Critique de « Tarot Sport » (2009) du duo électro anglais Fuck Buttons

Tarot Sport (2009)Tarot Sport _

par Fuck Buttons

Album 5 étoiles

Sortie : 14 octobre 2009
Label : ATP Recordings
Stéréotypes : Electro, Noise
Liens : MySpaceAcheter

Moins d’un an après avoir faire leurs débuts discographiques avec Street Horrrsing, le duo Anglais revient dans les bacs aujourd’hui avec Tarot Sport, second album très attendu après que le groupe ait reçu reçu les louanges quasi-unanimes de la presse spécialisée et effectué des dizaines et des dizaines de concerts pour défendre leur excellent premier album. Andrew Hung et Ben Power, le duo anglais formant Fuck Buttons, ne dérogent pas à leurs habitudes, cet album est sublime et un candidat sérieux au podium de mon best-of des albums de 2009.

Fuck Buttons, voilà un nom qu’on peut difficilement oublier. Nul doute que la BBC aurait préféré que le groupe rajoute une lettre diacritique* à « fuck », pour leur éviter de censurer à tout bout de champ le F word dans leur critique – par ailleurs intéressante – de ce disque. Ce puritanisme linguistique a le don de m’énerver lorsque je regarde le Daily Show en ligne et que tous les fuck, shit, dick et autres sont remplacés par un blip affreux. Les Canadiens ont Fucked Up et Holy Fuck, tous deux vainqueurs d’un Polaris Prize cette année, les Anglais ont donc le duo Fuck Buttons.

Je n’ai aucune idée de comment traduire Fuck Buttons. Ou même d’en trouver une signification (réponse dans les commentaires, NdE). S’agit-il d’un aptonyme* de deux jeunes petits branleurs anglais fans de Sonic Youth ? Leur musique n’est pas vraiment adaptée pour un film porno (ou alors un film porno filmé au ralenti et dont les protagonistes seraient des extra-terrestres multicolores). Pendant que j’y suis à me demander à quoi leur musique est adaptée, j’me rends compte qu’elle n’est même pas adaptée à ce qu’on a eu l’habitude d’entendre de la part d’artistes venus de Bristol, berceau du trip-hop (appelé également le « Bristol Sound », c’est pas pour rien). Ce ne fut pas un problème pour le groupe dont la renommée s’est vite étendue au-delà des frontières de leur ville et de leur pays, en partie grâce à leur soif insatiable de concerts qui les fit jouer un peu partout en Grande-Bretagne, puis un peu partout dans le monde grâce au succès de Street Horrrsing, leur premier album.

Ce premier album avait ravi la critique, et moi la première, leur musique noise abrasive m’avait alors retourné les tripes dans le bon sens du terme. L’effet de surprise a évidemment joué à fond, ce qui n’est plus le cas pour Tarot Sport. Le résultat est-il le même ? Oui.

Un documentaire est passé récemment sur Arte, intitulé L’instinct de la musique. Je ne l’ai pas regardé en entier parce qu’un moment c’est parti dans un délire scientifique qui m’a fait décrocher, mais une idée m’a marquée : celle selon laquelle on associe certains accords, certaines « couleurs musicales » à une émotion particulière. Je ne me souviens plus de l’exemple présenté dans le doc (il était tard et j’étais à moitié dans le coma), mais ça m’a inspiré la réflexion suivante : aurais-je les capacités d’apprécier à ce point la musique expérimentale et noisy des Fuck Buttons si mes parents ne m’avaient fait écouter que de la musique classique pendant mon enfance ?

Je crois que oui. Ces sept monuments musicaux me font penser à des compositions de musique classique. La synecdoque* précédente n’est pas là juste pour le plaisir de faire une synecdoque ou d’écrire trois fois synecdoque dans la même phrase, mais bien parce que les longues plages musicales de Tarot Sport m’apportent ce que j’attends de la musique classique. Des montées en puissance, des pics émotionnels intenses, une sorte de beauté étincelante qui se révèle après que je m’y soit laissée immerger. Une fois accoutumée au son des Fuck Buttons, je n’arrive pas à m’en détacher. Avec toujours ces moments où je lâche un soupir de pur plaisir ou un « ah putain c’est bon » ou « mais waw, quoi », enfin vous voyez. Je m’y sens bien dans cet univers. Comme au coeur d’un cyclone noisy et psychédélique. L’immersion avait été un peu difficile pour leur premier disque, elle fut instantanée pour celui-ci.

Les raisons sont simples : alors que Street Horrrsing était minimaliste, sans rythmique sur la moitié des morceaux, Tarot Sport fait la part belle aux rythmes et il apparaît évident que certains titres ont été pensé pour donner aux gens la possibilité de danser dessus. Sans doute est-ce leur expérience de la scène qui les a fait prendre ce (léger) virage, l’envie de voir les gens bouger pendant qu’ils se déchaînent sur leurs machines, l’envie de voir les gens communier physiquement avec leur musique. Ainsi leur musique est plus pop, plus accessible, avec des mélodies faciles à digérer, sans pour autant que leur son perde en puissance.

Liste de lecture
    1. Surf Solar
    2. Rough Steez
    3. The Lisbon Maru
    4. Olympians
    5. Phantom Limb
    6. Space Mountain
    7. Flight of the Feathered Serpen

Voilà pourquoi « Surf Solar » est un choix parfait comme premier single et première piste du disque. Il y a une bataille de superlatifs dans mon cerveau en ce moment pour décrire ce morceau. C’est tout simplement épique et sublime. Je disais plus haut que l’effet de surprise n’avais pas joué pour ce disque. En fait si. C’est la surprise de voir un groupe progresser de manière aussi spectaculaire. Comme un palimpseste* musical, ce disque risque d’éclipser Street Horrrsing quand il s’agira de déterminer le meilleur album de ce groupe, destiné à une carrière exceptionnelle.

La plupart des morceaux de Tarot Sport, et « Surf Solar » en particulier, me donne l’impression… Je ne sais pas très bien définir cette impression. J’avais eu le même ennui avec le précédent. Gigantesque est le mot qui vient le plus souvent à l’esprit en écoutant cet album. Vous vous êtes sûrement déjà retrouvé dans une situation qui vous a laissé bouche bée, un monument impressionnant, un ciel d’été aux couleurs magnifiques, une éclipse de Soleil ou que sais-je. La musique de Fuck Buttons me donne l’impression qui a dû être la vôtre dans un de ces moments.

Andrew Hung et Ben Power le bien-nommé réussissent à se surpasser pour nous offrir un second album grandiose. Jamais un album de noise n’aura été aussi jouissif. Pour moi en tout cas.

[audio:http://dl.getdropbox.com/u/745123/surfsolar.mp3|titles=Surf Solar|artists=Fuck Buttons]

* : http://twitter.com/lechoix_fr/status/4662630987

Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :


Il y a 30 commentaires.

  1. Album beaucoup plus mélodique que le précédent, mais tout aussi addictif, on garderait presque le dantesque « Flight of the Feathered Serpent ».
    Vivement la semaine prochaine pour savourer ça en concert, en tout cas.

  2. Mam’zelle bonjour!
    Juste pour info, en argot anglais (slang), un fuck buttons c’est un clitoris. Ce n’est pas vraiment ce qu’on peut appeler une jolie expression, mais ça a le mérite d’être clair dans la tête du mâle lambda de la perfide Albion…
    Bref, sinon, très jolie critique, ça fait vraiment plaisir de voir qu’on est pas seul à ne pouvoir expliquer l’effet qui résulte de l’écoute d’un morceau de Fuck Buttons… et puis sourtout ça donne envie d’écouter à mort le nouvel album!

  3. Pour moi, le meilleur adjectif reste apocalyptique…juste une impression de chaos et de perte du contrôle

  4. j’ai pas encore réussi à aller jusqu’au bout, mais j’ai jamais été très fan des performances bruitistes en général, je préfère les douceurs expérimentales type Atlas sound ! ;-)

  5. Je découvre les 2 albums de ce groupe en même temps et pour moi c’est une véritable révélation. Leur musique me fait penser à du SUNN O))) reprenant du Tangerine Dream ; ça prend son temps, ça bourdonne, c’est puissant et mélancolique à la fois. Je suis content d’être tombé sur ce blog car je retrouve de nombreux choix musicaux qui sont également les miens. Bonne continuation…

  6. Pour la triple relation musique/couleur/sentiment, j’ai l’exemple ambivalent du jaune, qu’on peut associer à la joie (en raison de son affinité avec le sable, le soleil) mais aussi, dans toute la gamme des teintes ocres, à la nostalgie (photo sépias, les lumières douces). Or le folk-rock américain, avec ses trois accords de rigueur (do-ré-sol majeurs), évoque à coup sûr la couleur jaune. Je laisse chacun en tirer les conséquences.

  7. Absolument incompréhensible Oo Cette notation me dépasse. Pleurer en écoutant la toccata adagio et fugue de Bach je dis pourquoi pas, ou avoir des frissons en écoutant du Hendrix par exemple ok, mais là mon esprit mélomane est complètement sans voix.

  8. Mes félicitations chez vous un blog très intéressant. Et ce blog me plaire beaucoup;-) Cela super bien!

  9. Un son à en perdre la tête. Chaque titre est un film sur écran géant. 1980 Jean-Michel Jarre, 1990 Bomb The Bass, 2000 Chemical Brothers, 2010 Fuck Buttons

    J’ai découvert ce blog il y a quelques semaines. Quel bonheur de pouvoir découvrir ce type de perles

  10. Cet album est tout simplement magique. La premiere fois que j’ai entendu le beat de surf solar ( avec de bons intra ), j’etais carrément scotché, en transe.
    J’adore écouter cet album dans le train en regardant le paysage défiler… frissons garantis!

    Fuck buttons, fever ray, animal collective… ton top me paraît juste mais j’ai récemment découvert le nouvel album de Wild Beasts  » Two Dancers « , et je pense qu’il devrait s’y trouver.
    Le mélange de la voix  » baroque  » et du rock indé est vraiment réussi. Si tu ne l’as pas encore entendu, je te le conseille fortement, il est addictif !

  11. Ils sont programmés au festival villette sonique, en concert gratuit en plus, en extérieur, s’il fait beau, ça va être terrible…le dimanche 06 juin.

    J’adore cet album, puissant comme une montée…

  12. Saute boutons !!

  13. C’est bon de lire les émotions que je ressens en écoutant cet album. Je viens de sortir fumer une clope et en regardant les étoiles je me disais Ouah. Cet album prend aux tripes, te transporte et te donne envie de le partager.
    Je ne sais pas qui est l’auteur(s) de cette chronique mais je m’y retrouve entièrement. La progression, la saturation.
    Si cet album vous fait vibrer écoutez Salem « King Knight » et dites moi ce que vous en pensez.

  14. « Fuck Buttons » en argot c’est clitoris :)

Laisser un commentaire