WOODS – Bend Beyond (2012)

  • 28 octobre 2012
  • Par Eddie

WOODS
Bend Beyond

(Woodsist, 2012)

par Eddie

Parler de musique est une plaie. Sachez-le. Et au troll qui s’apprête à écrire « ben t’as qu’à arrêter, t’façon t’as des goûts de merde », merci de retourner tuer des orcs dans World of Warcraft.

Il y a de quoi s’arracher les cheveux pour trouver les mots pour éveiller l’intérêt de la personne en face de toi pour un album qui te plaît. Ce n’est pas comme tenter de convaincre quelqu’un qu’il faut augmenter l’ISF des pandas nains pour construire plus d’écoles de clowns en Alsace, ou je-ne-sais-quelle idée politique, où tu peux te baser sur des faits avérés. Pour un album comme Bend Beyond, qui se trouve être l’un de mes albums préférés de l’année, et de loin, je pourrais peut-être me baser sur ses joyeuses mélodies, ses détails psychédéliques, le falsetto du chanteur qui n’a visiblement rien écouté qui ait été enregistré après 1975 ou encore la production beaucoup mieux foutue que d’habitude, pour un groupe qui nous avait habitué à du lo-fi.

Là, j’ai éveillé votre intérêt ou pas ? Bof, hein ?

C’est encore pire à l’écrit, je ne peux même pas voir si votre froncement de sourcils veut dire « mmh, j’ai rien compris, mais je vais écouter pour lui faire plaisir » ou « ça veut dire quoi lo-fi ? ».

Tout ça pour vous dire que je galère toujours à trouver un « angle » pour vous parler de tel ou tel disque, car je ne peux m’empêcher d’imaginer comment vous allez interpréter ce que je vous raconte. Le plus simple serait de passer chez vous, de vous attacher à votre lit, de vous mettre un casque sur les oreilles et de vous faire écouter ce disque. Et je vous jure que je pourrais le faire pour un album comme Bend Beyond.

Et là, j’ai éveillé votre intérêt ou pas ?

Plus sérieusement, Bend Beyond est le septième album en sept ans de ce groupe, autant vous dire qu’ils ne chôment pas. Ils font plus ou moins tout le temps la même chose, mais dans chaque album vous avez 5 ou 6 morceaux qui me font me pisser dessus de plaisir, plus ou moins littéralement. Dans le cas de Bend Beyond, c’est « Size Meets the Sound », « Find Them Empty », « Bend Beyond », « Cali in a Cup » et « Impossible Sky », dans mon ordre de préférence. Non pas que le reste des morceaux soit nul, hein, mais ceux-là sont juste parfaits. Il y a tout ce dont je vous ai parlé dans le premier paragraphe, une esthétique psychédélique si particulière et familière, associée à des mélodies pop simples et efficaces, et plus encore. Je n’ai strictement aucune idée de ce que j’entends par « plus encore ». Peut-être l’immédiateté avec laquelle ces morceaux m’ont plu, le fait que je n’ai même pas à me demander « ok, j’aime ou j’aime pas ? », ou peut-être parce qu’en y réfléchissant un peu après-coup je me dis que je pourrais sans doute l’écouter 20 000 fois sans m’en lasser. Et le simple fait de savoir ça me fait apprécier encore plus chaque écoute.

Si là je n’ai pas éveillé votre intérêt, à part vous proposer de vous envoyer une photo de moi à poil si vous écoutez ce disque, je ne sais pas quoi faire.

→ Ecouter cet album sur Spotify
→ Ecouter cet album sur Grooveshark

Il y a 12 commentaires.

  1. Moi plutôt que le coup de la photo j’aurais simplement dit que ça carillonne comme du « The Byrds ». Ou alors tu l’as dis en disant « esthétique psychédélique » je sais pas. En tous cas quand ça carillonne moi je peux pas résister.

  2. Ah oui, je comprends très bien ce que tu veux dire, quand ça carillonne, je résiste pas non plus. C’est un « son » particulier, qui rappelle des groupes immense qui font limite partis de ton ADN musical, donc forcément ça te parle.

  3. une photo à poil!!! (ok je retourne tuer des orcs dans WOW…)

  4. sinon j’ecoute le disque en ce moment même! Woods toujours très sympa même si c’est vrai qu’ils se renouvellent pas trop, ça sonne toujours pareil! mais on s’en fout on aime c’est ce qui compte! en tout cas Eddie merci pour ton blog; toujours un plaisir à regarder pour les decouvertes, mais aussi pour le ton rigolo, frais et décalé de tes critiques!

  5. @Alex : Je sais merci, je m’adore aussi. :D

  6. Moi je suis assez chaud pour une photo de toi à poil en train de ligoter quelqu’un à un lit avec un casque sur les oreilles… Next level shit !
    Size meets the sound est une petite perle en effet…!

  7. « ses joyeuses mélodies, ses détails psychédéliques, le falsetto du chanteur qui n’a visiblement rien écouté qui ait été enregistré après 1975 ou encore la production beaucoup mieux foutue que d’habitude, pour un groupe qui nous avait habitué à du lo-fi »
    Je te rassure: à ce moment précis, mon intérêt était à son comble;)

    J’ai donc filé écouter l’album: & j’adore! Merci pour la découverte:D

    See you,

  8. En tout cas moi ça m’a donné envie (il faut dire que je me suis retrouvée dans ton intro… ^^), et à l’écoute de ton Top 5, je suis conquise ! J’adore le style psyché et rétro… donc ouais, merci Eddie, c’est une jolie découverte : )

  9. Pingback: Le Choix : WOODS – « With Light and With Love »

  10. Pingback: Le Choix : WOODS – « With Light and With Love » + « Moving to the Left »

  11. Pingback: Le Choix : WOODS – « Be All, Be Easy »

  12. Pingback: Le Choix : WOODS – « Can’t See At All » / « Sun City Creeps »

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :