The Jesus And Mary Chain – Psychocandy (1985)

Chronique

The Jesus And Mary Chain - Psychocandy Psychocandy

par The Jesus And Mary Chain

Warner – 1985

Album 5 étoiles

 

MySpace | LastFM | Acheter

 

The Jesus And Mary Chain restera pour moi une énigme : comment peuvent-ils combiner des mélodies à la Beach Boys dans un son noisy mélangeant post-punk, garage rock et tous les autres styles qui vous triturent les cages à miel et vous font vibrer les tripes jusqu’à ce qu’elles tombent en poussière, un Velvet Underground encore plus torturé, et faire que le tout sonne admirablement beau et, oserais-je le dire ?, harmonieux. Ce groupe touche tout le monde : réaction de haine ou réaction d’amour, mais réaction toujours. Psychocandy est le premier album du groupe, et je l’aime.

The Jesus And Mary Chain (JAMC pour les intimes) est typiquement un groupe que j’ai du mal à faire accepter autour de moi. Les réactions habituelles ? « C’est juste du bruit horrible, c’est pas de la musique ça ! », « Aaaah mais éteint ça, c’est quoi, du hard-punk ? », « Ecoute, je veux bien écouter tes trucs underground mais alors après on met du Florent Pagny, ça c’est de la musique » ou même « Putain Eddie arrête ce vacarme !!! ». Oui, il faut savoir se mettre dans l’esprit JAMC pour écouter du JAMC. On n’écoute pas Psychocandy comme on écoute de la bossa. Tout le monde peut apprécier Psychocandy mais pas dans n’importe quelles conditions.

Car en effet, c’est bruyant c’est même très noisy, et c’est même, tenez-vous bien, un des pionniers du white noise, terme que je mets pour la forme, car dans le fond, je ne l’aime pas du tout. Imaginez les Beach Boys, Marc Bolan et Sting passés à la broyeuse, combinés avec des mélodies pop empreintes de « doo-doo-doo » et de « la-la-la ». Vous arrivez à vous imaginer ça ? Où vous procurez-vous votre came ?!! Plus sérieusement, la musique de JAMC est pleine de constrastes qui soit révulsent, soit captivent l’auditrice. Et elle se surprend même à taper du pied à un rythme dissimulé derrière des montagnes de feedback et d’échos fabuleux qui semblent créer un bordel sans nom mais qui, si l’on sait tendre l’oreille, fabriquent brique par brique un environnement parfaitement cohérent dans lequel évoluent des mélodies d’une grande beauté.

En d’autres termes, Jim (compositeur et chanteur) et William (compositeur, guitariste) Reid, Douglas Hart (bassiste) et Bobby Gillespie (batteur, qui créera plus tard le groupe Primal Scream), mélangent férocement la pop des sixties avec le son alternatif en germes dans les années 1980 et qui explosera à plusieurs reprises dans les années 1990, avec comme culminement une certaine « jeunesse sonique » ou une autre « valentine sanglante ». JAMC massacre les codes de la pop et cisaille les dogmes du rock. La voix de Jim Reid est aussi nonchalante et détachée que celle de Lou Reed du Velvet Underground, énorme influence du groupe avec les Beach Boys (quand je vous dis que c’est un groupe de constrastes et d’impossibilités cosmiques…). Leurs textes quant à eux répondent aux exigences de tout groupe de rock : filles, sexe, ennui, drogue, le topo habituel, quoi.

Composé de chansons plus « poppy » que d’autres (je pense à « Just Like Honey », qui est très certainement la chanson la plus connue du groupe) et d’hymnes noisy qui traversent les âges sans prendre rides, Psychocandy a littéralement fait avancer la musique et reste encore aujourd’hui un des albums les plus influents de la scène rock alternative. À la fois pop et anti-pop, comme un bonbon très amer que vous ne pourriez arrêter de sucer, Psychocandy est une référence absolue, un diamant brut, quelque chose de jamais-entendu à l’époque et qui continue de fasciner aujourd’hui.

 

Votre avis ?
[ratings]

Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :


Il y a 14 commentaires.

  1. Pingback: tapemoi.com

  2. Excellent choix ! Ce disque est tout simplement indispensable pour l’un des plus grands groupes des années 80. Je me remets à peine de leur concert à Rock en Seine 2007.

  3. exellent , toute ma jeunesse sonique

    je l’ais avais vue en concert et leurs guitares fuzz avaient continué de hurler 20 minutes après qu’ils se soient tiré de scène sans un au revoir et derrière un rideau fumigène.
    trop classe les gamins.

    Pour rester dans le même type de légendes; ca me fait penser que les « sisters of mercy » se produisent le 7 mars prochain au bataclan.

    alors eddie , t’en penses quoi ?

  4. Des Sisters of Mercy je n’aime que « Floodland », et encore, pas en entier. Il faut dire qu’ils ont souvent changé de direction en seulement 3 albums ! :D

  5. ohoho tu délires ou quoi ?

    la voix d’outre tombe de eldritch (inimitable pour moi), les beats old school du dr avalanche, le premier et seul ? batteur cybernetique de l’histoire

    des titres comme train,alice,poison door,marian..

    ah je sais, tu n’aimes pas le noir comme couleur ?

  6. In reply to frontline

    Lol tout de suite les accusations ! On peut aimer un style ou un groupe sans pour autant aimer tous les albums :-p

    J’aime toutes les couleurs (tu les trouvera toutes sur ce blog, au sens littéral comme musical), mais un peu moins la teinte des Sisters of Mercy :)

  7. Moi non plus, pas très fan des Sisters of Mercy !

  8. tant mieux, ça fera moins de people au guichet, le bataclan c’est petit.

    je vais peut être pouvoir choper deux places de concert pour moi et ma copine.

  9. In reply to frontline

    Hésite pas à me dire ce que ça a donné !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

hello