Retour de vacances et Rock&Folk

  • 26 juillet 2008
  • Par Eddie

Hop, me voilà de retour ! Une journée plus tôt que prévu, d’ailleurs. On m’a appris que le blog avait planté pendant un moment à cause de Free, sans explications de la part de ces derniers . Il est tant que je m’installe sur un serveur à moi (ça avance de ce côté-là). J’espère que vous avez quand même pu voir et apprécier la série Sur la plage, préparée avec amour ! :cool:

Ce fut donc 2 semaines bien sympathiques, chaudes et ensoleillées et, même sans Internet, pleines de découvertes, notamment une dont je vous parlerai très très bientôt parce qu’elle est restée dans mes cages à miel pendant 2 semaines et qu’elle est déjà associée à bon nombre de choses. J’ai aussi écrit 2 petites choses qui n’entrent pas vraiment dans la « charte » (si si, y en a une !) du « Choix« . Je vais donc les poster sur le site Le Post, et je vous mets ici un petit bout de la première en vous incitant imperceptiblement à cliquer sur le lien vers l’article en entier.

Bisous à toutes et à tous ! (et un p’tit coucou aux nouveaux abonnés au flux RSS :) )

—————————————————————————————

C’était pourtant une journée que j’abordais avec un entrain tout à fait naturel chez une vacancière moyenne dont l’occupation essentielle allait vraisemblablement être l’observation attentive de ses doigts de pied en éventail, couchée sur une serviette pleine de trous, thermostat 4. Mais le Destin, en la personne de Philippe Manoeuvre, en a décidé autrement. Je dis Philippe Manoeuvre car ce monsieur est le rédacteur en chef du magazine musical nommé de plus en plus bizarrement Rock&Folk (il me faut de plus en plus de temps pour localiser la partie « folk ») auquel je suis abonnée depuis mes 13 ans et que je dévore chaque mois telle une hyène affamée en plein désert se retrouvant face à une gazelle les tripes à l’air.

Seulement voilà, il a fallu qu’un concours de circonstances des plus improbables fit que ce magazine failli provoquer ma mort, et tua effectivement quelque chose en moi : l’espoir que le meilleur groupe de rock français ne soit pas les BB Brunes. Je n’ai vraiment rien, le plus sincèrement du monde, contre ce groupe, je trouve la musique aussi intéressante qu’une pêche trop mûre qui viendrait s’écraser sur mon pare-brises, mais les textes par contre sont plutôt sympas, et même plutôt pas trop mal écrits, portant sur les malaises de la jeunesse, assez bien rendus (la « preuve », ça « marche » et en tant que « jeune » on s’y « reconnaît » « ! »). Les BB Brunes sont un groupe auquel je donne péniblement la mention écoutable-et-appréciable-avec-quelques-verres-et-d’autres-substances. Passons.

Lire cette petite chose en entier sur Le Post >>

Pas de commentaires

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :