Alela Diane – The Pirate’s Gospel (2006)

  • 27 septembre 2008
  • Par Eddie

Alela Diane - The Pirate's Gospel The Pirate’s Gospel

par Alela Diane

Fargo – 2008

Album 3 étoiles

Site | MySpace | Acheter

Ey oh ey oh et une bouteille de rhum pour la p’tite dame ! Sorti en auto-production en 2004, le premier album d’Alela Diane est ressorti en 2006 dans une version « révisée ». Elle a 25 ans, elle est californienne et est associée à la New Weird America, dont le chef de file est l’inévitable Devendra Banhart. Son univers et sa voix sont pour autant tout à fait uniques.

De nombreuses et splendides voix féminines apparaissent avec le renouveau folk ; celle d’Alela Diane est à mi-chemin entre celles de Chan Marshall (Cat Power) et Janis Joplin. Son talent vous éclate au visage à la première écoute de « The Pirate’s Gospel ». Avec sa voix chaude, tranchante et accompagné sur la majorité des titres par sa seule guitare acoustique – la version non « révisée » était encore plus intimiste, moins arrangé, enregistré dans le studio de son père – elle nous invite dans un univers ancré dans le blues et la soul, avec quelques harmonies de ci de là qui rajoute de la profondeur à ses compositions d’une maturité exceptionnelle pour une si jeune artiste (la plupart des chansons ont été écrites lorsqu’elle avait 23 ans, lors d’un voyage en Europe).

« The Pirate’s Gospel » est un album à écouter non pas à bord d’un trois-mâts au milieu du Pacifique, mais autour d’un feu, dans une clairière paumée, avec des amis et des bouteilles de rhum, pour mieux faire appel à votre imaginaire. Pas mielleux pour un sou, chaque chanson s’apparente à une exquise caresse mélancolique et passionnée. Les mélodies sont simples, mais terriblement entêtantes – celle de « Pigeon Song » est tout simplement obsédante, le talent mélodique de Alela Diane est véritablement incontestable. Revisitant les chansons folkloriques américaines, va directement à l’essentiel et ne s’embarrasse pas de fioritures, habitée qu’elle est par chacune de ses chansons.

Délicat, attachant, intriguant, et avant tout éblouissant, ce premier album touche juste du début à la fin. Le blues tient là sa nouvelle perle. On en redemande !

Tracklist (love) : 1. Tired Feet | 2. The Rifle | 3. The Pirate’s Gospel | 4. Foreign Tongue | 5. Can You Blame the Sky | 6. Something Is Gone Away | 7. Pieces of String | 8. Clickity Clack | 9. Sister Self | 10. Pigeon Song | 11. Oh! My Mama

Alela Diane sera au Festival des Inrockuptibles donc allez voir toute la programmation !

Un avis sur ce disque ? [ratings]

[UPDATE] Le site Daytrotter.com a invité Alela Diane à une petite session acoustique après le festival SXSW. Je vous laisse les découvrir (les chansons sont en téléchargement), en plus il y a des inédits :-)

http://www.daytrotter.com/article/739/free-songs-alela-diane

 

Il y a 7 commentaires.

  1. Pingback: www.fuzz.fr

  2. Une copine au boulot m’avait conseillé cet album. Et je me suis finalement rendu compte que ma mère l’avait acheté à la FNAC.

    C’est un véritable délice !

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :