Fuzz est le side project de Ty Segall et Charles Moothart, dont le nom vous rappellera peut-être « Fuzz War », le dernier morceau du premier album du Ty Segall Band, dont Moothart fait partie.

Je vous parle beaucoup de Ty Segall, je sais. Mais en même temps le type bosse avec un tas de groupes (Ty Segall Band, Sic Alps, The Perverts, The Traditional Fools, Epsilons et Party Fowl), sort des tonnes d’albums solos en plus de quelques disques en duos avec des types comme Mikal Cronin et White Fence, et rien qu’en 2012 il a sorti 3 albums.

Et là il lance un nouveau groupe et la face B du premier single est un mastodonte black-sabbathesque en overdose de réverb, ou « Blue Cheer qui rencontre Black Sabbath », pour citer Ty. QUE VOULEZ-VOUS QUE JE FASSE ?!!

Tenez, et dans Fuzz, pour l’anecdote, c’est Moothart qui tient la guitare et Ty Segall à la batterie. Le dernier chanteur-guitariste qui me vient à l’esprit qui s’est remis à la batterie pour un side-project était un certain Jack White.