THE WAVE PICTURES – Long Black Cars (2012)

  • 1 novembre 2012
  • Par Eddie

THE WAVE PICTURES
Long Black Cars

(Moshi Moshi, 2012)

par Eddie

Les Wave Pictures, c’est une valeur sûre. Je vous l’avais dit l’année dernière quand est sorti Beer in the Breakers, et je vous le redis aujourd’hui. Et je vous le redirai probablement l’année prochaine lorsqu’ils sortiront leur huitième album. La bande de David Tattersall ne semble pas capable de sortir un album qui ne me plaise pas. Quel pied de connaître un tel groupe et de savoir que chaque année je trouverai un nouveau super album sous le sapin !

En effet, ces types sont encore plus prolifiques en albums que Jean-Marc Ayrault ne l’est en boulettes politiques. Et c’est sans compter les albums solos de David Tattersall et les différents disques auxquels il a collaboré. Ce groupe construit ainsi sa réputation, patiemment, en enregistrant des tas de chansons et en faisant des tas de concerts. A l’ancienne, quoi. Peut-être qu’un jour ils deviendront des stars, j’en doute, mais peu importe ; je les connais et maintenant vous aussi, c’est le principal.

Long Black Cars est une suite logique à Beer in the Breakers, pas de virage à 180°, et c’est pour le mieux. La recette est toujours la même : trois mecs, une guitare, une basse et une batterie. Le résultat est plus ou moins toujours le même : une collection de morceaux de trois minutes ultra-attachants, aux paroles diablement bien écrites, inspirées et drôles et toujours cette putain de guitare. Excusez la grossièreté, mais j’écris ces mots au moment où passe dans mon salon « Give Me a Second Chance », et les passages où Tattersall se lâche avec sa gratte sont juste jouissifs. C’est aussi l’un de ses albums pour lesquels je vous conseille d’aller jeter un œil aux paroles qui sont juste incroyables. Vous savez que j’aime écrire (et dire, pour ceux qui me connaissent) des métaphores un peu tordues pour parler de musique, ou de n’importe quel autre sujet. Et bien Tattersall est un maître de la métaphore bizarroïde, et c’est aussi un splendide conteur d’histoires.

Je trouve que Long Black Cars est encore plus consistant que Beer in the Breakers, qui n’avait déjà que très peu de morceaux zappables. Il y a toujours un ou deux morceaux un peu plus lents, un peu moins enthousiasmant, des morceaux que vous écoutez juste pour mieux apprécier celui d’après (je ne sais pas si vous faites ça, mais moi oui). C’est le cas de « Come Home Tessa Buckman », qui à mon sens aurait du simplement être une bonus track sur la version japonaise de l’album (c’est un peu dur, mais bon, il est juste un peu chiant ce morceau). Je disais plus haut que le résultat est toujours plus ou moins le même. C’est le « plus ou moins » qui est important ici, car par miracle, avec toujours les trois mêmes instruments (sans oublier l’occasionnel harmonica), et après une bonne grosse centaine de morceaux, ils arrivent toujours à surprendre, à inventer des mélodies toujours aussi accrocheuses. Les Wave Pictures sont un groupe à l’ancienne, avec un son un peu old-fashioned également, et j’allais continuer cette phrase avec un « mais », mais en fait il n’y a rien de mal à être old-fashioned, non ? La plupart des groupes new-fashioned sont nuls de toute manière. Le passé est le nouveau futur, c’moi qui vous l’dit.

→ Ecouter cet album sur Spotify
→ Ecouter cet album sur Grooveshark

Il y a 2 commentaires.

  1. Un groupe que je trouve très proche de The Wave Pictures, c’est Coming Soon. je ne sais pas si tu les connais mais si ce n’est pas le cas écoute l’album Ghost train Tragedy, il est sur Spotify.

  2. Et Coming soon sont français en plus! d’Annecy! je l’ai vu en concert: genial!

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :