The Mars Volta, dé-men-tiel

Chronique

The Mars Volta - The Bedlam In Goliath The Bedlam in Goliath (LP)

par The Mars Volta

(Universal Motown Records, GSL – 2008)

Quasi-Chef-d'œuvre

« DE-MEN-TIEL »

J’ai rarement réussi à « rentrer » dans la musique de The Mars Volta. C’est comme ça, des fois le côté expérimental vous illumine, d’autres fois il vous laisse complètement dans le noir malgré quelque petites éclaircies. C’est un de ces groupes qui devraient proposer des stages d’initiation à leur musique, car les découvrir avec le titre « Eriatarka » sur l’album De-Loused in the Comatorium, c’est s’exposer à l’invitable : se dire « mais ils se prennent pour qui ? ». A l’instar des groupes indie-rock qui jouent la carte de l’anti-héroïsme, de la fausse modestie, le prog-rock, et The Mars Volta n’hésite pas à faire des compositions énormes, ambitieuses.. prétentieuses ? Soyons honnêtes, c’est ce que je pensais aussi. Difficile de se défaire d’une première impression ! Heureusement, c’est fait avec leur nouvel album sorti en janvier dernier, The Bedlam In Goliath.

Est-ce moi qui ait changé et qui suis plus apte à digérer la musique de ces Américains qui ont été récemment sacrés « Meilleur Groupe de Prog-Rock » par le magazine Rolling Stone, complètement addict aux classements en tous genres ce qui a le don de m’énerver, ou est-ce la musique de The Mars Volta qui m’est plus accessible ? Je crois que je peux affirmer sans ciller que cet album est un peu moins expérimental que les autres et un peu plus listener-friendly, vous voyez ? Il y a dans cet album une densité incroyable et le petit truc qui vous fait l’écouter jusqu’au bout sans vous ennuyer 1 seule seconde, attentive aux moindres détails de chaque chanson. Le truc est d’essayer de déchiffrer les titres des chansons : « Aberinkula », « Metatron », « Ilyena », « Wax Simulcra », « Askepios », « Ouroborous »… Je me remets à peine du dernier Sigur Ros avec leurs titres en islandais, et voilà que je dois m’attaquer à des titres en… aucune idée.

La genèse de cet album est assez intéressante pour être racontée. C’est lors d’un voyage à Jérusalem (dans le cadre de la tournée des Red Hot Chili Peppers) que Omar Rodriguez-Lopez, producteur et guitariste, achète une planchette ouija, en forme de goutte, servant à discuter avec les morts. Omar commence à parler avec un esprit dénommé Goliath qui veut s’emparer de son corps comme conduit vers le monde réel. Pour autant que je sache, Omar a refusé. Toujours est-il que cette planchette l’a fait réfléchir. The Bedlam In Goliath est empreint de métaphysique, psychédélisme qui vous font tournoyer les neurones dans tous les sens. A croire qu’ils veulent nous rendre fous ! Démentiel, extravagant, abracadabrantesque, infernal, délirant… Comme si Led Zeppelin s’accouplait dans une explosion cosmique avec Pink Floyd et enregistrait un concert à Jérusalem au plein milieu de la 3ème guerre mondiale.

Oriental, balkanique, mais surtout terriblement original et enthousiasmant, c’est pour moi le meilleur album de The Mars Volta.

 

 

Aucune date en France n’est prévue, ils sont pour le moment en pleine tournée américaine. Leurs concerts sont déjà réputés pour leurs concerts sauvages, l’énergie folle qu’ils déploient sur scène et leurs dons pour l’improvisation. Avec un album comme ça, nul doute qu’ils vont s’amuser sur scène !

Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :


Il y a 7 commentaires.

  1. J’ai découvert Mars Volta y’a peu de temps par l’intermédiaire d’un ami guitariste !
    Et depuis que du bonheur, j’adore être surpris, et ils y arrivent bien !

  2. Excellent groupe!
    Cet album est une perle…


  3. Ben moi je trouve que leur premier album était de loin le meilleur et que plus ça va, moins j’accroche…
    (Frances The Mute reste aussi assez excellentissime selon moi…)

  4. In reply to Tangee

    On a une progression marsvoltique inversée :p

  5. voila la magie et le mystère TMV…Amputechture, album que j’ai eu beaucoup de mal à apprivoiser…pour l’adorer..puis vint Goliath in Bedlam…le single video « Goliath » me fait peur…je me dis chiotte The Mars Volta se serait-il MTVisé? j’écoute l’album, une fois, deux fois…pas emballé du tout…j’abandonne…et la aujourd’hui je décide de retenter le coup plusieurs mois plus tard, je lance « The Bedlam in Goliath »..et j’accroche…c’est ça la magie The Mars Volta,la sauce est longue à prendre mais à la fin c’est divin.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.