Comparatif Grooveshark / Spotify / Deezer : qui est le meilleur ?

  • 26 août 2009
  • Par Eddie
  • Non classé

Comparatif Spotify / Deezer / Grooveshark

Dernière mise à jour : 21 avril 2013 (article original publié en août 2009)

Le p2p, c’est ringard, et en plus, c’est puni par la loi (arrêtez de rigoler). Passez donc au streaming et découvrez 4 références en la matière au travers de ce comparatif : Spotify, Deezer et Grooveshark.

J’adopte ici le point de vue d’une utilisatrice finale. Je ne parlerai pas de la viabilité des modèles économiques de ces services. Il n’est pas question d’être exhaustif. Je n’ai choisi que 3 services sur les dizaines qui existent et ne parlerait que de ce qui me paraît être le plus important pour les utilisateurs lambdas. C’est évident, mais je tiens à préciser que cet article n’est pas sponsorisé, c’est-à-dire que personne ne me paye pour dire du bien ou du mal de tel ou tel service.

Certains chiffres (notamment le nombre de morceaux disponibles, ou les prix des formules premium) peuvent avoir changé entre la publication de cet article et le moment où vous le découvrez. Je le mets à jour régulièrement. Vos remarques et précisions sont les bienvenues dans les commentaires en bas de l’article.

Sommaire :

1) Le prix
2) L’interface et la recherche
3) Le catalogue
4) L’exportation
5) Les playlists
6) La qualité du son
7) Les radios
8) La synchronisation et l’upload
9) La publicité
10) Le social

1 | Le prix

Deezer
Gratuit : 5h d’écoute maximum par mois + pub
4,99€/mois : Ecoute illimitée, pas de pub, son de meilleure qualité
9,99€/mois : Ecoute illimitée, pas de pub, son de meilleure qualité + application mobile et écoute hors connexion

Spotify
Gratuit : 6 mois de gratuité totale, puis 5 écoutes maximum par morceau et 10h d’écoute maximum par mois + pub
4,99€/mois : Ecoute illimitée, pas de pub, son de meilleure qualité, importation mp3s
9,99€/mois : Ecoute illimitée, pas de pub, son de meilleure qualité, importation mp3s + application mobile et écoute hors connexion

Grooveshark

Gratuit : Ecoute illimitée + pub
3$/mois (environ 2,30€/mois) : Suppression des publicités + application mobile et desktop

J’ai un abonnement premium pour Spotify (9,99€/mois) et Grooveshark. J’ai eu un compte Deezer premium (4,99€) pendant deux ans, mais plus depuis fin 2012.

2 | L’interface et la recherche

Spotify est un logiciel et depuis fin 2012 une version navigateur est disponible sur play.spotify.com (toujours en version bêta en avril 2013, accessible uniquement pour les abonnés premium). Pour la version logiciel : il faut télécharger le logiciel depuis spotify.com puis l’installer, et il se lance dans une nouvelle fenêtre à l’extérieur de votre navigateur web. L’interface de Spotify est géniale :

– Classe et intuitive : on dirait VLC Media Player auquel on aurait intégré 20 millions de morceaux en streaming gratuit. L’interface est classe, très simple à prendre en main. Vous pouvez sélectionner les morceaux en utilisant les touches CTRL et SHIFT et un simple drag-and-drop vous permet de les ajouter aux playlists situés dans la colonne de gauche. Point négatif : pas de confirmation que votre morceau a bien été ajouté.

– Rien de superflu, rien d’invasif (sauf la publicité audio, j’y reviens au chapitre Publicité) : sur chaque page ne sont présentes que les informations nécessaires. Sur la page d’un artiste, ses morceaux, une biographie extraite de allmusic.com, une liste d’artistes similaires et une « radio » de l’artiste (j’y reviens au chapitre Radios). Sur la page d’une playlist, le nombre de morceaux, la durée de la playlist, le nombre d’abonnés, un bouton de partage et le bouton hors connexion. Sur votre page personnelle, vous pouvez choisir de montrer ou non au public votre top artistes et/ou top morceaux. Vos playlists peuvent être publiques (« publiées ») ou privées (« non publiées »).

– Chargement des morceaux ultra-rapide grâce à la mise en cache et au peer-to-peer. Et ça c’est le pied.

– Lors d’une recherche, Spotify vous propose des morceaux (évidemment), des artistes, des albums et des playlists. L’affichage à retardement de la barre de résultats correspondant aux artistes/albums/playlists au-dessus des morceaux est un petit peu gênant à mon goût. Grooveshark est meilleur. Deezer est nul (une liste imbuvable d’albums et artistes).

Grooveshark est construit tout en Flash, un format pratique puisqu’on peut y faire beaucoup de choses, mais qui peut s’avérer lent à charger en HTML5 depuis fin 2010. Ce changement de Flash à HTML5 a été motivé notamment par l’incompatibilité du format Flash avec les mobiles. Sur le site, vous avez l’impression d’être dans un logiciel, il occupe toute la hauteur et toute la largeur de votre navigateur.

– Ils font beaucoup d’efforts pour améliorer la rapidité du site : les recherches sont quasi-instantanées et le chargement des morceaux est de plus en plus rapide. Mais pas instantané, ce qui fait la force de Spotify par exemple.

– La prise en main est aussi simple que celle de Spotify. Le drag-and-drop est présent, la sélection de morceaux peut également se fait à l’aider des touches CTRL et SHIFT. De plus, lors de l’ajout d’un titre à une playlist, vous avez doit à une confirmation en forme de notification en bas à droite de votre écran. Le système de notifications de Grooveshark est bien au point et je le trouve très rassurant. Sur chaque titre 2 boutons : l’un pour ajouter le morceau à votre bibliothèque, l’autre vous proposant des outils (j’y reviens plus bas).

– La colonne de droite (avec vos playlists) est paramétrable, ce qui est encore un plus par rapport à Spotify. Vous pouvez décider de n’afficher dans cette colonne que certaines playlists, classés par nom ou date d’ajout. Impossible nulle part ailleurs.

– La liste de lecture en cours est visible en bas de l’écran et est modifiable à tout instant (ajout, suppression, réorganisation des morceaux, création d’une playlist). C’est un plus par rapport à tous les autres services. Sur Spotify, il faut cliquer sur le lien « File d’attente de lecture » en haut de la colonne de gauche.

– Grooveshark possède plusieurs thèmes, plusieurs apparences si vous préférez. Je pense qu’à terme il sera possible de choisir un « fond d’écran », mais là ce n’est qu’une supputation personnelle ! (« supputation », dieu qu’ce mot est moche)

– Les pages playlists sont quasiment en tout point similaires aux pages recherches. Vous pouvez connaître le nombre de morceaux de votre playlist en sélectionnant tous vos morceaux (CTRL + A). Si vous décidez de supprimer un morceau, vous devez ensuite enregistrer vos modifications. Gros point positif par rapport à Spotify qui ne propose pas ce filet de sécurité. (update 21/04/2013 : filet de sécurité supprimé, dommage)

– Les pages artistes comprennent la liste des albums et compilations dans lesquelles apparaît l’artiste, avec un onglet « Artistes similaires ». L’onglet « Events » qui donne la liste des prochains concerts de l’artiste.

L’interface de Deezer est un peu plus bordélique que les deux précédentes.

– La page d’accueil est consacrée à la promotion d’artistes et à des tops (tops webradios, top charts, top playlists) peu intéressants. La sélection d’albums par genre est plutôt intéressante, c’est un contenu éditorial qui n’existe pas sur Grooveshark et peu sur Spotify.

– Après une recherche, l’interface ressemble beaucoup à celle de Spotify. Vos playlists à gauche, en haut une liste d’albums (bordélique), puis la liste des morceaux. Sur chaque titre 2 boutons : l’un pour lancer le morceau (mais impossible de l’arrêter à partir de ce bouton, il faut remonter au niveau du lecteur pour faire pause) et l’autre pour l’ajouter à la liste de lecture en cours ou à une playlist.

– Le point fort de Deezer est son lecteur. Situé en haut des pages, il possède toutes les fonctionnalités nécessaires, que vous pouvez retrouver dans le Lecteur Windows Media ou iTunes par exemple. Vous avez en plus des options (comme l’égaliseur) pour ceux qui aiment bidouiller (c’est pas mon cas). Le chargement des morceaux est très rapide, ainsi que l’affichage des résultats de recherche. J’aime bien également le « mode plein écran ».

Les pages de playlists ne donnent pas d’informations sur le nombre de morceaux de la playlist, ou sa longueur. update 21/04 : c’est le cas à présent, le nombre de titres et la longueur sont indiquées.

Quelques détails supplémentaires concernant la recherche

Le classement des résultats de recherche est similaire pour Spotify, Grooveshark et Deezer, ainsi que les options de tri : les morceaux s’affichent d’abord par pertinence, puis vous pouvez les trier par titre, artiste, album, par popularité. Spotify et Deezer propose aussi un tri par durée des morceaux.

Spotify propose des critiques d’albums et des biographies (en anglais, extraites de l’excellent allmusic.com). Deezer propose des mini-biographies et des biographies complètes. Grooveshark : rien du tout.

Gros point faible de Grooveshark : l’organisation de leur catalogue. Malgré tous leurs efforts, ça reste un bordel pas possible. Plusieurs fois le même morceau, parfois avec des orthographes différentes, pareil pour les albums/artistes. C’est mal classé, malgré tous leurs efforts. Alors certes, on le verra juste en-dessous, leur catalogue est impressionnant, mais il faut parfois s’y reprendre à plusieurs fois pour trouver ce que l’on veut. Mais on le trouve souvent.

Mes choix : Spotify et Grooveshark

3 | Le catalogue

Au 21 avril 2013, Spotify et Deezer annoncent 20 millions de titres disponibles.
Plus difficile d’avoir une information fiable sur Grooveshark car les morceaux sont mis en ligne par les utilisateurs. Le chiffre le plus souvent communiqué est 15 millions de fichiers.

Après, tout dépend des contrats qui existent entre les différents services et les labels (indés ou majors). Spotify est attractif pour les majors car… eh bien parce qu’il leur graisse la patte. Plus de détails sur ce point là-bas : http://minurl.fr/vft.

A noter également que contrairement à Deezer et Grooveshark, le catalogue de morceaux disponibles sur Spotify varie selon les pays (toujours une histoire de contrats).

Bien que Grooveshark n’ait pas signé autant de contrats avec les labels que Spotify ou Deezer, j’y trouve tout ce que je cherche (EMI leur a foutu un procès au cul, ceci explique en partie cela). C’est à chacun de se faire sa propre expérience. Spotify a signé pas mal de contrats avec des labels indés, mais en même temps, sur Grooveshark, les uploads des utilisateurs rendent le catalogue du site vraiment diversifié (voir plus bas).

4 | L’exportation

Depuis avril 2012, Spotify propose d’exporter un morceau, album ou une playlist. Mais même si l’on peut exporter un lecteur, la lecture des morceaux est toujours liée au logiciel. Vu la démocratisation de Spotify, cela est déjà pas mal, mais ce n’est pas une « vraie » exportation.

L’exportation existe encore chez Deezer, mais elle est à chier. (j’avais écrit cette phrase en août 2009, je la maintiens en avril 2013) On peut exporter à peu près tout, ce qui n’était pas le cas il y a encore 1 an et demi, mais le lecteur est massif et assez moche. Et surtout, lors de l’exportation d’une playlist, l’écoute des morceaux est limitée à 30 secondes. L’exportation ne semble pas du tout être une priorité pour Deezer qui préfère amener du trafic sur leur site et leurs applications, ce que je peux comprendre (publicités oblige).

C’est en fait Grooveshark qui remporte la palme avec ses widgets. Vous pouvez exporter tout ce que vous voulez, dans des lecteurs plutôt jolis. Les lecteurs individuels sont disponibles en 4 modèles, mais ce sont les lecteurs « Chameleon », que j’utilise pour mes playlists, qui m’ont séduite (exemple). Personnalisables à l’extrême, ils s’intègrent parfaitement à n’importe quel thème de blog. Vous pouvez éditer le contenu de tous vos widgets très facilement, en 2 clics. Ajouter des morceaux, en supprimer, changer l’ordre des morceaux…

Mes choix : Grooveshark

5 | Les playlists

L’ajout aux playlists est meilleur sur Grooveshark et Deezer car il y a une confirmation lorsque votre morceau a été ajouté à la playlist. C’est plus rassurant je trouve. Avec Spotify, je suis obligée d’aller voir à l’intérieur pour voir si le morceau a bien été ajouté.

Dans la dernière version de Grooveshark, on peut ajouter des raccourcis vers certaines playlists, ce qui facilite le drag-and-drop. Sinon on doit cliquer sur le morceau, sélectionner « Add to a playlist », puis sélectionner la playlist… Si vous avez plus de 50 playlists ça peut devenir assez rébarbatif.

Des tas de playlists pour Spotify sont disponibles sur le net. En effet, à chaque playlist est associée un lien, ce qui facilite le partage. Vous n’avez qu’à taper « playlists Spotify » dans Google.

PapyGeek a fait un article très complet sur Spotify, les outils, astuces et sites de partage de playlists : allez-y

Le problème majeur de Grooveshark concernant les playlists est l’instabilité de leur catalogue. Le catalogue Grooveshark étant basé sur les uploads des utilisateurs, des morceaux peuvent disparaître du jour au lendemain suite à une plainte concernant les droits d’auteur (ou parce que l’utilisateur a juste décidé de supprimer le fichier). Les catalogues de Spotify et Deezer, basés sur des accords signés avec des maisons de disque, sont plus stables. C’est un point noir pour Grooveshark. Du coup, personnellement, je ne construis mes playlists qu’avec Spotify depuis début 2012.

Mon choix : Spotify

Astuce Spotify : vous pouvez exporter vos playlists Spotify en texte : sélectionnez les morceaux de votre playlist > CTRL + C > CTRL + V dans une feuille de calcul OpenOffice ou Excel > copiez-collez le contenu dans un fichier texte (via NotePad++ par exemple)

6 | La qualité du son

Sur Deezer, c’est du 128 kbit/s sans compte premium, 320 kbits/s avec un compte premium.

Sur Grooveshark, encore en raison de l’upload, c’est très très variable : 256 kbits/s en général, du 320 kbits/s parfois (vous pouvez même tomber sur du 64 kbits/s…).

En version premium, Spotify offre une meilleure qualité : 320 kbits/s (mais pas sur tous les morceaux).

Sur Internet, la meilleure qualité audio se trouve dans les fichiers FLAC. Ceci n’a rien à voir avec ce comparatif, mais écoutez-vous un album au format mp3, puis le même album au format FLAC, le tout avec un casque, et vous comprendrez ! Rien ne vaut le vinyle, est-il nécessaire de le rappeler :)

7 | Les radios

Les webradios de Deezer sont très bien foutues, chapeau à l’équipe. Ce sont des webradios thématiques, très simples d’utilisation… Que dire de plus, elles sont très bien remplies, c’est excellent pour la culture musicale, vous allez découvrir des tas de choses ! Découvrez-les là-bas : http://www.deezer.com/en/#music/radios Vous pouvez également écouter des « radios artistes » qui sont des sélections automatiques de morceaux d’artistes appartenant au même univers musical que l’artiste dont la radio porte le nom. La même fonctionnalité existe chez Grooveshark et Spotify, et je la trouve vraiment très très sympa.

L’Autoplay de Grooveshark, c’est aussi très simple et assez efficace : par rapport à ce qui se trouve dans votre liste de lecture (celle qui se trouve en bas de la page), le site ajoute des chansons « similaires », c’est-à-dire du même artiste, albums, du même genre/style… Des chansons que vous avez toutes les chances d’aimer. En fait, le site vous mâche le boulot. Le boulot d’aller voir les pages Wikipédia des artistes, aller voir les influences, la discographie, etc… Et pour construire des playlists, c’est le pied. Vous pouvez également dire si tel ou tel recommandation était « bonne » ou non en cliquant sur les petits smileys en bas à gauche du carré représentant le morceau.

La radio de Spotify est un peu.. bizarre. En tout cas pour le moment. Vous choisissez le/les style(s) de musique, ainsi que la/les décennie(s) qui vous intéressent. Le logiciel affiche ensuite une liste de morceaux correspondant à votre choix. J’ai un peu de mal avec ce système, peut-être y trouverez-vous votre bonheur.
UPDATE 21 avril : Spotify a ajouté depuis quelques temps un système de radio pour… et bien pour tout. Vous pouvez créer une radio à partir d’un artiste, d’un album, d’une playlist. Spotify va ensuite vous créer une sélection de morceaux infinie personnalisée. Vous pouvez ensuite influer sur la sélection automatique en indiquant « aimer » ou non les morceaux sélectionnés automatiquement. Spotify va « apprendre » et optimiser la sélection.

Spotify propose également des applications (Soundrop, We Are Hunted, Pitchfork, par exemple) qui sont gérées par des tiers et qui sont de nouvelles sources de suggestions musicales, que vous pouvez écouter directement via Spotify. C’est une source de suggestions musicales supplémentaire, on ne s’en prive pas, mais il ne faut pas s’en contenter ! (si vous vous contentez de ça, alors ce site n’aura plus de visiteur, ça m’embêterait un peu)

Mes choix : Deezer et Spotify

8 | La synchronisation et l’upload

Seul Grooveshark propose l’upload de morceaux directement depuis votre ordinateur. Ces morceaux sont ensuite disponibles (après 24h) dans votre librairie et vous pouvez ensuite en faire ce que vous voulez, comme n’importe quel autre morceau de leur catalogue.

Il faut savoir que Grooveshark était précédemment un client (un logiciel, quoi) de P2P (comme Kazaa, eMule…) qui s’est reconverti dans le streaming. Il en a conservé l’esprit puisque les utilisateurs partagent donc les morceaux qu’ils possèdent sur leurs ordinateurs et les rendent écoutables à tous. Bien évidemment, pour uploader des chansons, vous devez en posséder les droits, sinon vous vous exposez à des sanctions (ou votre accès à l’upload est suspendu). Plus d’infos là-bas : http://www.grooveshark.com/terms

Spotify vous permet de synchroniser tous vos morceaux avec le logiciel. Ensuite, c’est comme s’ils appartenaient au catalogue « officiel » de Spotify. Attention, si vous ajoutez « vos » morceaux à vos playlists, ils ne pourront être écoutés par d’autres personnes (c’est évident, mais je préfère le rappeler, ayant fait l’erreur une paire de fois).

9 | La publicité

Grooveshark, en version normale, affiche une bannière de pub à l’extrême-droite de la page. Très peu gênante, elle peut être supprimée en souscrivant à l’accès « VIP » pour 3$/mois ou 30$/an. Cet abonnement vous donne accès à toutes les nouveautés en avant-première.

Deezer possède très peu de pub, une bannière sur la page d’accueil, et des petites bannières en bas pour des services de sonneries.

Spotify, là, par contre… En plus de la bannière qui s’affiche aléatoirement à droite ou en bas, vous avez des pubs audio, comme à la radio FM, toutes les 7/8 minutes. L’astuce, c’est de ne pas laisser les morceaux que vous écoutez se finir et d’en débuter un autre. Mais c’est vraiment chiant. Vous pouvez supprimer tout ça en souscrivant à Spotify Premium : 9,99€/mois ou 119,88€/an.

10 | Le social

Spotify s’est lancé à corps perdu dans le social :

– Vous pouvez associer votre compte à Facebook et y retrouver tous vos amis, et suivre leur activité.
– Vous pouvez aussi lier vos comptes Last.fm et Spotify (Modifier > Préférences).
– Vous pouvez partager tout ce que vous voulez avec eux via la messagerie interne. C’est gé-nial. Toujours simple et élégant, ce qui est la marque de fabrique de Spotify.
– Plus généralement, le partage des URI Spotify, ces adresses qui commencent par spotify:… et qui ouvrent automatiquement le logiciel vers l’artiste/la playlist/l’album/le morceau sont très pratiques.

Sur Grooveshark, c’est la possibilité d’être fan d’un autre utilisateur et de partager tout contenu sur Twitter/Facebook/StumbleUpon. C’est aussi l’affichage dans votre profil de vos morceaux favoris. Rien de bien folichon me direz-vous. Grooveshark met à votre disposition plusieurs flux RSS que vous pouvez utiliser comme bon vous semble. Vous pouvez aussi lier votre compte Grooveshark à votre compte Twitter ou Facebook. Par exemple, quand vous mettez un morceau en favori sur Grooveshark, ce sera signalé automatiquement.

Sur Deezer vous pouvez facilement partager n’importe quoi, n’importe où. Il y a également un système de notes de playlists, de mises en favori d’artistes, albums, pour montrer aux autres utilisateurs vos goûts musicaux. Deezer possède aussi un système de « fans » et de « friends », ainsi qu’un système de commentaires. Il met en avant les playlists les plus écoutés sur sa page d’accueil, possède un blog mis à jour régulièrement (avec du vrai contenu, c’est pas du remplissage). Le « Mur du Son » de Deezer est l’équivalent des commentaires que l’on peut laisser, sur Jiwa, sur les profils de tout le monde. Et vous avez sur la droite une méga-barre Facebook avec l’activité de vos amis (comme Spotify).

Conclusion

Vous vous en doutez après avoir lu tout ça, mon préféré est Grooveshark Spotify (update 21 avril). Beau, simple, pratique, catalogue diversifié, recommandations musicales diversifiées, application mobile excellente, disponibilité hors connexion à volonté : il a tout pour me plaire. Depuis le lancement en bêta de la version navigateur, je peux utiliser Spotify au boulot, donc c’est le pied. L’absence d’exportation et le prix sont des petits points négatifs.

Grooveshark prend la seconde place, desservi par l’instabilité de son catalogue, le fait que certains albums ne soient pas disponibles en intégralité. Son catalogue est très large, mais c’est un sacré bazar. Leur application mobile est moyenne, le chargement des morceaux est aussi un peu long parfois. Mais leur catalogue reste aussi leur point fort : 15 millions de fichiers, c’est le chiffre que l’on retrouve partout, donc moins que Deezer, mais pourtant je trouve tout ce que je cherche sur Grooveshark, ou presque. Quelques petites fonctionnalités de leur interface le rendent à mon goût plus pratique que Deezer.

Deezer a une interface très clean, mais l’exportation est nulle, leur catalogue n’est pas encore suffisamment large à mon goût. A ce niveau-là, ce sont des détails qui font que je les place en 3ème position derrière Grooveshark.

Ma recommandation : si vous ne voulez rien payer, utilisez Grooveshark. Ensuite, si vous êtes prêts à payer un petit pécule par mois, je vous recommande chaudement Spotify. Désolé Deezer !

J’ai négligé quelques détails pour chacun des services, j’ai préféré me concentrer sur les trucs vraiment importants pour rendre ce comparatif digeste. J’espère que c’est clair !

Merci pour votre lecture,

Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :


Il y a 24 commentaires.

  1. Joli boulot!
    Par contre ça marche bien l’upload sur la nouvelle version de Grooveshark? Parce que moi avec la version actuelle mes morceaux uploadés n’apparaissent jamais.

  2. In reply to Erwan

    Oui, ça fonctionne très bien ! J’en ai uploadé 20 hier dans l’après-midi pour tester, et elles étaient disponibles ce matin.

  3. In reply to Erwan

    J’utilise ça : http://grooveshark.com/upload/sharklet, c’est la même chose pour toi ?

    J’avais jamais essayé d’uploader quoique ce soit avec la version actuelle.

  4. Ah bah tiens j’avais uploadé Dear Reader il y a dix jours pour mon dernier article, rien il y a encore deux jours. Et là je vais voir: gagné! Peut-être que ça venait de mon PC en fait parce que j’en ai un nouveau depuis ce matin.

  5. pour les titres non trouvés, y’a aussi http://www.musicme.com/ (pas d’export/import là non plus mais du choix pour écouter)

  6. Hum.. quelques remarques inspirées par ce comparatif.
    L’intérêt de l’upload sur Grooveshark est très discutable, étant donne que c’est illégal (mais bien pratique, on est d’accord), à part si on est artiste soi-même.
    J’ai bien peur que lorsque le service sera plus populaire, il y aura un filtrage « à l’entrée ».

    Pour en venir à la qualité du son, pour moi c’est un des critère les plus important.
    Rien que pour ca Deezer est éliminé d’office et c’est là où est la grande force de Spotify, la qualité de leur catalogue est uniforme (au passage c’est de l’ogg q5 ~160kbps et q9 ~320kbps pour la version premium – pas encore sur tous les morceaux).
    En gros on est >= à un MP3 192, ce qui est un « standard » de ce que les gens peuvent avoir sur leur PC, donc ils n’entendront aucune différence.
    Enfin sur Jiwa, beaucoup de MP3 sont en 320kbps si ma mémoire est bonne.

    PS : Il n’y a aucune bidouille pour faire du streaming, la qualité ne dépend que de l’encodage réalisé par le diffuseur.

    Détail technique : Spotify utilise un peu de P2P (en plus des serveurs) pour diffuser les morceaux, c’est pour ca que ca « rame » presque jamais.

    Enfin, niveau interface, un logiciel est pour moi plus pratique qu’un site web pour au moins plusieurs raisons : rapidité, légèreté en tache de fond et possibilité de l’utiliser avec une télécommande. (et aussi le flash, c’est mal et propriétaire ^^)

    C’est vrai que Spotify, c’était mieux avant (il y avait quasiment 0 pub), mais ca reste pour moi une référence simplicité/qualité lorsque l’on veut seulement écouter de la musique et pas s’embarrasser du reste.
    (Même si j’apprécie moyen le coup des rétributions des artistes).

    PS2: Faut arrêter avec le vinyle hein. Le numérique est techniquement supérieur (à l’enregistrement), seulement pour la même qualité (en restitution), ca coute bien plus cher ! (comme en photo ou en vidéo en fait)
    Enfin, c’est sur que sur les enregistrements qui n’ont pas directement été fait en numérique…

  7. Il est important de précisier que la version premium de spotify permet de bénéficier d’un son de 320kbits/s.

  8. Ton article m’a vraiment donné envie d’utiliser Grooveshark, mais je pense que Spotify restera mon préféré, surtout depuis que foxyTunes est compatible. :)

    Sinon sur la fin, il me semble que tu voulais dire « L’inscription à Spotify est possible en France sans invitation » plutôt que « sans inscription » ;)

  9. aurais-tu un code pour spotify? J’ai essayé de m’inscrire directement mais j’attends tjs l’invit. Merci.
    Pierre

  10. Bonsoir bonsoir.

    C’est juste pour dire que Spotify n’est pas dispo qu’en Finlande, Suède, Norvège, Espagne, France et au RU.
    En fait, il suffit, quand on habite pas l’un de ces pays, de dire lors de l’inscription qu’on habite l’un d’eux.
    En tout cas, ça marche pour moi, j’habite à Munich mais j’ai dit que je résidais en France.

    Et tenez-vous bien !
    Non seulement ça fonctionne, mais en plus je ne recontre aucune pub audio, sans avoir payé d’abonnement !
    Alors que quand je l’utilise à Paris, je me tape toutes les pubs !

    Tout ça sans rien payer et sans invitation en s’inscrivant via ce lien :
    https://www.spotify.com/fr/get-started/

    Une remarque sur Deezer aussi. En Allemagne j’dois avoir 5% au max du catalogue écoutable, presque tous les morceaux sont grisés. C’est peu.

    A part ça.
    L’article est bien sympa, faudrait que je teste Grooveshark plus en profondeur un de ces jours.
    Tant que j’en suis au compliments, j’en profite pour féliciter la propriétaire pour ce blog magnifique et horriblement bien fouillé.
    Voilà je devais le dire un jour.

  11. C’est cool des dossiers comme ça! Tu sais quand sera dispo la nouveau Grooveshark ?

  12. In reply to Olivier

    Non, aucune idée ! Ils sont encore en train de la roder, il y a des tout petits changements qui ont lieu encore.

    J’te tiens au courant ;)

  13. In reply to Barth

    Merci :-p

    Sympa cette astuce ! J’doute qu’elle fonctionne partout et pour tout le monde, le mieux c’est quand même de passer derrière un proxy situé en France ou dans un des autres pays où Spotify est disponible :)

  14. In reply to Loic

    Merci, c’est corrigé ^^ J’étais un peu fatiguée à la fin je crois !

  15. Il y a des radios sur Jiwa qui sont de très très bonne qualité (Acid jazz, BO films …). Je n’ai jamais testé la smartradio.

  16. pour deezer,
    l’accès « mondial » est encore très théorique,
    beaucoup de choses ne sont pas acessibles partout car en fonction de ton IP tu as accès en fonction des droits qui ont été négociés pour le pays concerné.

    en angleterre, y’a plein de morceaux que je ne pouvais pas consulter…

    merci de ce comparatif en tout cas,
    j’avais fait une série il y a un an sur tous ces sujets, mais ça évolue très vite ^^

  17. je commente au fil d ema lecture ^^

    la radio spotify est « intelligente » c’est à dire évolutive, elle apprend tes goûts pour te proposer des trucs de plus en plus pertinents.
    je crois que lastfm fonctionne aussi comme ça

    perso j’utilise jamais ça, ou presque, j’ai déjà à peine assez le temps d’écouter mes propres disques…
    mais sur le prinicpe c’est bien ^^

  18. Comme site de streaming, j’ai récemment découvert Wormee. Point fort : la ligne édito avec des critiques d’albums et une page d’accueil plutôt attirante. Après, je doute que le catalogue ne soit satisfaisant…

  19. Le WebSheriff (oui, celui qu’on aime tant), me demande de retirer des players Grooveshark.

    Donc c’est pas si légal que ça… Sauf évidemment si c’est le Sheriff qui abuse, ce qui n’est pas non plus à exclure.

  20. Merci pour ce billet fort instructif.

    C’est vrai que l’absence de player web exportable chez Spotify est un gros point faible ; surtout pour séduire les blogueurs :-)

    Je trouve que Spotify devrait aussi proposer des API/web-services pour permettre aux sites communautaires tels que http://www.spotilinks.fr de publier les infos sur les playlists partagées.

    En revanche, l’application iPhone – qui vient d’être acceptée – s’annonce clairement comme une killer-feature !!!

    En attendant, je vais tout de même creuser la question des droits sur GrooveShark.

    Encore merci pour ce comparatif ; et pour le blog en général ;-)
    Mike from Spotilinks

  21. j’avais fait un comparatif comme ça, mais moins détaillé il y a quelques mois et sans inclure Grooveshark que je trouvais vraiment pas terrible à l’époque (bande passante pourrie, interface moche…). C’est sûr qu’avec la nouvelle version et un catalogue conséquent ça devient un sérieux prétendant.

  22. Salut,
    merci pour ces précisions. Je vais tester grooveshark pour voir mais je crois que le top du top reste soundcloud.com, certes c’est beaucoup trop cher pour pouvoir uploader à volonté mais dans la version gratuite tu as droit à 5 morceaux par mois, un peu faible c’est vrai mais le player fonctionne absolument TOUT LE TEMPS! C’est aussi le plus simple d’utilisation.

    Julien

  23. Je voulais juste signaler que l’application iphone de spotify est sortie aujourd’hui même. Le fait de pouvoir disposer de ses musiques hors ligne est géniale. Après quelques heures de tests, la qualité est très bonne (je la trouve équivalente à celle du logiciel PC, c’était ma grande crainte qu’elle soit au rabais).

    Toutefois, j’ai pas vraiment réussi a écouter les morceaux que en streaming sur le réseau orange, je sais pas trop quoi dire, est-ce que c’est ma connexion ou bien sa merdouille chez tout le monde.

    Bref, je pense pas que ton classement change à cause d’une application même si c’est un plus. Pour les possesseur d’iphone, par contre, c’est plus qu’intéressant.

    PS: je me suis perdu sur ton blog, je trouvais pas cet article, alors j’ai lu plein de critique jusqu’à ce que la bannière apparaisse.^^

  24. In reply to S.K.

    En effet, l’appli iPhone est un sacré + pour Spotify ! Il faudra voir la réponse de Grooveshark (si réponse il y a).

    J’ai ajouté une catégorie « Dossiers et Réflexions » qui est accessible depuis l’onglet « Trucs & Contact », t’as bien fait de me signaler ton égarement, lol !

Comments are closed.