THEE OH SEES – Floating Coffin (2013)

  • 18 avril 2013
  • Par Eddie

THEE OH SEES
Floating Coffin

(Castle Face, 2013)

par Eddie

Avez-vous déjà vu les Thee Oh Sees en concert ? Ils font à peu près deux mille concerts l’an donc si non, vous devriez avoir l’occasion de vous rattraper. Ils ont tous l’air de sortir d’un asile de fous. Les mecs comme patients et la fille comme infirmière, qui aurait été chargé de veiller sur eux pendant qu’ils bénissent nos oreilles de leurs incessantes déflagrations de rock psychédélique. Jugez par vous-mêmes.

Complètement barjots! Et il faut sans doute bien ça pour être le meilleur groupe de rock psychédélique du moment, à mon goût. Ce sont eux les têtes d’affiche de cette scène rock californienne, eux qui sont cités à chaque fois qu’un nouveau groupe fait dans le garage rock un peu psyché sur les bords, eux et Ty Segall. Ils se sont imposés à cette place par le travail : un concert tous les deux jours et au minimum un album par an depuis 2004, sous différents noms. John Dwyer, le leader du groupe, avait auparavant fait partie d’une bonne grosse dizaine de groupes, dont les excellents Coachwips. Pendant tout ce temps, lui et son groupe ont peaufiné leur style, leur identité, la production, leur cohésion, tout ce que vous voulez. Leur style, en deux mots, c’est du garage rock sous influence psychédélique, avec un son très lourd, illuminé par des riffs de guitare incroyables et les voix de Dwyer et Brigid Dawson (l’infirmière) qui se complémentent parfaitement et semblent flotter au-dessus du tout. En gros, c’est ça Thee Oh Sees.

Leur avant-dernier disque, Carrion Crawler / The Dream (ma critique à lire ici), sorti en 2011 est leur chef d’oeuvre pour le moment, et Floating Coffin vient tout simplement s’ajouter dans la pile de leurs excellents sorties, sans complètement m’exploser la cervelle comme Carrion Crawler. Les ressemblances : des morceaux comme « I Come From the Mountain », « Toe Cutter / Thumb Buster », « The Spell », « Maze Fancier » et « Tunnel Time » qui reprennent la recette habituelle : section rythmique frénétique à en faire peur (cf vidéo ci-dessus), riff de guitare à vous griller les neurones une par une et Dwyer/Dawson qui conduisent le rouleau compresseur d’une main de maître. C’est carré, pro, et ça déchire. « The Spell » se distingue du reste par ses changements de rythme et sa luminosité. Pendant un temps le groupe semble essayer de nous endormir avant de nous mettre une claque électrique bien méritée.

À côté de ces morceaux qui me font invariablement plaisir, vous avez des trucs un peu plus bizarres qui ne fonctionnent pas toujours. Sur Carrion, tout fonctionnait à merveille, c’était ridicule. Mais ici, vous avez « The Floating Coffin » qui n’apporte pas grand-chose au tout si ce n’est une autre occasion de se frapper la tête contre un mur (dans le bon sens de l’expression) (pour les non-initiés, ne vous inquiétez, vous vous ferez à mes métaphores bizarres), ou encore « Strawberries One & Two » qui est juste emmerdante. A côté de ça, « Night Crawler » rappelle les moments les plus heavy des précédents albums (et des précédents trucs de John Dwyer), sans adopter la recette habituelle des Oh Sees, avec un côté glam-rock et un rythme hypnotique, et la sauce prend !

Et puis vous avez la jolie « The Minotaur », une sorte de ballade psyché-rock qui clôt parfaitement le disque, histoire de ne pas passer de l’orage psychédélique au calme plat sans transition.

Merci Thee Oh Sees.

Ecouter Floating Coffin sur Spotify
Ecouter
Floating Coffin sur Grooveshark
Ecouter
Floating Coffin sur Deezer

Pas de commentaires

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :