The Roots, indispensables

  • 10 août 2008
  • Par Eddie

The Roots - Rising Down Rising Down (LP)

par The Roots

(Def Jam – 2008)

Voilà un des meilleurs albums de l’année, et actuellement le meilleur album de rap de 2008. Et comme un symbôle, il est l’œuvre de The Roots, groupe de rap (oui, ça existe) aux 15 années d’existence, aux 8 albums studio (10 en tout) et aux innombrables nominations et victoires aux Grammys. Originaires de Philadelphie, les deux membres originels étant le MC Tariq « Black Thought » Trotter et le batteur Ahmir « ?uestlove » Thompson. Vinrent compléter le groupe un autre MC, un bassiste de jazz, un claviériste, un guitariste, un human beatbox, etc. En résulte un hip hop aux influences multiples et à l’éclectisme revendiqué, quasi-unanimement respecté par les rappeurs.

Leur dernier album, Rising’ Down, marque une nouvelle évolution du groupe avec la politisation croissante de leurs paroles (violence, enfants soldats, crise identitaire des afro-américains, injustices sociales, le réchauffement climatique) et une noirceur et agressivité nouvelle depuis « Game Theory » (2006). Le nom de l’album vient selon toute vraisemblance du livre de William T. Vollman : Rising Up and Rising Down: Some Thoughts on violence, freedom and urgent means. Ce titre pourrait résumer les paroles de l’album. Les Roots sentent qu’ils ont encore un rôle à jouer. Ils ont fait appel à de nombreux invités sans jamais perdre ce qui fait l’originalité de leur son, mêlant hip hop brut, R’n’B, sons jazzy et des paroles qui ont une gueule, je vous jure. « Criminal » est sûrement la collaboration la plus réussie de l’album avec des paroles comme « We already been knocked, scrutinized, plus cops rush to brutalize us, America is polluted by lust//Who can I trust? If I can’t trust you, then I might touch you, if I ain’t got love for you, then fuck you. » débitées avec un flow gi-gan-tesque et des voix posées qui impressionnent, tout simplement.

Si vous n’arrivez pas à saisir le sens des paroles (pauvres de vous ! allez chercher les paroles sur le net, et traduisez-les !), vous ne serez pas déçus avec la musique. Les Roots ne travaillent pas avec des tonnes de samples, ils préfèrent les « vrais » instruments et les musiciens qui les manient apportent chacun leur touche. Jazzy, soul, rétro, électrique même parfois, c’est un son travaillé mais jamais complexifié à mort. C’est efficace, accrocheur, original. On pourra reprocher à cet album l’abondance d’invités et la rareté des solos de MC de Black Thought, mais l’album gagne en intensité, densité et puissance. La piste qui ouvre l’album est toutefois loin d’être utile, mais le reste vous montrera en quoi ceux qui affirment crânement que le rap « c’est pas de la musique » ont tort, 100 fois tort. Les Roots se montrent plus originaux et expérimentaux avec derrière eux 15 ans d’existence que la plupart des groupes qui ont aujourd’hui du succès. Mettez-moi quelqu’un qui pense comme ça devant moi, je… je lui mets mon casque sur les oreilles avec cet album. Les Roots ont plus qu’un rôle à jouer, ils sont indispensables.

Mes titres préférés sont « Rising Down » (avec Mos Def), « Get Busy » (avec Dice Raw), « Criminal » qui est une tuerie, le sombrissime « Singing Man » et « The Show ».

Et voici ce que vous avez sûrement déjà entendu, The Roots avec la chanson « The Seed (2.0) » parue en 2002 sur l’album « Phrenology » qui s’est vendu à plus de 500 000 exemplaires.

The Roots seront au festival Rock En Seine le 29 août à 20h.

Vous pouvez télécharger vos chansons préférées de Rising Down à cette adresse.

Il y a 8 commentaires.

  1. D’ailleurs si vous allez au festival « Rock En Seine », prévenez-moi :)
    Je n’ai pas mis le clip de « The Seed (2.0) » car le son est pourri à cause de YouTube. Mais sachez que ce clip a remporté un MTV Award pour le meilleur clip musical, ça vaut ce que ça vaut !

  2. Pingback: www.fuzz.fr

  3. Ah, et au cas où vous vous poseriez la question le surnom du batteur de The Roots est bien ?uestlove, mais il se prononce et s’écrie souvent Questlove !

  4. Personne pour réagir? Dommage car c’est un bon album. En revanche, si j’ai été très emballé lors de sa sortie, l’album s’essouffle un peu. La deuxième partie de l’album est quand même un peu en dessous des 4/5 premiers morceaux qui sont très puissants. Heuresement qu’il y a « Rising Up » à la fin, avec le petit Wale impressionnat et très prometteur.

    D’une manière plus générale, le groupe est un peu moins stratosphérique depuis le tournant « Game Theory » je trouve. Ces deux derniers albums n’ont pas la fougue, la force et le culot d’un « Phrenology » ou la fulgurance d’un « Illadelph Halflie ». Ca reste largement au dessus de la moyenne évidemment mais les bons gros hymnes genre « Thought @ Work », « I Don’t Care », « The Next Movement » ou « Essaywhuman, ça manque un peu.

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :