Album

Album | THE WATERBOYS – In a Special Place (2011)

Sorti en 2011, In a special place est un album hautement improbable proposant une compilation d’enregistrements studios réalisés lors de la préparation de This is the Sea en 1985. Restreint, pour la quasi-totalité des morceaux, à un piano et une voix, l’album met à nu une musique (celle des années 80 à l’ère du synthétiseur surexploité) qu’on pourrait juger artificielle, trop ornementée, et la déshabille de tous ses froufrous ringards. Une fois le cobaye décharné, il reste la chair à vif : Mike Scott, frappant violemment le clavier, une production réduite au strict nécessaire voire moins, et une composition tout aussi minimale. Même pas destinés à être un jour diffusés, ces enregistrements vieux de vingt-cinq ans sont des traces brutes, un peu arides (certains s’ennuieront sans doute un peu du côté répétitif de l’album), mais, à mon goût, d’une puissance ravageuse.

Album | ENSEMBLE ECONOMIQUE – Crossing the Pass, By Torchlight (2011)

Je ne sais pas si c’est un effet connu ou si je suis juste bonne pour l’asile (ce qui expliquerait pas mal de choses), mais le simple fait de fixer intensément quoique ce soit le rend parfois effrayant, que ce soit une peinture ou une photo, ou même en me regardant dans les yeux dans le miroir (ça c’est plus compréhensible). Un morceau d’Ensemble Economique, c’est une phrase musicale, un rythme, une progression de cordes, qui fait boule de neige, prend de l’ampleur et devient lentement de plus en plus impressionnante avant de s’évanouir dans le noir. Au passage, cette boule de neige vous a avalée toute entière et vous n’en ressortez pas tout à fait indemne.

Album, Rock | THEE OH SEES – Carrion Crawler / The Dream (2011)

Je vous ai gardé le meilleur pour la fin. C’est Noël, offrez-vous mon album préféré de l’année, par un groupe californien qui joue désormais dans le cours des très grands du rock. San Francisco en a pondu des groupes rock incroyables, et Thee Oh Sees en fait définitivement partie. C’est une machine de guerre, un monstre à 5 membres mené par un grand malade génial nommé John Dwyer, maître de cérémonie d’une orgie rock’n’roll violente et psychédélique à consommer de préférence en concert mais qui miraculeusement garde tout son attrait sur disque.

Album, Rock | SPORTING LIFE – Singles (2011)

Eh bien le voilà le gros coup de cœur du type « nom d’une pipe en bois d’où est-ce qu’il sort ce groupe avec ce single que je m’écoute en boucle depuis 2 semaines » ? Il a eu du mal à venir, mais le voilà, il s’appelle Sporting Life. C’est un quatuor de San Francisco qui fait de l’indie-rock sous influence eighties et sixties, autant vous dire que ça s’écoute aussi facilement que j’ingurgite des toasts au foie gras le 24 décembre au soir.

Album | Critique de « Remainder » (2010) de Caddywhompus

Dans le genre « duo guitare/batterie noise-rock », vous connaissiez No Age (si non, cliquez ici), découvrez maintenant Caddywhompus ! Ils viennent de Houston et sont signés sur l’excellent label Community Records basé à la Nouvelle-Orléans. Ils proposent un rock franchement abrasif et ultra-énergique.

Album, Rock | Critique de « Is Growing Faith » (2011) de White Fence

L’homme derrière cet album ne vit pas dans le même univers que vous et moi. Quand il entend les Black Eyed Peas à la radio, je l’imagine avoir la réaction d’un Syd Barrett qui aurait fait un petit voyage en Delorean de 1964 à 2011 et qui se prend cette musique futuriste et diarrhéique dans les oreilles (un petit peu de méchanceté gratuite entretient la santé).

Album | Critique de « Black Up » (2011) de Shabazz Palaces

Tout le long de cet album, et même après pas mal d’écoutes, il m’est toujours impossible de dire vraiment de quel type de musique il s’agit. Attention, je ne ressors pas du frigo le mot « inclassable », qu’on colle régulièrement à tous types de choses très classées, et qui même employé à raison n’est pas tant une vertu — franchement, on s’en balance qu’un album soit classable ou pas, ce n’est pas synonyme de qualité.

Album, Rock | Critique de « The Black Belles » (2011) par The Black Belles

Cet album est une friandise garage-rock. Je ne vois pas d’autre métaphore. C’est une petite demi-heure de rock sauvage, par quatre jolies filles aux chapeaux de sorcières, produit, ou plutôt propulsé par Jack White (le papa des White Stripes, Dead Weather, Raconteurs), inspiré par le rock des sixties, rempli de riffs de guitare et de piano simples et efficaces.

Album | Critique de « Horse Heaven » (2011) de Creepoid

Creepoid. J’suis pas fan du nom. Et ça m’inquiète un peu de savoir que c’est le genre de choses qui peuvent faire le succès ou l’échec commercial d’un groupe, parce que j’ai un vrai coup de coeur pour ce groupe de Philadelphie dont Horse Heaven est le premier album. S’il fallait créer un terme à la con comme adorent le faire les critiques musicaux, je dirais que Creepoid fait dans le grunge-psyché-folk, ce qui ne vous dit probablement rien. En y réfléchissant deux secondes et en mélangeant la musique des vos groupes préférés de grunge, psyché et folk, vous devez vous dire Creepoid fait du psyché-cracra avec une guitare acoustique qui se balade entre deux vagues de hurlements primaires. Et bien vous ne pourriez pas être plus éloigné de la réalité. Lire la suite…

Album | Critique de « Acrobats » (2011) de Peggy Sue

Peggy Sue est un trio de Brighton, en Angleterre, dont Acrobats est le second album. Ce sont deux filles, Rosa Rex et Katy Klaw, au chant et aux guitares, et un mec, Olly Joice, à la batterie. Le groupe a émergé fin des années 2000 au même moment que ce que les médias anglais ont baptisé la « West London folk scene », à laquelle sont associés les Mumford & Sons, Laura Marling, Noah and the Whale et compagnie. Avec Acrobats, Peggy Sue se détache clairement de cette mouvance indie-folk, en adoptant un son bien plus puissant, boosté par les guitares électriques que les filles avaient jusqu’alors peu utilisées. Sans rien perdre de ce qui fait leur charme et l’intérêt de leur musique, elles ont réussi la transition de l’acoustique à l’électrique avec succès, ce qui n’était pas gagné. Lire la suite…



Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :