Critique de Shoegazing Kids (2009), le deuxième album de Stuck in the Sound image photo pochette cover Shoegazing Kids

par Stuck in the Sound

Discograph – 2009

Critique de Shoegazing Kids (2009), le deuxième album de Stuck in the Sound image photo pochette cover

Site officiel | MySpace | Télécharger | Acheter

Les Américains ne connaissent que Justice, Daft Punk et Air comme groupes français, plus généralement ils ne connaissent que des groupes électro ou avec un eletronic twist comme dirait un de mes collègues de Portland. On peut se dire : « On s’en fout des Américains ! », mais réussir à creuser son petit trou aux États-Unis est un des seuls moyens de bénéficier d’une reconnaissance internationale. On peut se dire : « On s’en fout de la reconnaissance internationale ! », mais être reconnu c’est être entendu, et être entendu c’est donné envie à d’autres d’écouter d’autres groupes français et donner envie de faire de la musique. Donc quand on a sous la main un groupe qui a les moyens d’être reconnus à l’étranger et qu’en plus la musique qu’il crée est bien meilleur que la plupart des groupes américains ou britanniques dont on entend trop parler, il faut lui souffler dans le dos bien fort.

Passé ce paragraphe revendicatif à la R&F, passons à Shoegazing Kids, sorti en France le 26 janvier 2009 et dont le titre m’a forcément fait frétiller les cages à miel. Si vous suivez ce blog depuis quelques temps, vous connaissez mon amour immodéré pour Sonic Youth, qui est donc selon toute vraisemblance l’un des groupes préférés de ces Français. Cependant, partir dans l’idée que cet album n’est qu’une espèce d’hommage aux groupe shoegaze des années 1990 ou une molle et pâle imitation de ces maîtres dans un anglais approximatif est une erreur MONUMENTALE. Dans ce cas vous vous mettez le doigt dans l’oeil jusqu’au rectum, et c’est pas peu d’le dire. D’ailleurs vous ne trouverez pas énormément de shoegaze dans ce disque, n’ayez pas peur.

Il y a certains critères dans l’attribution des étoiles là-haut. Certes ils changent plus ou moins tous les jours, mais il y en a. Shoegazing Kids remplit sans problèmes l’un des plus importants : toutes les pistes de l’album sont bonnes, voire très bonnes. Il y a une constance dans la tuerie sonore que l’on rencontre très rarement (et jamais pour le moment en parlant d’un groupe de rock français récent). Je me suis fait les 12 pistes d’une traite, sans connaître le nom des chansons – c’est ça de se faire envoyer des disques, on a parfois des suprises – et aucune ne m’a sauté aux yeux par sa nullité. Tout ça vous paraît sûrement bateau mais dieu* sait que c’est important.

Musicalement parlant, la simple évocation mentale des influences me donne des frissons, et qui sont largement issues de l’adolescence des membres du groupe. Et donc de mon enfance et petite enfance (voire de ma conception). Sonic Youth, les Pixies avec une dose de pop-rock et de clarté supplémentaire (« Beautiful Losers », « I Love You Dark »), The Cure version noisy (« Teen Tale », « Dirty Waterfalls », « I Love You Dark »), Tahiti 80 pour les titres plus pop et mélodiques comme le splendide « Utah »… Les paroles, chantées dans un anglais excellent (aucun accent français, quel BONHEUR), me font penser à Muse ainsi que certaines intros de chansons, ce qui n’est pas une mauvaise chose (ce que j’aime pas chez Muse, c’est Matt Bellamy), en particulier sur « Shoot Shoot » ou « Ouais! », le premier single, qui est aussi le titre le plus accrocheur du disque et qui révèle les influences new wave des kids. Même si ces influences sont peut-être trop présentes (sur « Gore Machine », c’est définitivement trop), ça n’empêche pas le plaisir infini qu’on a de les entendre utilisées à des fins pareilles.

C’est efficace, furieusement bon et carrément jouissif à de nombreux moments, on ne s’ennuie pas une seconde, bref, c’est du lourd. Je n’ose pas résumer ça à du pop-rock parce que ça part de tous les côtés, les mecs ayant vraisemblablement une immense culture musicale et s’en servant admirablement bien pour marier les styles avec un doigté qu’on espère devenir une des marques de fabrique du rock français.

Ce qu’il manque, peut-être, c’est un détachement de ces influences, une dose de décadence, bref, produire quelque chose qui nous enlève toute envie de dire « tiens, ça ressemble ». Ce sera peut-être le cas lorsque Stuck in the Sound défendra Shoegazing Kids sur scène. Et ça tombe bien puisqu’ils sont en tournée (cf : MySpace) !

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Achetez l’album physique _ Téléchargez-le légalement

PS : Il faut bien que je l’écrive quelque part : je trouve la pochette du disque plutôt repoussante.

* : Partant de l’hypothèse qu’il existe un dieu du rock quelque part.

Votre avis ?
[ratings]