Critique de « Warm Heart of Africa » (2009) par The Very Best

Warm Heart of Africa (2009)Warm Heart of Africa

par The Very Best

Album 5 étoiles
Sortie : 21 septembre 2009
Label : Moshi Moshi / Cooperative Music
Stéréotypes : World Music, Electro, Pop
Liens : MySpace

Warm Heart of Africa est un disque qui me fait vraiment, mais alors vraiment plaisir. Vous savez si vous suivez ce blog depuis un moment que j’adore un monsieur qui s’appelle Fela Anikulapo Kuti, que je mets volontiers au même niveau que Jimi Hendrix en termes de génie et d’influence. M’sieur Kuti a été ma porte d’entrée vers ce qu’on appelle la « world music », les « musiques du monde » c’est-à-dire toutes celles qui ne font pas partie des principaux courants occidentaux et qui contiennent des composantes ethniques ou traditionnelles. Le terme « world music » m’emmerde, parce que quand je parle d’afrobeat ou du son cubain à des proches, j’suis obligée de préciser que c’est de la « world music » et là j’ai souvent un « ah ! » et je sais que ce mot, créé pour le marketing et pour faciliter le boulot des disquaires, va ranger les artistes dont je parle dans une petite case dont ils ne vont plus jamais sortir.

Mais en même temps, c’est normal. Le pop-rock n’a pas d’attaches nationales alors que le son cubain par exemple… L’afrobeat est un peu différent, même s’il est toujours largement associé au Nigéria et à toute la descendance de Fela Kuti. Bref, tout ça pour vous dire qu’on, que je ne parle pas assez des musiques qui sortent du cadre traditionnel rock/pop/rap/électro car nos cages à miel ne sont pas assez familiarisées avec ces « composantes ethniques ou traditionnelles » (j’ai pompé ça sur Wikipédia). J’suis comme vous, je n’écoute et ne parle que des choses qui me tombent dans les mains.

C’est pour ça que Warm Heart of Africa me fait plaisir à des tas de niveaux. Déjà, c’est un putain de bon disque, mais j’y reviendrai. Car avant tout c’est un disque de « world music » qui va faire parler de lui, c’est un disque que je n’ai pas eu à aller pêcher dans un bac perdu au fin fond d’une boutique de disquaire ou dans un coin reculé de la Fnac, non, non, on me l’a amené sur un plateau. J’crois que c’est le premier disque hors-rock/pop/rap/électo qu’on me propose.

The Very Best : Etienne Tron, Esau Mwamwaya, Johan Karlberg (photo : FADER)

Certes, c’est pas non plus un album de « world music » classique. The Very Best, c’est l’association fructueuse de Radioclit, un duo de DJ/producteurs (le Français Etienne Tron et le Suédois Johan Karlberg), et d’un chanteur malawien rencontré à Londres, Esau Mwamwaya (ça doit faire 12 fois que j’écris son nom, impossible de le retenir, voilà encore un des problèmes de la world music, ils pourraient pas tous s’appeler John Lennon, sérieux ?). Les types de Radioclit se décrivent très bien eux-mêmes : ce sont des « Indiana Jones soniques », des « défricheurs », des types qui parcourent le monde jusque dans des coins improbables trouver des rythmes jusqu’ici inconnus de nous, pauvres Occidentaux blanchâtres avec nos casques Sony à 400€.

Mais ne vous y trompez pas, le premier album de The Very Best n’est pas un disque d’électro avec quelques petites touches de djembé par-ci par-là. Tutut’.

Ce que j’aime dans la « world music », ce sont ces rythmes qu’on ne retrouve que quelques fois dans l’électro, mais beaucoup, beaucoup trop peu. Ces rythmes que j’qualifie toujours d’imparable en ce qu’il vous font bouger votre cul dans la seconde. J’écris cette chronique avec devant mes yeux un ciel gris, une tempête se préparant. J’ai dans les oreilles « Yalira », qui ouvre l’album, et j’peux vous dire que ça me faire presque mal d’avoir à ouvrir les yeux pour écrire ses lignes, parce que je préférerai les fermer pour prendre un aller simple vers un endroit où cette musique est jouée. Peu importe si c’est au Malawi ou dans un club londonien branché où officie Radioclit, parce que cette musique aux rythmes originaux et fabuleux, boostée, magnifiée même par les soins de ces deux géniaux DJs, c’est du PUR bonheur.

La recette ne marche pas à tous les coups, « Chalo », « Mfumu » et « Zam’dziko » me laissent un peu sur ma faim, mais – alors que la pluie commence à tomber chez moi – prenez « Warm Heart of Africa » sur laquelle Ezra Koenig de Vampire Weekend pose sa voix : comment ne pas aimer cette chanson ? Cliquez sur play et en 2 secondes vous vous retrouverez sur une plage je-ne-sais-où, le soleil tapant comme jamais, en plein milieu d’une fête estivale, ou peu importe où en fait, tant qu’il y fait chaud et que vous vous y sentiez bien.

Voyage en terre inconnue : The Very Best découvre Dunkerque

C’est de la pop, quoi. De la pop très facile à écouter, easy-listening, gonflée aux rythmes afro et portée par la voix délicieuse de Esau Mwamwaya. J’ai lu quelque part que le terme « ghetto pop » avait été adopté par le groupe : ils font une musique brute, sans trop de fioritures, sans instrument superflus, de grandes orchestrations prétentieuses, mais sans jamais tomber dans le minimalisme ou les expérimentations électro difficiles à digérer. La musique de The Very Best respecte ce qui fait l’essence de la musique africaine : le rythme. Le boulot sur les rythmes est ahurissant, ils utilisent des tonnes d’astuces pour rendre chacun des morceaux du disque unique et extrêmement jouissif. Ils ont emprunté, se sont approprié des rythmes venus des différents styles de musique africaine qui sont nés un peu partout sur le continent, ils les ont mélangés, re-travaillés, pour livrer un album débordant d’idées, d’expérimentations.

Liste de lecture

  • Yalira
  • Chalo
  • Warm Heart of Africa
  • Mwazi
  • Nsokoto
  • Angonde
  • Julia
  • Mfumu
  • Ntende Uli
  • Rain Dance (feat. M.I.A.)
  • Kamphopo
  • Kada Manja
  • Zam’dziko
  • Esau Mwamwaya chante en chichewa (langue officielle du Malawi) donc forcément, j’y comprends rien. Mais bon, il facile de comprendre qu’il ne parle pas des jolis paysages du Malawi dans « Nsokoto » et « Ntende Uli », qui sont presque aussi sombre et dramatique qu’un morceau de Fever Ray et qui sont deux des plus belles chansons du disque. Le fait de ne rien, ou presque, comprendre aux paroles va faire de beaucoup de ces morceaux des tubes dancefloor carrément imparables, comme « Rain Dance » (featuring M.I.A.) ou « Kada Manja », ma préférée. Cette chanson existe en version « classique » sur la mixtape qui avait fait beaucoup parler d’elle sur le net, mais celle de l’album est une bombe, la recette électro-world n’ayant jamais aussi bien marché, les violons faisant même se dresser les poils sur les bras. Une merveille. « Julia » est elle aussi une des grandes chansons de cette album, avec ses puissantes boucles électro, couplées à la voix suave d’Esau.

    J’allais mettre 4 étoiles à ce disque car il y a quand même des choses qui sont moins bonnes que d’autres… J’ai cité « Zam’dziko » plus haut, et voilà qu’elle repasse dans mes oreilles à l’instant, et bon sang, qu’est-ce que c’est beau quand même. Je crois que plus je vais écouter ce disque, plus je vais l’aimer. Un des grands disques de l’année sans l’ombre d’un doute. Un album qui ouvre de nouvelles possibilités soniques, va faire des émules, va faire danser des millions de gens… The Very Best est assis sur une mine d’or sonore et ce disque n’est qu’une première étape (une deuxième, si on compte la mixtape déjà culte).

    [audio:http://2w.radio.free.fr/wjkbx/sons/warmheartofafrica.mp3|titles=Warm Heart of Africa|artists=The Very Best]
    Votre avis ?
    [ratings]

    Reçois tous les nouveaux articles par email

    Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement et commencer à recevoir les nouveaux articles publiés (1 à 2 emails par semaine) :


    Il y a 7 commentaires.

    1. C’est bien gentil de nous donner envie, mais on fait comment si on veut l’écouter nous !! :p

    2. J’ai été vraiment enthousiasmé à l’écoute de ce groupe. La voix du chanteur du Malawi confère plus d’authenticité à l’album. Une belle découverte et le featuring avec le membre de Vampire Week-end ne gache rien.
      Bravo pour ce choix Melle Eddie.
      Passionné également de musiques indé je vous invite a jeter un coup d’oeil sur mon blog: http://satusamer.over-blog.com/
      Au Plaisir de vous lire et relire ;-)

    3. Bonjour,

      Connaissez-vous l’album « HEX » de Bark Phsychosis.

      Un grang classique hje pense,

      S2B

    4. J’écoute à l’instant ce disque et quoique d’habitude assez peu intéressée par ce genre de mélanges, je suis séduite.
      Dans un genre différent, plus rock, ça me fait penser un peu à la démarche de Extra Golden: http://www.lamediatheque.be/med/details.php?ref=ML4080

    5. Bien bien, pour poursuivre et faire decouvrir les musiques d’Asie qui ne viennent jamais à l’esprit quand on parle de world music je te recommande le disque beyond Istanbul Nyazz(iran), Dengue Fever (cambodge/usa), Yath-Ka(tuva), Hanggai(mongolie interieure/chine), Ebola(thailande), Geinoh Yamashirogumi(japon). Si tu arrives a mettre la main sur les compilations Peace, Love and Poetry, tu decouvrira les musiques rock/psyché classées par continent des années 60 et 70.
      C’est très bien de commencer à t’intéresser aux musiques du monde et il est vrai que les musiques africaines (surtout de l’ouest) nous sont le plus accessibles vu qu’elles sont à la source du blues et donc du rock pour les pays anglo-saxons et des musiques cubaines et latinos pour l’amerique latine mais ce n’est que la pointe emergée de l’iceberg. Bonne écoute

    6. Alors, je corrige: Niyaz, Yat-Kha.
      Et tous les disques Sublime Frequencies, Analog Africa, Honest Jons, Soundway… Je parle de certains sur mon blog.

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.