Critique de « Dear John » (2009) par Loney, Dear

  • 24 janvier 2009
  • Par Eddie

Dear John (2009) Dear John

par Loney, Dear

Polyvinyl – 2009

Album 2 étoiles

Site officiel | Acheter

Je sais pas ce qui se passe en ce moment, mais j’ai l’impression que les termes « électro », « pop » et « folk » ne veulent plus rien dire (certains pourront dire qu’ils n’ont jamais eu de sens d’ailleurs, m’enfin on s’en fout). Il n’y a plus de barrières entre les styles, tout le monde écoute des tas de trucs différents, tout le monde s’inspire de toutes les époques, de tous ces groupes qui expérimentèrent en leur temps des choses incroyables… Et la culture musicale étant mieux partagée grâce au Net, il y a de plus en plus de gens capables d’apprécier le travail d’artistes qui seraient passés inaperçus sans ce vecteur.

Tout ça pour dire que je ne sais pas comment caractériser la musique de Loney, Dear. La raison de ce « Oula » instinctif, c’est la première piste de ce disque, « Airport Surroundings », les 10 premières secondes pour être précis. Je me serais cru de retour dans les années 1980 (je rappelle pour les nouveaux lecteurs que je suis née en 1989, ce qui me donne le droit de dire que J’Y ETAIS), avec ce rythme, ces bruits zarbissortant de synthés fluorescents, ces coupes de cheveux, bref, tout ce qui fit ces merveilleuses années m’est revenu d’un coup en tête. Avouez que ça fait peur.

Et puis… et puis j’ai tendu l’oreille. Première référence : M83, mon Antibois préféré, son univers musical spatial, nostalgique, cette dream pop splendide que j’avais adoré l’année dernière sur Saturdays=Youth. La musique de Loney, Dear est bien plus pop et plus rythmée. Malheureusement, il est très difficile de s’enlever de la tête les images du paragraphe précédent car Emil Svanängen en fait parfois un peu trop et ça devient embarrassant d’écouter ça à fond chez soi. Même si je suis en Finlande et qu’il se tape des trucs bien pires tous les jours à la radio (mon dieu, il y en aurait des choses à dire sur les radios finlandaises ; vive NRJ !). Les mélodies sont souvent somptueuses, mais le tout sonne parfois bizarrement, c’est cacophonique et même carrément moche et cliché sur certaines pistes (je pense à « Under A Silent Sea » qui finit en une espèce de techno qu’on entend guère plus que dans un club perdu du fin fond de la Wallonie) (ou de la Finlande). « Harm » révèle aussi les quelques faiblesse vocales de Svanängen, il a une voix nasillarde qui me fait penser à son compatriote Erik Mattiason (Melpo Mene) avec qui il a déjà fait quelques concerts.

Mais ces quelques dommages collatéraux, appelons-les comme ça, ne doivent pas vous faire passer à côté des véritables perles que contient ce disque. Loney, Dear joue sur le terrain de l’émotion et arrive à nous toucher avec des chansons très bien construites : « Airport Surroundings », l’adrénalique « Everything Turns To You », les longs crescendo folk « I Was Only Going Out » et « Dear John » … Ces chansons font facilement monter les pulsations, suivant toutes ou presque la même progression : une lente montée une puissance portée par des paroles un peu mielleuses, mais peu importe, la chanson ne fait pas que se laisser écouter, elle nous emporte avec elle. Pourtant on aurait toutes les raisons de ne pas la suivre (ces fameux synthés) (ah et ces coupes de cheveux, sortez de mon espriiiit !!!).

Voilà peut-être le talent de Loney, Dear : surpasser les clichés grâce à des mélodies parfaitement articulées. Les quelques moments embarrassants de l’album (j’ai même pensé à U2 à un moment, c’est vous dire) se laissent vite oublier, et je peux dire sans honte que j’aime un album aux influences eighties, avec des synthétiseurs et un xylophone à l’intérieur.

[audio:http://2w.radio.free.fr/wjkbx/sons/01_Airport_Surroundings.mp3|titles=Airport Surroundings|artists=Loney Dear]
[audio:http://2w.radio.free.fr/wjkbx/sons/03_I_Was_Only Going_Out.mp3|titles=I Was Only Goint Out|artists=Loney Dear]
[audio:http://2w.radio.free.fr/wjkbx/sons/08_Distant.mp3|titles=Distant|artists=Loney Dear]

PS : La bise à mon dealer préféré !

Combien d’étoiles pour cet album ?
[ratings]

Il y a 11 commentaires.

  1. J’aurais bien dis RnB Alternatif.

  2. Dear John n’est pas le meilleur album de Loney, Dear. Un peu plus pop, quelques mélodies plus « commercial ». Mais je m’étonne plutôt de la note des 2 étoiles acquises alors que ta critique ne parait pas si mauvaise, même semblé que tu as appréciée quelques titres… Un éclairage ?

  3. In reply to Emmanuel

    Ah et je trouve que « Under A Silent Sea » est même le titre qui mais réellement en valeur cet album. Un brin techno sur la fin soit mais qui amène une nouvelle touche finale aux titres.. Argh les goûts et les couleurs !

  4. In reply to Emmanuel

    Oui, ça fait un bout de temps qu’il faut que je mette quelque part mon barème d’étoiles.

    2 étoiles, ça équivaut en gros à « quelques bonnes chansons, quelques mauvaises » en fait. Il y a des choses qui m’ont vraiment bien plues, d’autres qui m’ont vraiment déplues, donc même si les mauvaises se laissent oublier, je me dois d’être un minimum objective, et mettre plus de 2 étoiles ne l’aurait pas été, je m’en serais voulue dans 1 ou 2 semaines en le réécoutant.
    Mais comme je préfère parler des bonnes choses que des mauvaises, c’est normal que la note ne paraisse pas en adéquation complète avec ce qui est écrit :)

  5. In reply to Emmanuel

    Y a pas de mauvaises notes sur le Choix, c’est toujours aussi de la moyenne ! Sauf cas extrêmes où je cède à la facilité (Carla Bruni, High School Musical..)
    2 étoiles, c’est un 12.
    5 étoiles, c’est un 21.

  6. 5ème album, pas 6ème svp
    Les deux premiers, excellents d’ailleurs, s’intitulent The Year of River Fontana et Citadel Band. Ils ne sont pas commercialisés via les réseaux classiques (on peut les commander auprès de l’artiste).
    Les deux suivants, Sologne et Loney Noir, excellents également, ont valu à Loney Dear une certaine reconnaissance critique.

    Quant à Dear John, je trouve pour ma part qu’il confirme le talent exceptionnel d’Emil Svanängen…

  7. Est-ce qu’il serait possible d’avoir les paroles de « airport surroundings » ??
    Parce que mon anglais laisse un peu à désirer… Même si je pense avoir saisi pas mal de bribes ! ;-)

    Merci d’avance !

  8. C’est sans doute le plus mauvais album de Loney, Dear, quand bien même contiendrait-il deux ou trois morceaux de très bonne facture. La doublette Loney, Noir et Sologne (associée comme telle parce que découverte en France comme telle) reste ce qu’il a fait de mieux (et d’ailleurs de franchement superbe. Les deux premiers albums The Year of River Fontana puis Citadel band contiennent en germes tout ce qui fait à mes yeux la réussite des deux suivants sans pour autant les égaler. Le dernier, je suis bien d’accord avec votre note, encore que comme un commentateur plus haut, je la trouve étrangement dissonante à la lecture de votre article, me semble pécher par une certaine redite, pour ne pas dire facilité.

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :