chronique

Album, Rock | Critique de « Phosphene Dream » (2010) de The Black Angels

Il y a quelques groupes que je classe sans hésiter dans la catégorie « groupe préféré de tous les temps », la plupart ne sont plus en activité, et puis il y a les contemporains comme les Black Angels. Il leur a fallu un seul album pour entrer dans mon panthéon rock personnel, et un deuxième pour leur assurer un siège à vie. Autant vous dire que j’attendais ce disque transie d’impatience et d’appréhension. Oui, je deviens un peu dingue – enfin un peu plus que d’habitude – dès qu’il s’agit de groupes que j’adore. Phosphene Dream est leur troisième album, signé chez Blue Horizon, célèbre label anglais de blues qui n’avait plus rien sorti depuis 1971, et qui avait en outre lancé la carrière de Fleetwood Mac. Lire la suite…

Album, Electronique, Folk | Critique de « Lasted » (2010) de Benoît Pioulard

Je n’ai jamais réussi à vous parler de Benoît Pioulard. Non que je n’avais rien à dire, ou que je n’étais pas sûre de son talent, loin de là, c’est juste que j’ai toujours remis à plus tard, oublié, remis à plus tard, et re-oublié. Si je replonge dans mes archives, il y a un brouillon intitulé « Benoît Pioulard » qui date du 24 novembre 2008. Je voulais vous parler de Précis (2006) et de Temper (2008), mais surtout du premier, car c’est avec « Palimend » que j’ai découvert cet artiste, pas Français du tout, probablement francophile, originaire de Portland aux Etats-Unis. Lasted confirme tout le bien que je pense de Pioulard, et s’inscrit dans une discographie pour le moment parfaite. Lire la suite…

Album, Rock | Critique de « Everything In Between » (2010) de No Age

Leur premier album, Weirdo Rippers (2007), était clairement un objet avant-garde noise où le duo étalait sa créativité sans limites, plus mystérieux que jamais, claquant au passage deux ou trois morceaux immenses. Nouns (2008), qui fut l’objet de ma troisième chronique sur ce site (*émotion*), était clairement beaucoup plus cohérent. Plus cacophonique que jamais, ne laissant pas beaucoup de place pour respirer, mais moins bordélique et avant-gardiste. Compte tenu de cette évolution, j’avais un peu peur que No Age perde ce que j’avais trouvé excitant à leurs débuts, ce noise imprévisible et mystérieux. La réponse se trouvait dans ce Everything In Between. Lire la suite…

Album, Pop, Rock | Critique de « Unitopians » (2010) de Wombs

Le deuxième album de Wombs est pour le moment le meilleur album sorti de l’underground blogosphérico-hype sur lequel je suis tombée. Le groupe a la chance d’avoir derrière les futs le batteur de Cloud Nothings qui ont réussi à se faire un nom. Ce n’est pas encore le cas pour Wombs. Même en ayant mis leur album en téléchargement gratuit, j’ai trouvé peu de gens qui en parlent et je trouve ça bien dommage. « They like getting loud, then quiet, then loud » annonce leur MySpace. Personnellement, ça m’a suffit pour que je télécharge leur disque. Ah, et la pochette m’a intriguée aussi. Il m’en faut peu. Lire la suite…

Album, Pop | Critique de « Two Thousand and Ten Injuries » (2010) de Love Is All

Un micro-blog très moche et rempli de mauvaises choses (ou pas) nous affirme que les Suédois auraient inventé la pop. Ce qui est sûr c’est qu’avec Radio Dept. ou Miike Snow, ils font tout ce qu’ils peuvent pour mettre au point des mélodies à apprendre par coeur en moins de 5 secondes et faire fondre les coeurs avec leurs paroles mélancoliques. Love Is All est un quintet indie-pop de Göteborg, mais leur truc c’est pas vraiment la mélancolie, mais plutôt un bazar post-punk avec des « palapapa », un saxophone, des beats disco… C’est une pop qui ne tient pas en place ! Lire la suite…

Album, Country, Folk | Critique de « Joe Hill’s Ashes » (2010) de Otis Gibbs

Souvent on me demande les genres de musique que j’aime. Je réponds toujours par les genres de musique que, généralement, je n’aime pas. Vous avez le métal (et dérivés), le r’n’b contemporain, la country… Seulement voila, mon album préféré de 2008 est un album de black métal, Janelle Monae est une chanteuse de r’n’b, et Otis Gibb est un auteur-compositeur-interprète de country. Il y a des albums comme ça qui transcendent les genres auxquels ils appartiennent, qui évitent les clichés et autres écueils qui me font détester le style en général. Otis Gibb vient de Wanamaker dans l’Indiana, je n’ai aucune idée de comment je suis arrivée sur sa page Bandcamp, toujours est-il que Joe Hill’s Ashes sera sûrement le seul album de country que je retiendrai cette année. Lire la suite

Album, Rock | Critique de « Shake / Shiver / Moan » (2010) des 22-20s

L’annonce de la reformation officielle des Anglais en septembre avait été une vraie putain de bonne nouvelle. Ils s’étaient séparés après que Martin Trimble et les autres membres du groupe n’aient pas réussi à se mettre d’accord sur la direction artistique qu’ils souhaitaient prendre. Ils sont finalement arrivés à un accord, ont recommencé à tourner en Angleterre sous le pseudonyme Bitter Pills, l’un des titres qui figurent sur ce nouvel album, avant d’officialiser tout ça en sortant “Latest Heartbreak” en single (sans la moindre annonce, c’est en allant faire un tour sur leur MySpace que je l’ai appris !). Shake / Shiver / Moan n’a toujours pas de date de sortie en Europe, mais je peux déjà vous dire que c’est un digne successeur de 22-20s, sorti il y a déjà 6 ans. La suite…

Album, Electronique | Critique de « Latin » (2010) de Holy Fuck

J’avais mis 4 étoiles à leur précédent disque, LP, sorti il y a déjà 3 ans et qui leur avait valu une nomination au Prix Polaris. Ils sont de nouveau nominés cette année, et les Canadiens ont véritablement bon goût car ce disque est l’un des rares à illuminer complètement mon premier semestre 2010. Holy Fuck est un groupe d’électronica instrumental, avec deux batteurs, et leur processus créatif repose essentiellement sur l’improvisation. Concrètement, ils envoient de la bûchette post-rock avec des soupçons d’électronica qui dérivent quasi-invariablement vers un raffut à s’en déchirer l’épine dorsale à force de secouer la tête et tous les organes qui ne sont pas paralysés par les déflagrations sonores des Canadiens. La suite…

Album, Pop, Soul | Critique de « The ArchAndroid » (2010) de Janelle Monáe

J’suis pas quelqu’un de cynique. J’aime bien Beyoncé, Alicia Keys, il y a même des chansons de Britney Spears que j’écoute avec plaisir. La pop actuelle, celle qui se retrouve récompensée aux « MTV Awards » et pollue les ondes FM, me fait quand même abondamment gerber. Alors quand apparaît un album pop, avec dedans ce fameux « r’n’b contemporain », mais aussi de la funk, de la soul, du rap, des cordes, un featuring de of Montréal qui sort de nulle part, de la folk, une chanteuse qui a apparemment autant de bonnes idées à la seconde que Domenech en a de mauvaises, je me dois de vous en parler. La suite…

Album, Rock | Critique de « Expo 86 » (2010) de Wolf Parade

Je peux bien le dire maintenant, At Mount Zoomer ne m’a pas fait beaucoup vibré. Impression qu’il manquait quelque chose, pas assez d’énergie, des morceaux vraiment étranges de Spencer Krug… Ce nouvel album me permet de retrouver l’enthousiasme qu’avait suscité Apologies to the Queen Mary. C’est franchement un miracle que ce groupe ait réussi à sortir un album aussi cohérent que celui-ci, compte tenu de tous les projets qui gravitent autour des deux leaders (en comptant ceux des autres membres, on doit arriver à sept side-projects). Ils arrêtent de jouer ensemble pendant un an, l’un sort avec sa femme l’un des meilleurs disques de 2009, l’autre sort deux albums avec deux groupes différents, se retrouvent en studio et en quatre mois tout se retrouve enregistré et mixé. Sans être une monstrueuse claque, Expo 86 confirme, s’il le fallait, Wolf Parade comme l’une des valeurs sûres de l’indie-rock mondial. La suite…



Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :