Beats & Loops [S01E01] image photo pochette cover

Bienvenue dans le premier épisode de « Eddie se met à l’électro », alias Beats & Loops !

J’y mettrais à votre disposition des morceaux de musique électronique, genre que j’ai volontairement mis de côté sur Le Choix jusqu’ici non par aversion mais par peur de n’avoir strictement rien à vous apporter de véritablement intéressant. Mon job ici est d’écouter de la musique, de faire le tri entre ce que j’aime et ce que je n’aime pas, et de vous proposer ce qui rentre dans la première catégorie. Comme j’écoute de plus en plus de musique électronique mais que je n’arrive souvent pas à en caler dans les mini-mixtapes ou à trouver des albums qui me plaisent suffisamment pour en faire une critique, voici Beats & Loops, une série de billets 100% électro.

Allons-y gaiement, en commençant avec deux morceaux de Tri-Angle Records : j’ai déjà mentionné Clams Casino une paire de fois dans ces pages, le monsieur s’étant fait connaître grâce à ses collaborations avec Lil B. Il a sorti en juin dernier un EP intitulé Rainforest assez fantastique, et j’vous propose d’écouter l’immense « Gorilla » ci-dessous, l’un de mes préférés. Quant à Balam Acab, il a lui sorti l’année dernière son premier album, Wander / Wonder, sur lequel vous trouverez des morceaux d’une beauté surréaliste comme « Oh, Why » :

Continuons avec deux extraits de la compilation West In Dust sortie par le label du même nom, que vous pouvez écouter en intégralité sur Soundcloud. Mes deux morceaux préférés sont ceux de l’Australien Gardland et du Californien Yalls. Hypnotique.

Un des artistes électro les plus intéressants du moment, dont chaque morceau est blogué, rebloggé, remixé des milliers de fois quelques minutes après leur arrivée sur le web (j’exagère à peine), s’appelle SBTRKT. C’est un Anglais nommé Aaron Jerome qui a sorti l’année dernière son premier album, rempli de morceaux aussi rapidement appréciables que « Surely » (disponible jusqu’à la semaine dernière uniquement sur le vinyle de l’album). Il a émergé à peu près au même moment que James Blake, et beaucoup trouvent des ressemblances dans leurs styles, mais là où James Blake endormirait un catcheur cocaïné, SBTRKT propose des choses plus pop, plus accessibles aussi peut-être. En tout cas j’aime beaucoup :

Enfin, découvert aujourd’hui via Portals, voici Kyson, qui balance des morceaux sur son Soundcloud en les labellisant « Free Saturday Beats ». C’est cadeau et parmi cette compilation j’ai adoré le très relaxant « Forest Footsteps », en écoute ci-dessous. Je vous conseille aussi « Drifting on By » qui sample la voix de Nina Simone.

En espérant que ce premier épisode vous ait plu !