Les déceptions de 2009

  • 18 février 2009
  • Par Eddie
Les Déceptions de 2009
Les albums dont j’espérais quelque chose et qui m’ont déçue. Par ordre alphabétique.

Arctic MonkeysHumbug

Le troisième album des Arctic Monkeys voit les petits génies de l’indie-rock anglais mettre de côté leur garage-rock accrocheur et dansant pour un rock plus calme et plus sombre. Plus ennuyeux aussi. Josh Homme, le roux leader des Queens of the Stone Age, est aux manettes de la production et a définitivement ajouté sa touche, que ce soit dans les faits ou dans l’esprit (j’étais pas dans le studio, j’peux pas trop vous dire). Humbug n’est pas un mauvais album, mais c’est sans aucun doute une déception. Pourtant ça commençait bien : « Crying Lightning », le premier single, intrigue dès les premières secondes et surtout accroche, et ce malgré le changement d’atmosphère par rapport aux précédents disques : une atmosphère orageuse (malheureusement, l’orage ne vient jamais). Malgré également cette vive impression de maturité qui, lorsque l’on a plus-qu’adulé le bouillonnement adolescent des Singes, devrait vous faire redouter le pire. Et le pire, c’est ce qui suit, c’est-à-dire une suite de chansons, certes bien écrites, mais sans saveur, homogènes, sans montée d’adrénaline, sans rien de particulièrement excitant en fait. Humbug partage l’ambition musicale des Last Shadow Puppets, mais le résultat s’avère tout simplement moins bandant, si vous m’permettez.

Empire of the SunWalking on a Dream

« Walking on a Dream », la chanson-titre, m’avait bien plue, je m’étais dit que ces Australiens pouvaient au moins faire aussi bien que MGMT (voir ma chronique ici) et puis patatra. Quelques titres sympas, drôles même parfois (« Sworfish Hotkiss Night »), mais ça sent le réchauffé, la même recette est utilisée à toutes les sauces (ok, j’ai honte de cette phrase). Trooop… exagéré. La réverb’, les synthés, les voix (bon dieu d’merde les voix !)… Non franchement, c’est comme Sliimy, ça va bien deux chansons et après on arrête.

FaustC’est Com Com Compliqué

Les Allemands sont loin de leur ancienne virtuosité et inventivité. Ce disque n’est vraiment pas intéressant. Allez écouter Faust (1971), Faust So Far (1972) et Faust IV (1974).

GhinzuMirror Mirror

Je m’étais allée à réécouter certains de leurs anciens titres (« Dollyfischer », « Electronic Jacuzzi »), et je m’étais allée à espérer une belle surprise pour le 3ème album des Belges. Alors oui, il y a des titres qui font plutôt plaisir si vous aimez les guitares électriques et les rythmiques solides. Mais niveau originalité il n’y aucune chanson pour rattraper l’autre. Je suis passée complètement au travers de ce qu’ils voulaient me faire sentir (à part s’ils voulaient me faire ressentir de la frustration et l’impression d’avoir perdu mon temps…).

GossipMusic For Men

Comme je suis faignante, je recycle un commentaire que j’ai laissé sur une chronique positive de l’album :

« Hello,

Eh bien personnellement j’ai exactement le sentiment inverse ! J’avais bien aimé celui de 2006 (pas jusqu’à me rouler par terre de bonheur, mais je le trouvais assez enthousiasmant), mais alors celui-ci je le trouve très fade, les chansons se ressemblent, il n’y a pas de prises de risque… Alors oui, c’est super dansant, et tu as raison, la popularité du groupe va sans doute aller croissant, ce qui n’est pas mauvais en soi, mais l’album reste une petite déception :)

Bises !

Eddie »

MorrisseyYears of Refusal

« bon disque », c’est la signification de ces deux étoiles dans mon barème perso (cf: à côté). Mais cet album n’est bon que parce qu’il y les textes et la voix de Morrissey. Ce qui ne me plaît pas, pour faire clair et simple, c’est la musique. La voix de Morrissey est toujours magnifique, les textes sont bons, avec des phrases-clés qui marquent comme « No true friends in modern life », « You’ll miss me when I’m gone. », « Did you really think we meant all those syrupy sentimental things that we said? », c’est du Morrissey et j’aime ça, même s’il tire un peu sur les ficelles d’autrefois dans quelques chansons, ce qui est sa plus grande peur d’ailleurs, n’être qu’une imitation de lui-même. Ce n’est pas le cas sur ce disque, le Moz a toujours des textes splendides sous la main. Mais l’écrin de ce diamant n’est pas à la hauteur. Au mieux elle accompagne gentiment, au pire elle gâche le tout. C’est du rock musclé, voire bodybuildé, type Green Day, sans saveur, et il faut tendre l’oreille pour détecter une petite touche originale dans les arrangements, un piano discordant, quelque chose d’autre que ces lourdes guitares. Il n’y plus rien de british dans cette musique, c’est californien, là où vit Morrissey depuis la fin des années 1990. J’espère sincèrement que ce ne sera pas son dernier disque et que je pourrais faire une chronique digne de ce nom d’un disque que j’aurais envie d’écouter plus de 2 fois.

RöyksoppJunior

Ce n’est pas une si grosse déception que ça car The Understanding (2005), le précédent opus de ces Norvégiens, m’avait laissée avec une impression très désagréable de « déjà-entendu », alors que leur premier disque semblait carrément révolutionnaire. La déception continue toutefois avec Junior, qui ne parvient pas à étonner, et qui ne m’a pas du tout emportée. Malgré des invités de marque (Lykke Li, Karin Andersson), seuls quelques titres sortent du lot (« Happy Up Here », « You Don’t Have a Clue »). J’attends donc Senior avec une impatience… affaiblie, encore.

Soap & SkinLovetune for Vacuum

« Spiracle » avait attisé ma curiosité, je sentais une personnalité hors du commun (ce qui est assurément le cas), un son, un univers et puis… patatra, l’album ne m’a pas touché du tout, peut-être trop « emo » et répétitif pour moi.

The ProdigyInvaders Must Die

Le doux banger de la nostalgie. Oui, ça fait plaisir d’entendre de nouveau Prodigy, mais il faut bien se rendre à l’évidence, il n’y a rien de nouveau sous le Soleil avec ce disque, et l’excitation passée de la nouveauté laisse place à l’amertume de la banalité. Ou quelque chose comme ça. En tout cas ce sera du grain à moudre pour des concerts qui s’annoncent dantesque ! C’est ce qui compte après tout.

The ThermalsNow We Can See

Je ne me rappelle même plus pourquoi j’en avait attendu quelque chose de bien. Toutes les chansons se ressemblent. Alors oui, il y a une grosse intensité tout au long de l’album, les guitares sonnent bien (de bons gros riffs qui arrivent presque à faire plaisir), on sent une certaine maturité, une grosse confiance en soi de la part du chanteur, les textes sont forts (ils sont même plutôt très bons)… Mais je ne peux m’empêcher de remarquer qu’il y a toujours un moment, et ce pour chaque chanson, où je m’emmerde profondément. Dommage, car les textes sont vraiment bons et qu’ils ont un sacré potentiel.

The Whitest Boy AliveRules

Emmanuel de DODB a dit tout ce que j’avais envie de vous dire ici, donc allez lire sa critique de cet album : cliquez ici.

U2No Line On The Horizon

J’avais vaguement espéré un miracle. Comme beaucoup de gens, j’aime bien les 4 ou 5 gros tubes interplanétaires de U2, écoutés une fois, dans le métro, mais je n’ai jamais réussi à m’écouter un album entier. Avec celui-ci c’est pareil.. Déjà avec les 2 premiers extraits j’avais déjà une opinion de faite, le reste de l’album n’a fait que la confirmer. C’est terriblement banal, plat, ça tire sur des ficelles énormes, ça manque de conviction, d’originalité, ça manque de tout. Ne l’achetez pas.

VibesYou God It (EP)

Ils étaient précédés d’une petite réputation underground grâce à leurs concerts.. étonnants. Ce premier EP est un mélange de funk et de garage dont la face A est quasiment inaudible. La face B est un peu plus sympa, « Shake it Off » me fait penser à Jim Morrison, allez savoir pourquoi. Je doute que je réécouterai cet EP un jour.

Yeah Yeah YeahsIt’s Blitz

J’aurais pas cru écrire ça un jour sur les YYYs, mais ce It’s Blitz a aussi peu d’intérêt que le Walking on a Dream de Empire of the Sun (qui se trouve également sur cette page). Le groupe a opéré un virage risqué en se laissant séduire par les trompettes de la dance-punk section électro-chiante. Bonne nouvelle pour MTV, mauvaise nouvelle pour les fans. Résultat : des titres « dance » calamiteux, des chansons plus calmes carrément chiantes (sauf peut-être le joli « Runaway », ou peut-être « Histeric »). Pourtant la pochette était belle…

YuksekAway From The Sea

Pour tout vous dire, j’avais mis le premier album de cette nouvelle tête de la french touch dans mon dossier « à chroniquer » pour lui mettre 1 étoile et essayer de vous le rendre intéressant tout de même. Et puis à la 3ème ou 4ème écoute, je me suis ravisée. Quelques chansons sympa il est vrai, il y a de la bouffe à dancefloor, mais cet album ne surprend pas, il ne tient pas la longueur, ne comprend pas grand-chose d’original, bref, une déception.

Il y a 15 commentaires.

  1. Je suis d’accord, surtout pour Soap & Skin. Le MP3 que tu avais balancé m’a beaucoup touché, je suis resté scotché devant ce titre si… « froid » ? Mais le reste m’a aussi déçu. :/

  2. j’écoute actuellement en boucle le dernier prodigy, ne me demandez pas comment, les voies du cyber flux sont impénétrables.

    Je dirais que c’est un pur plaisir, grand retour de prodigy, après un album précédent plus que bof, qui font ce qu’ils savent le mieux faire : du prodigy.

    un son exceptionnel, novateur et original.

    un petit coté pop rock derrière le déluge de sampling, qui pourrait être la piste du renouveau recherché par le groupe.

    Car oui, le groupe lui même est triste d’avoir l’impression de tourner en rond derrière leurs consoles.

    j’aimerais dire aux membres de celui ci, qu’ils peuvent être très fiers du bonheur qu’ils nous apportent tous les jours

  3. Moi aussi j’aime bien le dernier Prodigy, ca vaut pas un vieux mais c’est pas mal !

    Pour U2, aussi je suis déçu même si je ne suis pas un grand fan, le single a fini de me convaincre …

    Let’s Rock !

  4. pas daccord du tout pour le dernier U2, les deux precedents etaient moyen, celui là est excellent. Super production, bons riffs de guitare et bono au meilleur de sa forme. On peut se passer des plages 2 – 4 et 5 mais pour le reste, allez Y….Ok pour les killers, super album décalé

  5. Ça ne serait pas plutôt The Thermals ?

  6. rahhh nan pas le nouveau ghinzu dans cette rubrique !

  7. haaaaaaaaaaan pas d’accord avec toi pour le nouveau Ghinzu !
    http://www.franchuta.info/chronique-487-ghinzu-mirror-mirror.html
    Pi presque d’accord pour le Morissey…
    http://www.franchuta.info/chronique-482-morrissey-years-of-refusal.html

  8. arf!
    allez faut que je défende les Yeah yeah yeahs!!!
    m’a fait peur aussi aux premières écoutes, ça pulse de moins en moins par rapport au premier mais c’est un phénomène assez fréquent
    n’empêche qu’il est carrément bien!!!
    pour preuve qu’on peut changer d’avis, le 2e album m’avait fait la même impression par rapport au 1er et finalement le 2e tourne en boucle
    vivement la sortie du 4e que j’écoute en boucle le 3e!!!!

  9. Je partage absolument ton avis quant au dernier des Monkeys.

  10. Voilà ce que c’est de télécharger l’album un mois avant sa sortie. Etant un énorme fan des Monkeys et n’ayant pas compris la montée de sève collective qui a entouré le soporifique disque des Last Shadow Puppets, j’étais vraiment inquiet la première fois que j’ai écouté « Crying Lightning ». Et puis au bout de 2-3 écoutes j’ai commencé à complètement accroché au point que je ne sais même plus combien de fois je me la suis repassée. A tel point qu’un mois après, ce lundi je me suis rué sur le disque et je n’ai absolument pas été déçu. Bien entendu il ne faut plus du tout avoir en tête les deux premiers albums pour l’apprécier pleinement. Mais qu’est ce que c’est bon !!! Mention spéciale à « Dance Little Liar » qui est absolument magnifique. Alors oui Turner commence à être très chiant à vouloir se donner une image d' »adulte romantique » ou je ne sais quoi, mais bon pour le coup le disque est une franche réussite.

    Sinon comme Matt je défends ausis les Yeah yeah Yeahs ;).

    En revanche c’est vrai que le nouveau Ghinzu est très décevant et largement inférieur aux deux premiers.

  11. In reply to Julien

    1 mois avant sa sortie, le jour de la sortie ou 1 mois après, je vois pas la différence. C’est toujours la même musique et j’aurais quand même eu ce goût de « moins bien ». Cette absence de goût en fait, je crois que j’ai écrit « sans saveur » là-haut.

    Bref, pas à mon goût mais je lis un peu partout des éloges, donc j’suis ravie pour le groupe :-) (P. Diddy adore : http://twitter.com/iamdiddy/status/356398102)

    A bientôt !

  12. fichtre! « it’s blitz » est magnifique!

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :