A Place To Bury Strangers, une claque

36010.aplacetoburystrangers.jpgA Place To Bury Strangers, c’est un mélange de coldwave et d’un petit quelque chose qui va vous déboucher les cages à miel. Aucune concession dans cet album à un quelconque cahier des charges de l’album rock idéal. En ça, ils me font penser à Joy Division : jamais ils ne cèdent à la facilité, jamais ils ne font une chanson pour élargir leur public. Attitude définitivement jusquauboutiste, A Place To Bury Strangers est une vraie claque. Si No Age, dont je vous ai déjà parlé, est peut-être le groupe le plus bruyant de Los Angeles, APTBS a été déclaré par la presse « le groupe le plus bruyant de New York ». Mais attention, cette appellation journalistique un peu effrayante ne doit pas vous faire passer à côté de cette sensation psyché-rock.

Ce trio de Brooklyn est mené par Oliver Ackermann qui s’est donné pour défi d’explorer toutes les possibilités sonores qu’offre une planche à 6 cordes. Pour info, le type crée ses propres pédales à effets (vous pouvez les acheter sur deathbyaudio.com) et dans l’album éponyme de APTBS, sorti l’été dernier, il s’en donne à coeur joie. Du brutal « Missing Link », qui ouvre l’album, à l’immense, l’immense, l’immense « Ocean » qui le clôture, c’est une déferlante de sons invraisemblables, une symphonie de distortions électriques à vous défriser les rouflaquettes.

800px-A_Place_To_Bury_Strangers.JPGPas de riffs métal, ni d’érucations sépulcrales flippantes, le chant de Oliver Ackermann, semblable à celui de Ian Curtis, est volontairement en retrait par rapport à la musique, sa voix est très calme, ce qui contraste parfois avec les moments de détartrage auditifs que proposent l’album. Celui-ci n’est pas qu’une suite de démonstrations guitaristiques démentes, il alterne entre une coldwave parfois vaporeuse et romantique qui vous fera penser à The Cure (la basse de « She Dies » semble s’échapper de Disintegration) et des morceaux épiques qui vous font monter les pulsations à 200. Je ne sais pas comment ils règlent leurs amplis lors des concerts, mais je plains ceux qui se sont retrouvés en face d’un mur d’amplis lors de « To Fix The Gash In Your Head », les séquelles doivent être irréparables. Dès que le tempo se ralentit, qu’on sent qu’un rayon de soleil voudrait percer, il est noyé sous un déluge de distortions particulièrement jouissif et je le rappelle, pas du tout métal (je n’aime pas le métal, vous n’en entendrez jamais ici) ou industriel. Awesome !

A Place To Bury Strangers a fait en 2007 la première partie de Black Rebel Motorcycle Club pendant leur tournée mondiale, groupe dont je risque de vous reparler, et devrait faire la première partie de la tournée américaine de Nine Inch Nails (NIN). De quoi se constituer une base de fans d’excellente facture, lol.

9,5/10

Tout leur album est disponible sur Deezer à cette adresse. Voici mes deux titres préférés, « I Know I’ll See You », le titre le moins « violent » de l’album, et, je me répète, l’immense « Ocean » :

A Place To Bury Strangers sera aux Eurockéennes de Belfort le 4 juillet. Vous pouvez acheter leur album sur Amazon.fr.

J’ai parlé de Joy Division et de The Cure, voilà « She’s Lost Control » du quatuor de Manchester et « Fascination Street », extrait de Disintegration, le meilleur album de la bande à Robert Smith :

Reçois tous les nouveaux articles par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :


Il y a 4 commentaires.

  1. Pingback: www.fuzz.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

hello