Interview – Les Choix Eddiefiants de Lara Orsal

  • 23 décembre 2010
  • Par Eddie

Es-tu plutôt musicophage – toujours à la recherche de nouvelles sensations, passant d’un groupe à un autre, la bave aux lèvres, iPod entre les dents, les yeux injectés de sang, bref, comme moi dès 7h du mat’ – ou es-tu plutôt du genre à rester bloquée des semaines sur un groupe en particulier, sans rien écouter d’autre ou presque ?

Il est difficile de répondre à cette question. Naturellement, je répondrais que je suis musicophage, mais ça n’engage que moi. Pour certains, j’écoute trop de musique pour m’y plonger vraiment : on peut me reprocher de trop « zapper », c’est lié à mon métier. Pour d’autres, je bloque trop longtemps sur tel ou tel album avant que de passer à l’obsession suivante. Tout dépend du point de vue, de la comparaison qu’on fait…

J’écoute moins de nouveautés que quand j’étais journaliste musicale, et j’avoue que ce n’est pas pour me déplaire. Quand je recevais 50 albums par semaine, et que seuls un ou deux me marquaient véritablement, je trouvais ce constat franchement déprimant. Il y a trop de sorties, pas assez de tris. Trop de paris, qui plus est mal gérés par les parieurs (généralement, les maisons de disques). Il y a aussi trop d’artistes qui n’attendent pas que leur musique soit achevée, et cèdent à l’impatience en présentant trop tôt leurs projets… et partant, en sortant trop de projets. Et personne qui les en dissuade.

Qu’est-ce que tu écoutais à 15 ans ?

Les mêmes disques que mon père, j’avoue.

Beaucoup de jazz, Coltrane, Davis, Monk, Baker… Je ne goûtais pas son amour du blues à l’époque. J’aimais assez les albums de Chico Buarque, de Joao Gilberto, de Gilberto Gil, de Vinicius de Moraes. J’adorais Led Zeppelin, Jimi Hendrix, Pink Floyd, King Crimson, Lou Reed et/ou le Velvet Underground, David Bowie, les Stones, Crosby, Stills, Nash & Young, James Brown, Marvin Gaye, Curtis Mayfield. Toute la Blaxploitation, et puis aussi les Temptations, les Supremes.

Ferré me faisait un peu peur mais je l’aimais bien. Gainsbourg, Brassens, Higelin. Brel me déprimait mais je l’écoutais, je sentais qu’il y avait quelque chose, comme chez Ferré, que je comprendrais plus tard. A l’époque on écoutait aussi Police, The Cure, U2, Roxy Music, les Pretenders… Et dans ma chambre, j’écoutais la radio, et faisais des cassettes des morceaux que je préférais. Il manquait souvent les premières secondes, et les dernières (pour éviter la pub qui allait arriver avant la fin de la chanson, je le savais).

Qu’est-ce que tu écoutera à 75 ans ?

Les mêmes disques que ma fille, j’espère.

Ce qui me fait le plus peur, c’est que mon esprit se resserre, que je ne sois plus curieuse, ou plus capable de comprendre et apprécier les musiques de mon temps, comme si ce n’était plus (de) mon temps. J’espère ne pas me cloîtrer dans un genre musical, ou pire encore, dans une époque révolue.

Qu’est-ce que tu aimes écouter lorsque tu te balades toute seule dans la rue ?

Tout dépend : si je suis à vélo, une musique qui m’entraîne, qui m’élève, sans doute écouterais-je les mêmes si je roulais en voiture… L’album « Stromboli » de Montgomery, le « Road to Rouen » de Supergrass, sont des valeurs sûres. Le « Veckatimest » de Grizzly Bear et le « Hissing Fauna… » d’Of Montreal se sont vite imposés à vélo. Au détriment des Radiohead, j’ai atteint l’overdose… J’adore écouter le Requiem de Fauré, ou « La Jeune Fille et la Mort » de Schubert, ou encore les œuvres pour violoncelle de Bach, aussi, en roulant. L’album-concept « Chez Herri Kopter » de Jérôme Minière accompagne plutôt mes marches à pieds (ou mes voyages en train, mais là n’est pas la question). A vrai dire, j’écoute très rarement de la musique en marchant. J’ai le nez en l’air, j’aime regarder les architectures des villes. Ou alors j’observe les gens : leurs démarches, leurs rythmes, leurs cadences. Ajouter de la musique rendrait le tout cacophonique !

Un groupe contemporain que tu es sûre et certaine que je ne connais pas ?

Le mien. Celui dont je compose les musiques dans ma tête et que personne d’autre que moi n’entendra jamais.

Même question, mais pour une vieillerie cette fois ?

Le même quand tout a commencé, il y a quinze ans. Mais parce que botter en touche, c’est drôle une fois seulement, je vais quand même te répondre : je suis à peu près sûre que tu ne connais pas l’album « Fragile » de Yes. Gamine, il m’a retournée.

Le dernier groupe ou artiste avec lequel on t’a soûlée parce que c’était soit disant génialissime alors que toi ça t’en touches une sans faire bouger l’autre ?

Trop, et ils sont trop insignifiants et sur-estimés (ou juste sur-médiatisés ?) pour qu’on écrive leurs noms ici. Je ne leur ferais aucune publicité, même en contre. Leurs défenseurs les auront probablement déjà oubliés quand je mettrai le point final à cette phrase, de toute façon.

Le dernier groupe/artiste que tu as défendu auprès de tes proches avec des trémolos dans la voix, tellement que c’est bon et tellement qu’on en parle pas assez ?

Montgomery. Je les défendrai toujours, ça ne fait aucun doute. Il y a trop d’amour du jeu et de bonté chez ces types-là pour qu’ils puissent un jour faire une faute de goût.

» http://www.myspace.com/chezmontgomery

Quels sont tes albums cultes ? Ceux qui te mettent sur le cul à chaque fois que tu les écoutes, quelque soit le contexte ?

« Amnesiac » de Radiohead.
« To Bring You My Love » de PJ Harvey.
« It’s a Wonderful Life » de Sparklehorse.
« In The Court of the Crimson King » de King Crimson.
« Black Cat John Brown » d’Alamo Race Track.
« Games Over » de Laetitia Sheriff.
« Meddle » de Pink Floyd.
« The Belgian Kick » de The Married Monk.
« The Ideal Crash » de dEUS.
« Endtroducing » de DJ Shadow.
« Renegades of Funk » de Cymande.
« What’s Going On » de Marvin Gaye.
Le « Requiem » de Fauré.
« Yellow House » de Grizzly Bear.
« Yanqui UXO » de Godspeed You! Black Emperor.
« Regeneration » de Divine Comedy.
« Sort Of Revolution » de Fink.
« L’Imprudence » d’Alain Bashung.
« Post » de Björk.
« In The Future » de Black Mountain.
« 13 » de Blur.
« Phantom Moon » de Duncan Sheik.
« Total Life Forever » des Foals.
« Champagne pour tout le monde, Caviar pour les autres »
de Jacques Higelin.
« L’homme à la tête de chou » de Serge Gainsbourg.
« The Köln Concert » de Keith Jarrett
« EP+6 » de Mogwaï
« Des Visages, Des Figures » de Noir Désir.
« Third » de Portishead.
« Five Leaves Left » de Nick Drake.
« It’s My Life » de Talk Talk.
« Boys for Pele » de Tori Amos.
« Dear Science » de TV On The Radio.

J’en oublie forcément… mais ce sont ceux qui me sont venus spontanément avant que je ne me dise « merde, j’en oublie tellement ! ». Donc ce sont sans doute ceux-là, mes essentiels…

Le meilleur album sorti cette année que tu as eu l’occasion d’écouter ?

L’album de PVT, « Church With No Magic ». Cela faisait longtemps que je n’avais pas écouté un album qui me semble aussi profondément symptomatique de l’époque dans laquelle il s’inscrit, tout en sonnant comme une œuvre visionnaire. Et qui m’émeuve autant.

Putain mais c’est qui Lara Orsal ?

Ct’une chouette fille. J’vais pas vous lister tous les boulots qu’elle a exercés parce que ça me prendrait la nuit, sachez juste que c’est une spécialiste de la promotion culturelle sur le web, fondatrice du collectif Ivox et rédac’ chef d’Izine.

Ça fait un moment qu’on échange par mails parce que je suis un média et que ça fait partie de son job de me filer des trucs à écouter. Alors forcément, bah on finit par en savoir un peu plus l’une sur l’autre. Enfin je dis « forcément », mais c’est assez rare de tomber sur des personnes qui sont à ce point à votre écoute, qui s’intéressent à ce que vous aimez, ce que vous voulez, ce que vous êtes.

En plus de ça elle n’a pas des goûts de merde.

J’ai donc tout naturellement voulu en savoir un peu plus sur ce que j’appelle son « parcours musical », ce avec quoi elle a grandi, ses disques cultes, ce qui la fait vibrer, quoi.

Vous pouvez la retrouver sur Twitter : @laraorsal

Précédemment :

Sébastien Schuller
La Fille du Rock
Isabelle Chelley

Photo de tout là-haut (c) Juliette Robert (www.julietterobert.com)

Il y a 2 commentaires.

  1. Je reconnais bien Lara …

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :