Ephémères 22-20’s

  • 4 juillet 2008
  • Par Eddie

22202.jpgVous êtes sûrement passé(e)s à côté des 22-20s, normal, ils n’ont fait qu’un album (un EP également juste avant) avant de se séparer. D’ailleurs on a plus aucune nouvelle de Martin Trimble, le leader de ce groupe éphémère. Et pourtant leur unique album était vraiment très prometteur, et plutôt bien apprécié par les critiques. L’explication de cette rupture a été donnée par Martin Trimble lui-même. Après la sortie de leur premier album dont je vous parlerais juste après, Martin Trimble et sa bande ont vite voulu en faire un second, mais ils ont été « obligés » de partir en tournée pendant 1 an et demi à jouer la musique qu’ils avaient créé et aimé près de 2 ans auparavant.

Cette tournée a été un vrai coup d’arrêt pour leur progression, leur passage à une étape supérieure. Ils n’ont pas su se détacher de ce premier album, et on peut les comprendre car ce n’est sûrement pas en jouant la même chose tous les soirs qu’on peut aller de l’avant ! De l’aveu même de Martin Trimble, le son des 22-20s ne l’intéressait plus, il n’en voulait plus, il reflétait ce qu’il écoutait plusieurs années auparavant, c’est-à-dire du blues (le nom du groupe vient d’une chanson de Skip James, vous connaissez peut-être ce classique). C’est donc en janvier 2006, en plein processus d’enregistrement de leur très attendu second album que les 22-20s se sont séparés.

J’ai lu ça dans une pige de Rock & Folk et ça m’a vraiment attristée car leur premier album, sorti en 2004, m’avait vraiment énormément plu à l’époque, et toujours maintenant ! La musique des 22-20s a été qualifiée par un magazine comme « la musique des White Stripes jouée par The Jimi Hendrix Experience« , ce qui est loin d’être un blâme, vous en conviendrez sûrement ! Concrètement leur premier album est essentiellement composé de blues-rock, inspirées des plus grands bluesmen tels que Lightnin’ Hopkins ou le légendaire (et toujours vivant) Buddy Guy, qui a considérablement influencé des types comme Jimi Hendrix ou Eric Clapton. Voici « Damn Right, I’ve Got The Blues » (hendrixien) et « My Time After Awhile » (claptonien).

Le blues-rock des 4 anglais de 22-20s est plus énervé, la batterie est plus présente, ça bouge plus, sauf sur des titres comme « Baby Brings Bad News » où on retrouve un blues traditionnel, toujours très électrique, avec un refrain accrocheur. L’album s’ouvre sur « Devil In Me » que vous avez certainement entendu dans une pub ou un épisode de série télé et qui passe encore sur la FM anglaise. Autant vous dire que c’est un « single parfait » qui bouge beaucoup et qui vous rentre dans la tête à la première écoute !

2220.jpgL’album est très éclectique, très complet. Un vrai mélange de rock n’ roll comme sait en produire la ville de Detroit aux Etats-Unis avec une touche anglaise indescriptible qui distingue vraiment les 22-20s au groupe rouge/noir/blanc auquel on les a souvent comparés, et encore plus souvent à tort. Martin Trimble (leader incontesté, il a écrit les 10 chansons de l’album) réinterprète à sa manière la musique qu’il adore, le blues. Il est le chanteur, guitariste et virtuose du groupe et en cela il est bien dommage qu’il ait disparu de la circulation. Des titres comme « Why Don’t You Do It For Me » ou « I’m The One », qui commencent quasiment de la même manière, sont un mélange étonnant de White Stripes et Franz Ferdinand. « The Things That Lovers Do » est complètement différente, ballade mélancolique aux guitares hypnotisantes.

Non vraiment, c’est une perte pour le rock que cette rupture prématurée des 22-20s

8,5/10

8 des 10 chansons de l’album sont disponibles sur Deezer à cette adresse. Voici « Devil In Me », le single, et « Baby Brings Bad News » :

PS : On est en train de bidouiller un nouveau design (avec WordPress), mais l’adresse ‘www.wjkbx.fr) ne changera pas. On aura sûrement fini dans 2 ou 3 jours.

Il y a 4 commentaires.

  1. L’analogie avec les White Stripes se tente non ? Comme les White Stripes, les 22-20s allaient chercher leurs influences chez les pionniers du blues, tout en ayant le soucis, tout britannique, d’en faire des chansons. Mais leur histoire a tourné court …

    Ce son brut de guitare dans l’intro de « Devil In Me » … ou les accords monstrueux de « Such A Fool » ou « Shoot Your Gun » …

    J’adore cet album, vraiment dommage qu’ils aient splitté.

Laisser un commentaire


Reçois les nouveautés par email

Rejoins les 1000+ abonnés ! Entre ton adresse email, clique sur le bouton, entre le code pour vérifier que t'es pas un robot, puis direction ta boite email pour valider ton abonnement :