu mettre un terme à l’interprétation philosophique de la physique quantique, et en particulier l’interprétation selon laquelle la conscience entraîne l’effondrement d’un système constitué de la superposition de plusieurs états quantiques, qui ne sont pas des réminiscences du dualisme de substance, puisque ces interprétations partent en général du principe que l’observateur est enchevêtrement quantique dans l’objet observé, et non pas une substance séparée comme dans le cas du dualisme de substance.

Hé oui, Keith l’avait dans l’cul. Et c’était pas la première fois.

Heureusement, dans ce néant universel, Keith savait qu’il doutait. Et le sachant, il a l’intuition immédiate et claire qu’il n’est pas rien : tandis qu’il doute, il sait qu’il existe existe, car s’il y a un doute, c’est qu’il y a nécessairement quelqu’un qui est là pour douter.

Mais ce n’était que partie remise. Et l’on en revient au sujet : que gagne-t-on à écouter les Rolling Stones ? Keith Richards, lorsqu’il ne s’attelait pas à la remise en cause des conceptions cartésiennes de l’Univers (ou celles de Newton, comme lors du fameux épisode de l' »Expérience du Cocotier »), se passionnait pour la résolution du « problème de l’interactionnisme ». En effet, Keith Richards a interagi avec bon nombre de choses. Pas autant que son collègue de travail Mick Jagger qui a interagi de tous les côtés avec à peu près tout ce qu’il y a de vivant et de mort sur Terre, mais quand même. L’affirmation centrale du dualisme cartésien est que l’esprit immatériel et le corps matériel interagissent de façon causale. Les événements mentaux causent des évènements physiques, et inversement. Cela conduit a un problème très profond concernant le dualisme cartésien : Comment un esprit immatériel peut-il causer quoi que ce soit dans un corps matériel, et inversement ?

Vous m’suivez ?

Aidé de sa Gibson Les Paul Custom 1957 Black Beauty (le modèle à 3 micros, dont on peut retrouver l’esquisse dans les travaux de De Vinci, mais c’est une autre histoire) il s’échina à dépasser toutes les limites de la conception cartésienne de l’interaction. Pour s’en rendre compte, il suffit de se repasser le DVD Four Flicks : quand Keith gratte, le public frémit. L’interaction entre la matière et les décibels est parfaite. Keith pourrait faire marcher les paraplégiques, faire chanter juste Philippe Manoeuvre, rien qu’avec le riff de « Start Me Up ». Keith pourrait faire pleurer Vladimir Poutine en jouant « Angie » au Kremlin. Keith pourrait faire donner des envies de air-guitar à Benoït XVI avec « Jumpin’ Jack Flash » ! Keith pourrait…

… mais Keith qu’il ne pourrait pas faire, en fait ? Mmh ?

Mais tout ça n’est rien en comparaison à l’apport de Mick Jagger à la philosophie moderne. Certains disent de Platon que toute la philosophie découle de ces écrits. Comme Platon, la pensée de Mick « Big Lips » Jagger est une recherche sans cesse recommencée de réalités immuables (le Bien, le Vrai, le Beau) qui se reflètent dans les changements continuels des réalités sensibles, réalités que Mickey a expérimenté de toutes les manières possibles et imaginables.

La starification de Platon au sein de la philosophie antique ressemble presque en tous points à celle de Mick Jagger. Au début, la place de Mick Jagger au sein des Stones est assez discrète. Comme Platon avec Socrate, Jagger reste dans l’ombre de Brian Jones, qui est le véritable leader de la bande, et qui décide des orientations musicales du groupe. Socrate Jones parle, Mick Platon et Keith Descartes suivent.

Mais très vite, une évidence jaillit :

J’ai envie d’vous dire : ça se passe de mots !

Platon (à votre droite, est-il utile de le préciser) est bien plus sexy que Socrate, ce vieux bonhomme qui se baladait pieds nus dans toute la Grèce, n’arrêtant pas de parler. Platon, comme Mick Jagger, avait bien plus d’attitude, de charisme, et sera considéré avec raison comme l’archétype du philosophe, cité comme référence par tout l’underground philosophique indépendant de l’époque. La dépendance archi-connue de Socrate à la ciguë finit par lui coûter la vie. Celle de Brian Jones à la natation finit également par le tuer. Platon et Mick Jagger et leurs sex-appeal respectifs furent dès lors mis en avant par leurs producteurs, et ils devinrent très vite des showmen incontournables.

Et que dire des lyrics des deux bonhommes. Essayez de deviner qui a écrit quoi, c’est plus difficile que vous ne pourriez le croire :

« On ne peut pas toujours avoir ce qu’on veut. Mais si tu essaies parfois, alors il se peut que tu y arrives. Tu obtiens ce dont tu as besoin, oh ouai-ais (hé hé hé, hou) »

« Les hommes ne veulent pas ce qu’ils font, mais ce en vue de quoi ils font ce qu’ils font. »

La filiation entre Mickey et Plat’ saute aux yeux.

« Touché par l’amour, tout homme devient poète. »

« Elle arrive toute rayonnante de couleurs (hou la la) Elle peigne ses cheveux, on dirait un arc-en-ciel (hou la la, hou la la la la, hou la la, hou la la la la la) »

Encore plus troublant :

« J’ai rencontré une tenancière de bar à putes bien imbibée de gin à Memphis. Elle a essayé de me faire monter à l’étage pour une passe. Elle a carrément dû me hisser sur son épaule. »

« Existe-t-il plaisir plus grand ou plus vif que l’amour physique ? Non, pas plus qu’il n’existe plaisir plus déraisonnable. »

Si vous n’êtes pas encore convaincu qu’écouter Mick Jagger et Keith Richards n’est pas aussi enrichissant que la lecture des oeuvres de Platon et Descartes, j’sais vraiment plus quoi vous dire.

Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :


Il y a 5 commentaires.

  1. Excellent article, j’aime beaucoup :)

  2. WAAW ! j’adore ce post ! :D
    Je sais meme pas quoi ecrire …

  3. A ce propos, Robert Plant est le sosie de Isaac Newton, allez vérifier vous même!

  4. In reply to Olivier

    Ne me donne pas d’idées pareilles… :-P

  5. C’est vrai terrible ressemblance entre Plant et Newton.

    Terrible article également ;-)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

hello